Vidéos à la une
Pas de resserrement monétaire à court terme en zone euro : Mario Draghi l'a clairement dit ce jeudi lors d'une conférence à l'université Goethe de Francfort. Pour le Président de la Banque centrale européenne, les statistiques économiques positives ne sont pas encore assez nombreuses pour justifier un changement de cap. 'Avant toute modification des composantes de notre politique - taux d'intérêt, rachats d'actifs et perspectives - nous devons encore acquérir suffisamment de confiance dans le fait que l'inflation convergera bien vers notre objectif (proche de, mais inférieur à 2%) à moyen terme et y restera, y compris dans des conditions de politique monétaire moins accommodantes,' a-t-il déclaré. Draghi: Before altering stance need sufficient confidence inflation will converge to our aim & remain even in less supportive conditions- ECB (@ecb) 6 avril 2017 De 2% en février, l'inflation est retombée à 1,5% en zone euro en mars. Au sein du conseil de la BCE, les gouverneurs autrichien, néerlandais, italien et français, se sont ralliés à leur homologue allemand, qui mercredi encore, martelait dans la presse la nécessité de mettre un terme aux rachats d'actifs d'ici un an. Account of the monetary policy meeting of the ECB Governing Council of 8-9 March 2017 https://t.co/KDznYrbuac- ECB (@ecb) 6 avril 2017 Les propos de Mario Draghi ont fait reculer l'euro face au dollar à son plus bas niveau depuis la mi-mars ce jeudi.
Vidéos à la une
Ils étaient plus de 30 000 Kurdes allemands à manifester dans les rues de Francfort pour réclamer 'la démocratie en Turquie' et 'la liberté pour le Kurdistan'. Autorisée par la préfecture, ce rassemblement était organisé à l'occasion du nouvel an kurde. Mais des drapeaux du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), et des portraits du leader historique, Abdullah Öcalan, normalement interdits, ont été aperçus. 'Nous demandons la liberté pour Ocalan et le peuple kurde opprimé, et bien sûr, nous voulons nous opposer à Erdogan et son référendum en avril', explique une militante. La police ne serait pas intervenue pendant la manifestation pour ne pas provoquer d'incidents mais assure avoir pris des photos qui pourront servir, par la suite, à d'éventuelles poursuites. La Turquie a jugé cette manifestation 'inacceptable' et accuse l'Allemagne d'hypocrisie pour avoir autorisé ce rassemblement alors qu'elle avait refusé que des rassemblements pro-gouvernementaux soient organisés dans le pays. Environ 1,4 million de Turcs en Allemagne peuvent voter lors du référendum qui se tiendra en avril, pour accorder ou non des pouvoirs renforcés à Erdogan Avec AFP
Vidéos Argent/Bourse
Malgré le Brexit, la London Stock Exchange vote pour un rapprochement avec la Deutsche Börse.
Vidéos Argent/Bourse
Au diable le Brexit : les actionnaires de la bourse de Londres ont approuvé à la quasi unanimité la fusion avec la Deutsche Börse, la bourse de Francfort. Cette opération de plus de 24 milliards d'euros pourrait donner naissance à un nouveau géant boursier mondial, concurrent direct d'Euronext. Le président du London Stock Exchange, Donald Brydon, s'est dit convaincu d'obtenir le feu vert de Bruxelles. Les deux partenaires ont en effet anticipé la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne en mettant sur pied un comité référendum chargé de faire des recommandations pour s'adapter aux nouvelles exigences des autorités pour obtenir leur aval. 'C'est une histoire d'amour entre les bourses de Francfort et Londres,' commente Robert Halver, de la Baader Bank. Il émet toutefois une réserve : 'Il y a des incertitudes juridiques. Baser le siège du nouvel ensemble à Londres n'a plus de sens maintenant. Oui, il y aura une fusion avec un siège à Francfort, mais il se peut qu'on crée un deuxième siège à Londres. Quoi qu'il en soit, l'important, c'est que Francfort a la préférence.' En basant le siège du nouvel ensemble à Francfort, les partenaires ont en effet toutes les chances de rallier l'autorité allemande des marchés à leur cause. Les actionnaires de la Deutsche Börse ont jusqu'au 12 juillet pour apporter ou non leurs actions à l'opération.
