Vidéos Argent/Bourse
Quelques heures après avoir essuyé des jets d'oeufs de la part d'opposants à la loi Travail lors d'un déplacement à Montreuil, Emmanuel Macron a été brocardé par le maire de la ville, ce lundi sur BFMTV. Patrice Bessac a vertement critiqué le fait que le ministre de l'Economie se soit rendu dans sa commune "pour inaugurer le timbre consacré aux 80 ans du Front populaire". L'élu communiste n'avait pas souhaité recevoir le locataire de Bercy qu'il a accusé de "manipuler les symboles", pour sa communication. "Ce n'est jamais très agréable de recevoir des oeufs, ni des tartes à la crème. Ce n'est pas agréable non plus de se faire traiter d'illettré", s'est-il exclamé en rappelant l'épisode des salariés de Gad que l'ancien banquier d'affaires avait qualifiés avec ces mots.
Vidéos à la une
Emmanuel Macron va rencontrer vendredi les ex-salariés des abattoirs Gad à Lampaul-Guimiliau. Leur porte-parole, Olivier Le Bras, prévient que "l'éponge ne sera pas passée tant que monsieur le ministre ne se sera pas expliqué". "On attend des excuses et qu'on puisse discuter", explique-t-il.
Vidéos à la une
Manuel Valls a rendu une visite surprise aux salariés de Gad à Josselin vendredi matin. Si certains ont digéré les mots d'Emmanuel Macron sur les "illettrées" des abattoirs, et veulent passer à autre chose, d'autres pense que le ministre de l'Economie aurait été "mal reçu" s'il s'était déplacé en personne comme promis. "Je ne crois pas que je me serais déplacée", explique l'un des salariées.
Vidéos à la une
Un salarié de Gad explique avoir été surpris de la visite de Manuel Valls vendredi sur le site de son entreprise, un déplacement qui n'était pas annoncé aux salariés. "Ça veut dire qu'on attend beaucoup de nous", se félicite-t-il. Il s'attendait néanmoins plutôt à voir débarquer Emmanuel Macron.
Vidéos à la une
BFM Politique: Julien Dray, vice-président de la région Île-de-France, répond aux questions d'Emmanuel Lechypre, éditorialiste économique de BFMTV sur la formation continue dans les entreprises. Emmanuel Macron a déclaré que la formation initiale et continue étaient insuffisantes, la capacité des salariés à aller chercher du travail ailleurs est donc limitée par différents freins. Julien Dray estime que le problème évoqué par le ministre de l'Économie est important, il voulait voir comment on pouvait remettre en place toute une série de filières de formation.
Vidéos à la une
Le 17 septembre, la polémique sur les propos d'Emmanuel Macron, qualifiant d'illettrés les salariés de la société Gad, a été décryptée par Alain Marschall et ses invités: Ruth Elkrief, journaliste politique de BFMTV, Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV et Bernard Sananès, président de l'Institut de sondage CSA, dans le 20H Politique, sur BFMTV. Au cours de sa première interview en tant que ministre de l'Economie, le nouveau patron de Bercy est revenu sur le dossier Gad et a mentionné que certaines salariées dans cette société "sont, pour beaucoup, illettrées". Une déclaration qui a déclenché une foule de réactions surtout par la droite qui a dénoncé du "mépris" et des propos "inadmissibles". il a tenu à présenter "ses plus plates excuses" aux employés bretons qu'il a blessés lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée.
Vidéos à la une
Luc Chatel, secrétaire général de l'UMP par intérim, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur les propos d'Emmanuel Macron qualifiant d'illettrés les salariés de la société Gad. Il estime que "c'est une vraie faute parce que ces propos sont indignes et méprisants". Devant l'Assemblée nationale, le ministre de l'Économie a présenté "ses plus plates excuses" aux employés bretons qu'il a blessés.
