Le programme austère mais transparent qu'est en train de développer François Fillon est une pure folie, selon ses proches. 

Le 25 février, en déplacement en Isère, François Fillon a fait l'état des lieux de sa situation actuelle et future auprès du Journal du Dimanche. En marge de son meeting avec des sympathisants, l'ancien Premier ministre a admis que sa campagne pour les primaires UMP de 2016 ne serait pas de tout repos. Il n'en est cependant pas moins motivé et sûr de ses propositions.

Mots d'ordre : sévérité et vérité

C'est persuadé d'avoir toutes ses chances aux primaires que François Fillon a répondu aux questions du JDD. "J'y crois, c'est tout. Il y a déjà une grande amélioration : les gens commencent à dire que je suis le seul à avoir un programme", a-t-il confié. En parlant de programme, celui qui est en train de mûrir dans l'esprit de l'ex-Premier ministre se base sur l'austérité et la transparence. Il propose un "choc violent", à savoir 100 milliards d'euros d'économies sur cinq ans. Pour se faire, François Fillon aborde les 39 heures des fonctionnaires ou encore la retraite à 65 ans. En bref, il ne croit plus à "la réforme prudente", ce type de fonctionnement qu'il a appliqué sous Nicolas Sarkozy. "On va continuer à raconter les mêmes trucs que d'habitude ? Les gens n'y croient plus", a-t-il déclaré.

François Fillon est "fou"

Cette main de fer que souhaite voir naître François Fillon lui vaut quelques mises en garde, notamment par ses proches : "t'es fou ! Tu ne vas pas te faire élire avec ça", craignent ses amis. Mais l'homme continue d'y croire, il mise tout sur ses idées. Selon lui, "la candidature de Nicolas (Sarkozy) n'est plus du tout évidente" et Alain Juppé est "dans une situation un peu irréelle". Le problème, c'est que quand bien même François Fillon préfère développer ses idées plutôt qu'assister aux événements de l'UMP, très peu sont entendues tant les médias sont occupés par ses deux rivaux.

A lire aussi - Là où Alain Juppé s'est "grillé", selon Nicolas Sarkozy

Nul en communication

Publicité
La communication semble être une science étrangère au député UMP. S'il a récemment proposé de regrouper la totalité des aides sociales en une "prestation sociale unique", l'annonce a été peu relayée. Ne pouvant que constater l'aisance d'Alain Juppé ou de Nicolas Sarkozy, le très distant François Fillon s'essaye à l'art de la communication en parlant aux journalistes, en répondant aux militants et même en faisant de l'humour, raconte l'hebdomadaire. De nature réservée, le candidat aux primaires UMP a tenu à le préciser : "si ça marche pas, ça marche pas... Ma vie n'en dépend pas. Je peux très bien vivre en oubliant la politique", avant d'ajouter "j'irai jusqu'au bout".

Vidéo sur le même thème - Fillon : "L'ISF, c'est un impôt stupide"