Vidéos à la une
Le Président de la Banque centrale européenne n'a pas laissé le Brexit gâcher la bonne humeur ce mardi sous le soleil de Sintra, au Portugal. Même si la veille il avait avoué que le sentiment qui décrivait le mieux sa réaction au vote britannique était la tristesse. Mario Draghi a pris soin d'éviter le sujet donc, dans son intervention au forum annuel de la BCE - l'équivalent européen du rendez-vous de la Réserve fédérale américaine à Jackson Hole - pour plaider en faveur d'un alignement mondial des politiques monétaires. 'Peut-être qu'une coordination formelle de nos politiques n'est pas nécessaire, mais nous pouvons bénéficier de leur alignement. Par alignement je veux dire un diagnostic commun des causes à l'origine des défis qui nous affectent tous. Et un engagement commun à baser nos politiques intérieures sur ce diagnostic,' a-t-il notamment déclaré. Dès vendredi, dans le sillage de la Banque d'Angleterre, la BCE s'est engagée à fournir des liquidités aux banques si nécessaire. Le thème de l'alignement aurait d'ailleurs dû être au coeur d'un débat avec ses homologues britannique et américaine. Mais l'événement a été annulé pour permettre à Mario Draghi de participer au sommet européen de Bruxelles.
Vidéos Argent/Bourse
L'aéroport de Francfort-Hahn passe sous pavillon chinois. Le groupe de négoce Yiqian Trading va acquérir une participation majoritaire dans ce petit aéroport, situé à mi-chemin entre Francfort et le Luxembourg, et utilisé essentiellement par la compagnie low-cost Ryanair. Mais celle-ci n'a transporté que 2,7 millions de passagers l'an passé contre près de quatre millions il y a dix ans. L'aéroport de Hahn souffre de son éloignement de la ville de Francfort, qui est desservie par l'un des plus grands aéroports d'Europe. La semaine dernière, un autre groupe chinois avait annoncé son entrée dans le capital de la compagnie Virgin Australia.
Vidéos Argent/Bourse
La place financière de Paris tire le signal d'alerte contre la fusion des bourses de Londres et de Francfort. Le patron de la Banque de France, jusqu'ici très réservé sur ce dossier, s'est exprimé hier contre ce projet de fusion.
Vidéos à la une
Au coeur des sculptures de Picasso Vous connaissiez Picasso le peintre mais peut-être moins le sculpteur et pourtant... Le maître espagnol a laissé une oeuvre plus confidentielle que sa peinture mais pourtant abondante. Le musée Picasso de Paris l'expose jusqu'au 28 août 2016. A découvrir, des bronzes, des pièces en béton, des assemblages de tiges de fer... de ses premiers modelages aux toles pliées des dernières années. 60 ans de travail. 'Botticelli Reimagined' ou comment Botticelli inspire l'art Le Victoria and Albert museum de Londres se penche sur l'influence de Botticelli dans l'art. Cette exposition présente 50 oeuvres du maître florentin, confrontées à d'autres formes artistiques issues du design, du cinéma, de la mode... Une approche comparative résolument moderne à découvrir jusqu'au 3 juillet. Georges de La Tour dans la lumière du Prado On reconnaît sa peinture à des jeux d'ombres et de lumières, notamment sur les visages... Le Musée du Prado accueille une exposition exceptionnelle de 30 toiles du peintre français Georges de la Tour. Oublié pendant des siècles, le Lorrain est le peintre français le plus important du XVIIe siècle. Joan Miro format XXL à Francfort Les grands formats et peintures murales de Joan Miro s'exposent au Schirn Kunsthalle de Francfort. Une cinquantaine d'oeuvres du peintre catalan, figure du mouvement surréaliste sont à découvrir jusqu'au 12 juin.
