Revue du web
Avec Atlantico
Le nombre de sondés intéressés par la primaire de la gauche n'a gagné qu'un point après le premier débat.
Revue du web
Avec Atlantico
Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias se sont affrontés une première fois.
Revue du web
Avec Atlantico
Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias s'affrontent ce jeudi 12 janvier avant les votes du 22 et 29 janvier.
Revue du web
Avec Atlantico
Financement de parti politique, alliance stratégique entre François Fillon et Vladimir Poutine … La Russie est au cœur du débat politique ce matin. Il est également question d’écologie, avec le lancement de la route du soleil par Ségolène Royal.
Revue du web
Avec Atlantico
Deux prétendants, Gérard Filoche et Fabien Verdier, n'ont pas été retenus par la Haute autorité du PS. Gérard Filoche a annoncé qu'il déposait deux recours.
Vidéos Argent/Bourse
Au terme de plusieurs jours de bras de fer, le ministre de l'Intérieur a donné aux syndicats anti-loi Travail son feu vert pour organiser la manifestation du jeudi 23 juin dans les rues de Paris. Le parcours du cortège, décidé par Bernard Cazeneuve, fera environ un kilomètre dans le quartier de la Bastille. Après cette autorisation, les syndicats ont salué "une victoire de la démocratie". Depuis plusieurs jours, le gouvernement, dont Manuel Valls, affichait une volonté ferme d'interdire la mobilisation syndicale, qui devait initialement s'élancer de la place de la Nation pour rejoindre la place de la Bastille. Mais au final, les manifestants auront droit à un trajet plus court autour du bassin de l'Arsenal. Est-on face à un compromis où tout le monde est perdant ? - Avec: François de Rugy, député "écologistes !" de Loire-Atlantique, vice-président de l'Assemblée nationale. - 18h l'heure H, du mercredi 22 juin 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos A la une
"Nicolas Hulot aurait pu peser pour l'écologue au sein du gouvernement de la France. Ce qui compte c'est faire avancer l'écologie", a réagi jeudi le député EELV François de Rugy après l'annonce du refus de Nicolas Hulot d'entrer au gouvernement.
Politique
Après avoir pris ses distances avec Jean-Luc Mélenchon en mai dernier, Cécile Duflot a été raillée par l'un de ses collègues écologistes. Sa réponse par SMS a sûrement dû le désarçonner.
Vidéos A la une
Après l'annonce par préfecture de Loire-Atlantique vendredi que l'État engageait la "reprise des travaux" du projet contesté d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, le député écologiste François de Rugy a dénoncé sur BFMTV une décision "contradictoire avec les engagements répétés jusqu'à présent du président de la République, François Hollande".
Politique
A peine une semaine après avoir quitté Europe Ecologie-Les Verts, François de Rugy et Jean-Vincent Placé ont décidé de créer l’Union des démocrates et écologistes (UDE).
Vidéos A la une
Emmanuelle Cosse, la secrétaire générale d'EELV, a réagi vendredi à la démission coup sur coup de deux ténors de son parti. "Ce qu'il s'est passé avec François de Rugy et Jean-Vincent Placé, c'est quelque chose qui n'est absolument pas anodin. C'est un moment difficile pour nous. Difficile pour tous les écologistes qui se sont engagés dans ce parti depuis fort longtemps", a-t-elle déclaré.
Politique
Le parti écologiste subit actuellement une hémorragie de ses cadres avec les départs de François de Rugy, puis de Jean-Vincent Placé, qui dénoncent tous deux une "dérive gauchiste" du parti.
Vidéos A la une
La députée EELV Barbara Pompili a réagi ce jeudi au départ du parti de son homologue François de Rugy. La co-présidente groupe écologiste à l'Assemblée nationale le "regrette beaucoup". "C'est une grande perte pour notre partie", a-t-elle estimé. "Il incarnait une forme d'écologie pragmatique", a ajouté l'élue de la Somme sur BFMTV.
Vidéos A la une
Réagissant au départ de François de Rugy d'EELV, Jean-Marie Le Guen a dénoncé une "mélenchonisation des verts" et "un gauchisme stérile". Le secrétaire d'État en charge des relations avec le Parlement estime que beaucoup de leurs électeur ne comprennent pas cette "marginalisation".
