Vidéos A la une
Invitée de Jean-Jacques Bourdin lundi matin sur RMC et BFMTV, Nathalie Kosciusko-Morizet a défendu la thèse de la légitime défense pour les frappes aériennes françaises qui auraient tué six Français en Syrie. " Quand on s'engage dans les rangs de l'armée de Daesh, on fait la guerre et on encourt les risques de la guerre", a déclaré la députée Les Républicains.
Vidéos A la une
Les frappes aériennes contre Daech en Irak sont-elles efficaces ? Non, tranche Arnaud Danjean. En termes choisis, le député européen Les Républicains affirme que "le raisonnement qui consiste à dire que les frappes sont contre-productives se tient"... Concernant de possibles bombardements du territoire contrôlé par les djihadistes en Syrie, il avoue "ne pas avoir d'avis tranché sur la question". Revoir l'intégralité de l'émission ici
Vidéos A la une
Lors de sa sixième conférence de presse ce lundi, François Hollande a clarifié la position militaire de la France vis-à-vis de la Syrie. Le chef de l'Etat a indiqué que "des vols de reconnaissance" seront menés dès mardi. "Ensuite, selon les informations que nous recueillerons, nous serons prêts à faire des frappes aériennes", a déclaré le Président. Mais François Hollande a considéré "qu'il serait inconséquent et irréaliste d'envoyer des troupes françaises au sol en Syrie".
Vidéos A la une
IRAK - 16 mars " Eliminer l'Etat Islamique et la menace qu'il représente en Irak et en Syrie ", c'est la mission de l'opération Inherent Resolve, menée par la coalition internationale. Sur ces images révélées aujourd'hui par l'armée américaine, on y voit les frappes aériennes détruire systématiquement les points de contrôle et les équipements du groupe islamique sur le territoire irakien. Depuis cet été, la coalition mène ses opérations depuis le Koweït. Elle est composée de 60 pays membres, dont l'Australie, la Jordanie, le Royaume-Uni, et la France. L'Iran intervient également pour soutenir les gouvernements irakiens et syriens mais indépendamment de la coalition. L'armée américaine estime être à l'origine de 90 % des 2000 raids menés depuis le début du conflit.
Vidéos A la une
Harold Hyman, spécialiste en géopolitique de BFMTV, analyse la situation du nord de l'Irak. Alors que les Etats-Unis ont envoyé des armes aux soldats kurdes qui luttent intensément contre les jihadistes, la France, elle, y réfléchit toujours. Quel type d'armes ont livré les Etats-Unis et pour quoi faire? Où est située la ligne de front? Harold Hyman répond à toutes ces questions.
Vidéos A la une
WASHINGTON - 8 août 2014 - Les États-Unis ont bombardé des positions djihadistes en Irak. L'état major américain a diffusé des images de ces bombardements, tournées dans le nord de l'Irak. Selon le Pentagone, deux chasseurs bombardiers ont notamment frappé vendredi une pièce d'artillerie mobile de l'Etat islamique. D'autres raids ont visé "des terroristes" près d'Erbil. La Maison blanche a précisé qu'aucune date de fin n'avait été fixée pour cette opération. Mais Washington ne cesse de répéter que tout envoi de troupes au sol est exclu pour éviter de s'engager dans "un conflit militaire prolongé". D'après le ministère américain de la Défense, les États-Unis ont également largué, via trois avions cargo, des vivres et de l'eau à destination des populations, comme le montrent les images infrarouges. C'est la première fois que les États-Unis sont directement impliqués en Irak depuis le retrait de leurs troupes en 2011. Depuis dimanche, des dizaines de milliers de personnes ont fui face à l'avancée des djihadistes, qui ne sont désormais qu'à une quarantaine de km d'Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan, allié de Washington.
Vidéos A la une
Les Etats-Unis ont décidé de réagir. Alors que Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak, est tombée jeudi aux mains des jihadistes, Barack Obama a autorisé jeudi des frappes aériennes ciblées contre les combattants de l'Etat islamique. Par ailleurs, le président américain a annoncé avoir également autorisé des parachutages humanitaires pour venir en aide aux populations réfugiées.
Vidéos A la une
Mathieu Coache, correspondant de BFMTV, en duplex depuis Washington, répondent aux questions de Thomas Misrachi sur l'avancée des jihadistes en Irak. Cette situation inquiète la communauté internationale. Washington envisage même des frappes aériennes pour freiner cette offensive.
Publicité