Vidéos à la une
Patience : c'est le message adressé par le Président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, à l'ensemble de la zone euro, après l'annonce d'un statu quo sur les taux. L'institution monétaire a laissé son principal taux directeur à zéro. Son taux de prêt marginal, auquel les banques empruntent à ses guichets pour 24 heures, est maintenu à 0,25%, tandis que le taux de dépôt, qui s'applique aux banques plaçant leurs surplus de liquidités auprès d'elle pour 24 heures, est maintenu à -0,40%. Monetary policy decisions: rates unchanged https://t.co/ZxI4DTVxHv- ECB (@ecb) 21 April 2016 Mario Draghi a estimé qu'il fallait laisser du temps à ses mesures pour dévoiler pleinement leurs effets. Ce sera également le cas pour le rachat inédit de dettes d'entreprises annoncé en mars mais et qui commencera en juin. Il en a d'ailleurs précisé les conditions. 'Si une entreprise possède une banque, mais que sa maison mère n'est pas une banque, elle sera éligible. Mais si la maison mère est une banque, alors elle sera exclue du programme. Le risque sera pleinement partagé. La maturité sera de 30 ans maximum. Et l'émission sera limitée à 70% de la dette d'une entreprise.' Si les dettes bancaires en sont exclues, celles des assureurs seront éligibles. Au total, le montant des rachats de dette publique et privée restera à 80 milliards d'euros par mois. Depuis le mois dernier, ces rachats sont assortis de prêts gratuits aux banques. Gouvernements, au travail ! Mario Draghi a de nouveau promis d'utiliser tous les instruments disponibles pour faire circuler l'argent, relancer l'activité et l'inflation. N'en déplaise à Berlin. 'Nous obéissons à la loi, pas aux politiques, parce que nous sommes indépendants,' a-t-il lancé, dans sa toute première réponse aux critiques de l'Allemagne, où l'épargne traditionnellement forte est pénalisée par la politique de taux zéro. Draghi: We obey the law, not politicians- ECB (@ecb) 21 avril 2016 Mario Draghi en a profité pour appeler les gouvernements à faire eux aussi leur travail - à savoir, des réformes structurelles pour rendre leur marché du travail plus flexible et favoriser l'entreprenariat et la compétition dans les secteurs des biens et des services. La confiance dans la stratégie des sages de Francfort s'étiole alors qu'après avoir reculé en février, les prix ont fait du surplace en mars, là où la BCE vise une inflation proche, mais inférieure à 2%.
Vidéos à la une
Ils se sont mis d'accord sur une fusion entre égaux : le London Stock Exchange et la Deutsche Börse entendent créer un opérateur boursier européen de taille à rivaliser avec leurs rivaux américains. Les actionnaires du Britannique se verront proposer 45,6% de la nouvelle entité, ceux de l'Allemand, les 54,4% restants. Domiciliée en Grande-Bretagne, elle régnera sur les bourses de Londres, Milan et Francfort et sur des sociétés d'investissement et de compensation, notamment la Luxembourgeoise Clearstream. Cette fusion, qui pourrait se concrétiser d'ici la fin de l'année, devrait générer des économies de 450 millions d'euros par an.
Vidéos à la une
Aujourd'hui, la Banque centrale européenne a donné sa dernière réunion de presse mensuelle avant la fin de l'année. Comme prévu, la décision a été prise sur le taux de dépôt de la BCE qui passe de -0,20 % à -0,30 %. Et le programme de rachats d'actifs est prolongé jusqu'à mars 2017. Pour Gilles Moëc, la BCE continue de réagir très bien sur l'inflation, mais ne laisse rien présager sur la politique monétaire, en 2016. - Avec: Gilles Moëc, chef économiste chez Bank of America-Merrill Lynch. - Intégrale Bourse du jeudi 3 décembre 2015, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos à la une
La BCE est prête à agir pour relancer l'inflation en Zone euro. Son président, Mario Draghi, s'y est engagé devant le 25ème Congrès bancaire européen ce vendredi à Francfort. Les prix ont augmenté de 0,1 % en octobre, loin de l'objectif de 2 % de la Banque centrale européenne. En cause, outre la baisse des prix des matières premières : la stagnation des salaires et la reprise atone. ' Si nous décidons que la trajectoire actuelle de notre politique n'est pas suffisante pour atteindre notre objectif, nous ferons ce que nous devons pour relancer l'inflation aussi vite que possible. Stabiliser les prix fait partie intégrante de notre mandat,' a déclaré Mario Draghi. ' Nous considérons que notre programme de rachat d'actifs est un instrument puissant et flexible dans la mesure où sa taille, sa composition et sa durée peuvent être ajustées pour parvenir à une politique plus expansionniste,' a-t-il précisé. Ces propos ouvrent la voie à un ajustement, le 3 décembre prochain, du vaste programme de rachat de dettes lancé en mars par la BCE. Il avait alors été fixé à 1 milliard 140 millions d'euros d'ici à septembre 2016. Ce programme vise à faire baisser les rendements des dettes publiques pour soulager les Etats. Jusqu'à présent, il a permis de réorienter les capitaux vers les marchés d'actions, sans bénéficier à l'économie réelle, comme en témoignent les chiffres de la croissance : 1,4 % attendu cette année, 1,7 % l'an prochain. Une nouvelle baisse du taux de dépôt - actuellement négatif à - 0,2 % - serait aussi envisagée.