Vidéos A la une
Le coprésident du groupe EELV à l'Assemblée nationale, François de Rugy, a claqué la porte du parti jeudi, car il espère un rapprochement avec le gouvernement. Du côté de Cécile Duflot et de ses soutiens, pas question de participer au gouvernement. Ce débat a été jugé stérile pour une partie du mouvement. "On se divise sur une réponse, alors qu'il n'y a pas de question. Est-ce que François Hollande nous a fait, aujourd'hui, une proposition ?", s'interroge Yannick Jadot.
Politique
Le coprésident des députés écologistes a annoncé son départ lors d’une interview au journal Le Monde. Il reproche à son parti de s’être "gauchisé".
Vidéos A la une
Invité de BFMTV mercredi, François de Rugy a défendu la loi sur la transition énergétique, présentée par Ségolène Royale et adoptée par le Parlement le jour-même. Cette loi prévoit de baisser la part de l'énergie issue du nucléaire et d'augmenter celle des énergies renouvelables. "C'est un virage majeur dans la politique énergétique de la France", a affirmé François de Rugy.
Vidéos A la une
Les associations opposées au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes vont interjeter appel de la décision du tribunal administratif de Nantes qui a validé, vendredi, les arrêtés préfectoraux autorisant le début des travaux de l'aéroport. Le député EELV François de Rugy rappelle qu'en vertu de l'accord politique, conclu avec François Hollande et Jean-Marc Ayrault, "aucun chantier ne commencera tant que tous les recours n'auront pas été épuisés".
Vidéos A la une
Invité : François de Rugy, co-président du groupe écologiste à l'Assemblée.
Vidéos A la une
Retour au calme à Sivens. Le Conseil Général du Tarn a opté vendredi pour un projet de barrage réduit, quelques mois après la suspension de la version initiale par Ségolène Royal. La Ministre de l'Ecologie salue cette décision qui " tout en respectant l'ensemble des critères de protection environnementale, sécurisera les apports en eau nécessaire pour des productions agricoles à forte valeur ajoutée ". Quelques heures après l'annonce du Conseil Général, les gendarmes ont évacué les manifestants anti-barrage. Manuel Valls a appelé au calme "l'heure doit être à l'apaisement et à la responsabilité. Il faut que ça s'arrête". De leur côté, les écologistes restent méfiants. " Le choix d'un projet redimensionné ne règle rien sur le fond. En l'absence d'études complémentaires, rien ne dit que les doutes juridiques sur le respect de l'environnement seront levés " préviennent les secrétaires nationaux Julien Bayou et Sandrine Rousseau dans un communiqué. Et s'il se félicite de l'abandon du projet initial, Denez L'Hostis, président de France Nature Environnement, n'est pas aussi enthousiaste " Nous n'avons pu obtenir que l'abandon du projet initial délirant. Malheureusement, un autre presque aussi incongru est choisi ". Il ajoute que " les associations resteront mobilisées pour démontrer qu'on peut répondre aux besoins des agriculteurs en optimisant les infrastructures existantes ". La construction du barrage va-t-elle se faire dans le calme ? Quels sont les impacts de cette version "light" du barrage ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Jacques Valax, député PS du Tarn François De Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique, Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA Benoît Hartmann, porte-parole et directeur des relations extérieures de France Nature Environnement Question JDD : Le gouvernement a-t-il eu raison d'évacuer le site de Sivens ?
Vidéos A la une
Le coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée François de Rugy a appelé jeudi à tirer "les conséquences de l'épisode parlementaire malheureux" du recours au 49-3 en renouant le "dialogue dans toute la majorité", qui est "dans une impasse"."Nous ne voterons pas cette motion de censure parce qu'elle ne mène nulle part. Par notre vote d'aujourd'hui, monsieur le Premier ministre, nous vous disons clairement que les écologistes ne sont pas dans l'opposition", a-t-il affirmé lors du débat sur la motion de censure.
Vidéos A la une
François de Rugy, le co-président du groupe EELV, prend la parole jeudi après-midi dans l'hémicycle pour expliquer pourquoi son groupe ne votera pas la motion de censure du gouvernement de Manuel Valls, déposée par l'UMP. "Votre motion de censure en appelle à une politique libérale totalement décomplexée, celle-là même que vous n'avez pas mise en oeuvre pendant dix années", déclare le député. Mais François de Rugy critique également l'utilisation par le Premier ministre de l'article 49.3 de la Constitution pour faire adopter la loi Macron : "C'est une procédure par nature d'exception, dans une démocratie parlementaire apaisée, les procédures d'exception sont toujours le signe d'une impasse." Selon François de Rugy, le vote sur la motion de censure aura deux avantages : elle permettra de "mesurer qu'il n'existe pas de majorité alternative dans cette Assemblée" et de "définir les contours de ce qu'est la majorité". Le co-président du groupe EELV entend "infléchir" la politique gouvernementale "en y intégrant notamment les impératifs environnementaux".
