Vidéos à la une
La décision des autorités d'interdire la manifestation anti-loi Travail de jeudi a mis le feu aux poudres de tout l'échiquier politique. Au Front national, Florian Philippot a condamné cette résolution "très grave", preuve selon lui d'une "atteinte à la démocratie". Le vice-président du FN a dénoncé un "gouvernement aux abois", probablement "gêné par l'ampleur de la mobilisation contre une loi voulue par Bruxelles". "S'il démissionne face aux casseurs, peut-être temps de démissionner tout court", a-t-il tempêté.
Publicité