Vidéos à la une
BFMTV.com vous résumé la séance des questions au gouvernement du mercredi 17 septembre à l'Assemblée nationale. Au programme les excuses d'Emmanuel Macron hué pour ses propos sur les "illettrées" de Gad, l'annonce par Christian Eckert que les baisses d'impôt consenties par le gouvernement bénéficieraient à "9 millions de foyers fiscaux" pour un montant de "plus de 3 milliards d'euros", la derrière séance du suppléant d'Aurélie Filippetti...
Vidéos à la une
PARIS - 17 sept. 2014 - Emmanuel Macron a exprimé mercredi "ses regrets" pour avoir blessé les salariées de l'abattoir Gad qu'il avait qualifiées "d'illettrées" sur Europe 1, un peu plus tôt dans la journée. Interpellé lors des questions au gouvernement, le nouveau ministre de l'Economie a exprimé son regret "pour les propos (que j'ai) tenus ce matin, si j'ai blessé et parce que j'ai blessé des salariées. C'est inacceptable et ce n'est pas ce que j'ai voulu faire". Interrogé sur l'emploi, Emmanuel Macron a déclaré mercredi matin sur Europe 1, qu'il souhaitait travailler à réduire le coût et le délai d'obtention du permis de conduire. Prenant l'exemple de salariées des abattoirs Gad, il a déclaré : "Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. Pour beaucoup on leur explique: 'Vous n'avez plus d'avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km.' Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire. On va leur dire quoi?" L'emploi du qualificatif "illettrées" a suscité une vague d'indignation et de réactions sur les réseaux sociaux, comme auprès des syndicats de l'abattoir Gad dans le Morbihan, placé en liquidation judiciaire.
Vidéos à la une
Les déclarations d'Emmanuel Macron, ce matin, sur Europe 1 ont provoqué des remous. "Il y a dans cette société (Gad), une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées, pour beaucoup on leur explique : +vous n'avez plus d'avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km !+ Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire, on va leur dire quoi ?", a déclaré le ministre. Lors des questions au gouvernement, il a répondu à la députée UMP Laure de La Raudière. Il s'est excusé pour ces propos qui "ont blessé" et a déploré que lé députée soit "plus choquée par des mots" que par cette réalité.
Politique
Le ministre de l’économie Emmanuel Macron a créé l’émoi ce mercredi matin en évoquant sur "Europe 1" "les salariées illettrées" de la société d’abattoirs bretons Gad.
Vidéos à la une
Les propos d'Emmanuel Macron sur les "illettrées" de Gad ont heurté Nadine Hourmant, secrétaire adjointe FO Finistère. "Les salariés d'en bas On nous prend pour des illettrés", regrette-t-elle ajoutant: "la France d'en bas n'oublie pas de faire sa déclaration d'impôt".
Vidéos à la une
Mécontents de la prise en charge des cellules de reclassement, une centaine d’ex-salariés de l’abattoir Gad a manifesté à Landivisiau.
Vidéos à la une
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, répond aux questions de Ruth Elkrief sur la crise de confiance entre le président et les français, qui s’aggrave. Où sont les syndicats et...
Vidéos à la une
Zoom sur la grande manifestation des salariés de l'industrie agroalimentaire en Bretagne, qui se tiendra ce samedi à Quimper, malgré le recul du gouvernement sur l'écotaxe.
Vidéos à la une
Malo Bouëssel du Bourg, directeur général de l’association “Produit en Bretagne”, répond aux questions de Jean-Baptiste Boursier sur ce qu'il espère de la réunion du gouvernement sur...
Vidéos à la une
Jean-Baptiste Boursier reçoit Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV, qui confirme les difficultés du gouvernement face à la fronde bretonne sur l'écotaxe.
Vidéos à la une
Les forces de l'ordre ont dégagé ce mercredi les abords de l'abattoir Gad de Josselin, dans le Morbihan, au lendemain d'affrontements entre salariés du groupe. Des négociations se prolongeaient...
Vidéos à la une
400 employés de l’abattoir Gad ont cessé le travail à Lampaul-Guimiliau pour discuter du plan de continuation et de leurs primes.
Publicité