Vidéos à la une
Après une journée de relâche, la grève a repris chez Lufthansa. La compagnie allemande a annoncé la suppression de près d'un millier de vols ce lundi au départ des aéroports de Francfort, Düsseldorf et Munich. Plus de 100.000 passagers sont touchés par ce mouvement, entamé vendredi, et qui doit se poursuivre toute la semaine. Cet homme revient du Qatar. Il est très remonté : 'Je ne réserverai plus chez Lufthansa. C'est ce que je viens de dire à un représentant de la compagnie.' 'J'ai réservé une place sur un A380 a destination de San Francisco, dit cet Allemand, mais comme vous pouvez le voir, tous les vols sont annulés. S'il n'y a pas de vols transatlantiques, comment je fais : je nage ? Le syndicat du personnel naviguant, à l'origine de cette grève, dénonce les réductions de coûts opérées par Lufthansa pour lutter contre la concurrence des compagnies low-cost et du Moyen-Orient. Les négociations avec la direction butent notamment sur la question des retraites. 'C'est impressionnant, car il y a plus de collègues qui participent à cette grève qu'il y a de salariés syndiqués, souligne Nicoley Baublies, responsable du syndicat UFO. 95 % de tous les vols impactés par cette grève ont été annulés. Lufthansa n'a même pas été en mesure de garantir un service minimum, ce qui montre à quel point les gens sont en colère contre la compagnie en ce moment.' Les conflits sociaux chez Lufthansa n'ont cessé de se multiplier depuis l'an passé, les pilotes notamment ont fait grève treize fois en l'espace de 18 mois. Ce mouvement n'affecte toutefois pas les filiales de la compagnie allemande comme Germanwings ou SWISS.
Vidéos à la une
27 ans après les Versets sataniques, Salman Rushdie continue de défendre la liberté d'expression. Il est un des invités de la Foire du livre de Francfort, au grand dam de l'Iran. L'écrivain britannique d'origine indienne a prononcé un discours à l'ouverture du salon dénonçant non seulement les 'menaces violentes' contre les auteurs dans certains pays mais aussi un 'nouveau sentiment de politiquement correct'. Furieux de la présence de l'écrivain qui est toujours visé par une fatwa de l'ayatollah Khomeini, l'Iran a boycotté l'événement au dernier moment. Téhéran a appelé les autres pays musulmans à faire de même. Sans succès. Cette année, d'ailleurs, l'Indonésie, pays comptant le plus grand nombre de musulmans au monde, est l'invité d'honneur du plus grand rendez-vous mondial de l'édition. Plus de 7 000 exposants sont présents et on attend quelques 300 000 visiteurs jusqu'au 18 octobre. D'abord réservé aux professionnels, le salon ouvrira au grand public ce week-end.
Vidéos Auto
Lors du salon de Francfort, la plupart des visiteurs ont été attiré par le stand de Lamborghini. Un régal pour les yeux !
Vidéos à la une
La Toyota Mirai fait sa première sortie européenne au salon de Francfort. La grande berline japonaise fonctionne à l'hydrogène, présent naturellement dans l'air, et ne rejette que de l'eau; et roule comme une voiture électrique. Elle est commercialisée dans quelques pays et arrivera en France dans quelques années. Elle peut être la plus écologique des voitures, tout dépend de la méthode utilisée pour fabriquer l'hydrogène.
