Vidéos A la une
ENQUÊTE. Alors que 260 personnes sont actuellement en prison, près d'un millier de détenus de droit commun sont considérés comme radicalisés. Pour éviter que leurs idées extrémistes ne se répandent , quatre unités dédiées ont déjà été créées au sein des prisons d'Osny, Fresnes, Fleury-Mérogis et Lille-Annoeulin. Outre une meilleure sensibilisation des futurs surveillants lors de leur formation, d'autres initiatives se multiplient dans un contexte risqué de surpopulation carcérale.
Vidéos A la une
Sid Ahmed Ghlam ne se doutait pas que ses conversations téléphoniques étaient enregistrées. Or, pendant six mois, alors qu'il était à l'isolement à Fresnes, celui qui était l'un des détenus les plus surveillés de France était sur écoute. En 2015, selon une source syndicale, 31,000 portables ont été saisis dans les prisons françaises.
Vidéos A la une
Sid Ahmed Glam pensait téléphoner en toute discrétion depuis sa cellule d'isolement, à Fresnes (Val-de-Marne). Pendant des mois en effet, le suspect principal dans le meurtre d'Aurélie Châtelain et dans l'affaire de l'attentat manqué de Villejuif, utilisait un téléphone portable pour, notamment, donner de ses nouvelles à sa famille. Mais d'après nos informations, cette ligne téléphonique était tout du long surveillée par la DGSI dans le cadre d'une autre affaire. Explications.
Vidéos A la une
Un jeune détenu de la maison d'arrêt de Fresnes a réussi à s'évader vendredi matin alors qu'il était transporté au CHU du Kremlin-Bicêtre. "Dans six mois, il était dehors, remise de peine comprise. C'est incompréhensible ces agissements, il va prendre plus parce que c'est une évasion. Il a planifié une maladie pour se faire hospitaliser. Il a été accueilli à bras ouverts par deux de ses amis qui l'ont réceptionné à la descente du fourgon cellulaire. Des coups de feu ont été tirés. Mes trois collègues ne sont pas grièvement blessés mais ils sont plus que choqués", a rapporté sur BFMTV Ahmed El Hoummass, de la CGT pénitentiaire à Fresnes.
Vidéos A la une
Adeline Hazan était l"invitée de "Choisissez votre camp" ce mercredi sur LCI pour évoquer l'expérience de la maison d'arrêt de Fresnes, qui a regroupé en octobre 2014 près de 22 détenus islamistes sur une même coursive, à l'écart des autres. Elle a expliqué pourquoi "il y a un risque de cohabitation totalement malsain."
Vidéos A la une
La maison d'arrêt de Fresnes dans le Val-de-Marne a ouvert ses portes à BFMTV. Cette prison est la première à avoir mis en place un dispositif de regroupement des islamistes radicaux pour éviter qu'ils n'influencent les autres détenus. Six mois après son lancement, le directeur de Fresnes tire un premier bilan positif. Selon lui, les autres prisonniers, non radicaux, sont soulagés par cette mise à l'écart. A 20 kilomètres de là, la prison de Fleury-Mérogis, la plus grande d'Europe, s'apprête elle aussi à rassembler ces détenus les plus radicaux.
Vidéos A la une
Devant les députés mardi, Manuel Valls a annoncé plusieurs mesures pour renforcer la lutte anti-terroriste. L'une d'elles vise à regrouper en prison les islamistes réputés les plus dangereux. Depuis le mois d'octobre, la maison d'arrêt de Fresnes expérimente cette méthode sur une vingtaine de détenus. L'expérience a ses avantages et ses limites.
Vidéos A la une
La question est cruciale : que faut-il faire des djihadistes qui rentrent dans leur pays d'origine ? La prison de Fresnes expérimente l'emprisonnement collectif. Productif ou non, pour empêcher les filières de recrutement ?
Vidéos A la une
Vendredi dernier, une caissière d'un supermarché Franprix de Fresnes, dans le Val-de-Marne était violemment agressée par un groupe de jeunes individus. Voici son témoignage.
Vidéos A la une
Liana Guillon, une Française incarcérée depuis 2012 en République Dominicaine pour son implication dans un trafic de drogue qu'elle a toujours nié, a été rapatriée vendredi dernier à la maison d'arrêt pour femmes de Fresnes dans le Val de Marne.
Vidéos A la une
Le centre de détention de Fresnes a été l'objet d'une expérience inédite. Il s'agit d'une rénovation patrimoniale importante financée par quelques grandes entreprises à l'instigation d'un ancien détenu à la forte personnalité, Pierre Botton.
Vidéos A la une
Alors que l'interpellation de Mehdi Nemmouche, principal suspect dans la tuerie de Bruxelles, a remis en lumière la radicalisation islamiste à l'intérieur des prisons, BFMTV a interrogé des détenus, pour connaître leur point de vue sur ce phénomène, et savoir ce qu'il se passe entre les murs des maisons d'arrêt.
Publicité