Vidéos A la une
François de Rugy a répondu à Bernard Cazeneuve qui lui a reproché d'avoir "la haine à la commissure des lèvres". "Je n'ai jamais dit qu'il était responsable de la mort de Rémi Fraisse. Je n'ai jamais appelé à sa démission, j'ai simplement demandé qu'il fournisse des explications, ce qu'il n'a jamais fait de façon solide, sérieuse et constante", a précisé le co-président du groupe EELV à l'Assemblée, avant d'ajouter: "C'est un dérapage extrêmement grave dans l'Assemblée nationale de parler de haine, d'avoir des propos insultants, de tout mélanger. C'est quelque chose qui n'est pas à la hauteur ni du débat politique ni de ce débat parlementaire".
Vidéos A la une
Jeudi 20 novembre, bernard Cazeneuve a choisi de régler ses comptes avec François de Rugy à l'Assemblée nationale. Tout en gardant son calme, le ministre de l'Intérieur a répondu aux critiques des écologistes sur sa gestion de l'affaire du barrage de Sivens. "Je n’ai vu dans vos propos depuis des...
Vidéos A la une
François de Rugy, co-président du groupe EELV à l'Assemblée nationale était en duplex pour BFM Story. Ségolène Royal réunit ce mardi tous les acteurs concernés par le projet du barrage de Sivens. La ministre de l'Écologie qui défend la réalisation des travaux, prône une solution de compromis tout en excluant les extrêmes. Malgré les protestations du président de l'Assemblée, une minute de silence à la mémoire du jeune Rémi Fraisse a été demandée par Cécile Duflot. Les écologistes du groupe EELV et de l'association France Nature Environnement demandent toujours l'abandon du projet.
Vidéos A la une
Ce mardi soir, Ségolène Royal va recevoir différents acteurs concernés par le dossier du barrage de Sivens. Un projet controversé et très polémique, dix jours après la mort du militant Rémi Fraisse. La ministre de l'Ecologie prône une solution de compromis: favoriser le développement économique et défendre l'environnement. Pour l'instant ce scénario semble optimiste. François de Rugy et Nicolas Hulot défendent l'environnement quand les élus locaux sont plus déterminés que jamais à aller jusqu'au bout du projet.
Vidéos A la une
Carlos Da Silva, porte-parole du Parti socialiste, député PS de l'Essonne et François de Rugy, co-président du groupe écologiste à l'Assemblée nationale et député EELV de Loire-Atlantique, étaient sur le plateau de BFM Story. François Holhande et Manuel Valls ont enfin réagi après les critiques formulées par les écologistes dont Cécile Duflot qui qualifie le décès de Rémi Fraisse comme "une tache indélébile". Le chef de l'État réclame "la vérité, toute la vérité" sur la mort du jeune opposant, et appelle à "la responsabilité".
Vidéos A la une
"Je ne veux pas mettre en cause, à priori, la police. Je souhaite que justice soit faite, que la transparence soit totale sur l'enquête", a-t-il déclaré sur BFMTV. "Je sais aussi que l'emploi des flash Ball dans les manifestations est extrêmement dangereux, cela fait plusieurs années que nous demandons l'interdiction", a ajouté le député EEVL de Loire Atlantique.
Vidéos A la une
Le 16 septembre, François de Rugy, coprésident du groupe EELV à l'Assemblée, Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV, Bernard Sananès, président de l'Institut de sondages CSA, Laurent Neumann, éditorialiste politique de BFMTV, Christian Paul, député PS de la Nièvre et frondeur, Olivier Faure, porte-parole du PS et Henri Guaino, ex-conseiller de Nicolas Sarkozy ont été reçus par Olivier Truchot, dans une édition spéciale sur le vote de confiance du nouveau gouvernement de Manuel Valls, sur BFMTV.
Vidéos Argent/Bourse
Le 21 août, David Dauba a reçu François de Rugy, co-président du groupe écologiste à l'Assemblée nationale et Thomas Guénolé, maitre de conférence à Sciences Po, dans Le Grand Journal, sur BFM Business.

Pages

Publicité