Vidéos à la une
Anthony Morel a présenté les nouvelles innovations technologiques intégrées aux voitures de demain, à découvrir au Salon automobile de Francfort. En premier lieu, les voitures seront capables de changer de forme tout en roulant afin de gagner en vitesse et économiser du carburant. Les pare-brises pourront être équipés comme des cockpits d'avion de chasse, et pourront être dégivrés à distance via une application. - Bourdin Direct, du vendredi 18 septembre 2015, sur RMC.
Vidéos à la une
Jaguar entre dans le Guiness des records avec le plus important looping réalisé par une voiture. Le cascadeur Terry Grant a emprunté lundi soir une boucle haute de plus de 19 mètres, en marge du salon automobile de Francfort. Le véhicule a encaissé une accélération verticale supérieure à celle que subissent les astronautes au décollage d'une navette spatiale.
Vidéos à la une
Mardi 15 septembre, le patron du constructeur automobile allemand BMW, Harald Krüger, a été victime d'un malaise en pleine conférence de presse au salon de l'automobile de Francfort. Selon un bref communiqué, la marque automobile indique que Harald Krüger s'était mal remis d'un voyage à l'étranger et qu'il va mieux à présent.
Vidéos Argent/Bourse
Ce jeudi 16 juillet 2015, la conférence de presse du président de la BCE Mario Draghi, a été retransmise en direct depuis Francfort, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Les tribunes de la course cycliste Eschborn-Francfort resteront vides... L'évènement qui devait avoir lieu aujourd'hui a en effet été annulé pour raisons de sécurité. Un couple a été arrêté ce jeudi non loin de Francfort par la police allemande, qui affirme qu'elle a déjoué un attentat. Une bombe artisanale ainsi que des armes ont été saisies chez l'homme, détenteur de la double nationalité allemande et turque, et sa compagne turque. Bernd Moos-Achenbach, l'organisateur de la course, s'est désolé de cette annulation et s'est inquiété du fait que d'autres évènements puissent être annulés de cette façon. Nous ne devons pas nous laisser terroriser, affirme t-il. Les éléments d'enquête mettent en évidence la connexion islamiste du couple arrêté. La police n'a pas précisé si des complices étaient recherchés mais face à la difficulté d'évaluer les menaces réelles sur la course cycliste, celle-ci a été annulée. C'est en achetant des produits chimiques très particuliers et en grande quantité que les deux suspects avaient été repérés.
Vidéos à la une
En marge de l'inauguration du nouveau siège de la Banque centrale européenne, la BCE, entre 15 000 et 20 000 opposants à l'austérité défilaient calmement dans la soirée, alors que des violences ont éclaté dans la matinée. Un commissariat a été attaqué. La police a déploré quatorze blessés dans ses rangs. Selon elle, les gaz lacrymogènes et autre spray au poivre de la police ont causé des irritations à une centaine de manifestants et à près de 80 policiers. C'est le collectif Blockupy qui avait appelé à manifester le jour de l'inauguration de la BCE. 'Avant tout, je pense que la BCE est un grand symbole de la politique monétaire en Europe, et des puissantes politiques du capitalisme. Et c'est tout simplement très important que de nombreuses personnes venant de différents pays se rassemblent et luttent contre ces politiques', déclarait Clément, un manifestant. Blockupy, est un collectif regroupant des partis de gauche, des syndicats et des ONG comme Attac. Il est né en 2012 à Francfort dans la lignée du mouvement Occupy. La cérémonie d'inauguration du nouveau siège de la BCE s'est déroulée sous haute protection policière. Un siège dont la construction a coûté 1,3 milliard d'euros.
Vidéos à la une
C'est l'un des slogans pleins d'humour que l'on pouvait lire lors de la manifestation écologiste de ce samedi à Berlin. Ces agriculteurs et activistes végétariens entendaient protester contre ce qu'ils appellent les usines à viande, les OGM et l'accord de libre échange entre l'Union Européenne et les Etats-Unis. 'Manger, c'est politique, déclare ce militant. A chaque fois que je décide d'acheter quelque chose, je le fais en fonction de comment les animaux sont traités ou de ce qui pousse dans nos champs. Bien-sûr, je peux acheter certaines espèces, je peux manger moins de viande - on en mange trop de toutes façons - et je fais en sorte de soutenir les paysans, et pas les grandes compagnies agro-alimentaires'. la salamisation de la société, c'est bien-sûr un jeu de mots avec la soi-disant 'islamisation' de la société allemande, contre laquelle protestait récemment le mouvement xénophobe PEGIDA. La manifestation, organisée tous les ans, a commencé Potsdamer Platz pour finir devant la chancellerie d'Angela Merkel. Selon ses organisateurs elle a réuni 50.000 personnes.
Vidéos à la une
Un premier jihadiste jugé par la justice allemande, après la France et la Grande-Bretagne. Le tribunal de Francfort a condamné un jeune homme à trois ans et neuf mois de prison pour avoir rallié l'organisation Etat islamique en Syrie. Ce jeune, 20 ans aujourd'hui, a été jugé en tant que mineur en raison de son manque de maturité, comme la loi allemande l'autorise pour les jeunes majeurs. (Ce qui explique que son image soit floutée.) De juillet à décembre 2013, il avait rejoint la Syrie et l'EI, notamment pour prendre part à des combats contre les forces du président Bachar al-Assad. Il avait été arrêté à son retour sur le sol allemand le 12 décembre 2013. Selon le ministère allemand de l'Intérieur, environ 550 Allemands sont partis rejoindre l'EI en Syrie et en Irak. Ce vendredi, aussi, deux jeunes musulmans britanniques de 22 ans, décrit comme des fondamentalistes destinés à devenir des martyrs, ont été condamnés à 12 ans et huit mois fermes de réclusion après quelques mois passés en Syrie. Deux autres Britanniques, des frères, ont déjà été condamnés à des peines plus légères pour avoir suivi un entraînement en Syrie. En France, le premier jihadiste jugé a été condamné le mois dernier à 7 ans de prison ferme après avoir passé 10 jours en Syrie. On dénombre entre 12 000 et 15 000 combattants étrangers venus d'une soixantaine de pays dans les rangs de l'EI.
Vidéos Insolite
Voici Jason Paul, un Allemand de 23 ans. C'est un professionnel de free-running et avec cette vidéo, il nous montre son point de vue préféré.
Vidéos à la une
Grève ferroviaire à la Deutsche Bahn ce week-end et grève aujourd'hui au sein de Lufthansa. L'Allemagne traverse des turbulences sociales à répétition ce mois-ci dans les transports. Les pilotes de la compagnie allemande affiliés au syndicat Vereinigung Cockpit devaient entamer en début d'après-midi leur mouvement sur les liaisons courtes et moyennes distances. 1450 vols doivent être annulés ce lundi selon la direction. Le syndicat a également annoncé dans la matinée une autre grève pour mardi, touchant les vols longs courriers. 'C'est énervant, c'est vraiment énervant, indiquait Rainer, un passager à l'aéroport de Francfort. Je n'éprouve plus de sympathie et je ne comprends désormais plus pourquoi cela devrait affecter les passagers'. L'annulation des 1450 vols concerne plus de 200 000 passagers et intervient alors que les vacances scolaires débutent dans près de la moitié des seize Länder allemands. Le syndicat Vereinigung Cockpit a déjà mené sept mouvements de grève depuis le printemps pour protester contre le projet de la direction de Lufthansa de modifier les conditions de départ en préretraite pour les pilotes. Avec AFP et Reuters
Vidéos à la une
Francfort a clôturé, ce week-end, son Festival des Lumières. Cet évènement, qui a lieu tous les deux ans, a illuminé l’ensemble de la...
Vidéos à la une
L’aéroport de Francfort déserté au troisième et dernier jour de grève des pilotes de la Lufthansa. Depuis mercredi et jusqu‘à ce vendredi soir, quelques 3 800 vols de la compagnie allemande...
Vidéos à la une
La police allemande est à la recherche de qui a tué la semaine dernière 15 flamands roses dans le zoo de Francfort...Humain ou animal?
Vidéos à la une
C’est un cauchemar qu’ont vécu des passagers à l’aéroport de Francfort, secoué par une grève des personnels de sécurité ce vendredi. Le syndicat allemand des services Verdi avait appelé...

Pages

Publicité