Revue du web
Avec Atlantico
La polémique estivale mobilise toujours l'attention de la classe politique ce vendredi.
Vidéos A la une
Florian Philippot a confié avoir été pris de vertige en apprenant le montant du nouveau salaire de Paul Pogba.
Vidéos A la une
Y aurait-il de l'eau dans le gaz entre Marine Le Pen et Florian Philippot ? Souvent, ce sont ses supposées tensions avec sa nièce Marion-Maréchal Le Pen qui intriguent la presse, mais la présidente du Front national aurait aussi le vice-président du parti dans sa ligne de mire. C'est du moins ce que révèle Le Point dans un confidentiel.
Vidéos A la une
Le député européen Jean-Marie Cavada, invité de News et Compagnie sur BFMTV ce mardi, a accusé le vice-président du Front national Florian Philippot également présent sur le plateau de "vouloir accéder au pouvoir en mentant le plus possible". "Quand vous défendez les classes populaires contre les élites, vous leur avez dit que vous étiez une élite?", a lancé Jean-Marie Cavada à son interlocuteur, qui a rappelé être fils d'instituteur pour se défendre. Le député européen lui a également dit "ne pas avoir confiance" dans les propos de Florian Philippot.
Vidéos A la une
Le député européen se réjouit de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne. La volonté des certains hommes politiques dont Nicolas Sarkozy de créer un nouveau traité européen validé par référendum "font doucement rire" Florian Philippot.
Vidéos A la une
Le député européen FN est revenu sur les positions contradictoires du parti concernant les manifestations contre la loi Travail. Marion Maréchal-Le Pen prôanit l'interdiction, tandis que Florian Philippot s'y opposait. Il réfute d'éventuels tensions et la "théorie d'une répartition des rôles" pour attirer des électeurs. Le n estime que les du FN réaffirme sa position quant aux manifestations: il faut les autoriser.
Vidéos A la une
La France peut suivre le pas du Royaume-Uni : "la Suisse, la Norvège ... nous le démontre" dit Florian Philippot. Pour le vice-président du FN, la France peut se passer de l'Union Européenne et doit en priorité, retrouver sa totale indépendance si elle veut faire avancer son économie.
Vidéos A la une
Les Britanniques ont voté ce jeudi pour une sortie de l'Union européenne. Sur BFMTV, l'eurosceptique Florian Philippot s'est dit "heureux" de l'issue de ce scrutin. Le vice-président du Front national demande désormais "un référendum en France", rappelant que "Marine Le Pen le propose depuis des années". "Les Français ont soif d'autre chose", a-t-il estimé.
Vidéos Argent/Bourse
Florian Philippot, vice-président du FN, était l'invité de Ruth Elkrief mercredi soir sur BFMTV. Le député européen a soutenu que beaucoup d'électeurs du Front national étaient dans les manifestations anti-loi Travail. "Le Front étant le premier parti ouvrier et salarié de France, il y a beaucoup de nos électeurs forcément qui sont dans la rue", a-t-il assuré. "Les dirigeants (ndlr, du FN) n'y sont pas, c'est l'action syndicale on ne mélange pas l'action politique et l'action syndicale", a-t-il précisé.
Vidéos A la une
C'est un cliché qui risque de faire parler ! La dame au chapeau avec le vice-président du Front national. La fan du noir et blanc serait-elle tentée par le bleu marine ? Florian Philippot vient en effet de publier un cliché sur les réseaux sociaux où il apparait en train de déjeuner avec Geneviève de Fontenay.
Vidéos A la une
Florian Philippot a vertement critiqué Bernard Cazeneuve ce jeudi sur BFMTV, l'estimant responsable des nombreuses violences et débordements qui émaillent les manifestations contre la loi Travail. Le vice-président du FN s'est dit exaspéré de voir le ministre de l'Intérieur "parader à la télévision", en "donnant des leçons à tout le monde" . "Monsieur Cazeneuve, c'est le ministre de tous les débordements, de l'insécurité, des attentats et du terrorisme islamiste", a-t-il martelé, affirmant que le locataire de la place Beauvau devrait démissionner.
Vidéos A la une
Florian Philippot a estimé que gouvernement jouait "le pourrissement", ce jeudi sur BFMTV, à propos des nombreux débordements qui émaillent la mobilisation contre la loi Travail. Le numéro deux du FN s'est montré fermement opposé à la menace brandie par l'exécutif d'une interdiction des manifestations si les violences venaient à se répéter. "C'est une réaction d'incapables et de tordus", a-t-il tempêté, avançant que le gouvernement utilisait cette situation, pour "discréditer le mouvement social contre la loi El Khomri". "Comment mieux discréditer un mouvement qu'en suscitant le désordre et d'en faire porter la responsabilité à un autre?", s'est-il interrogé.
Vidéos A la une
"On va vers une situation de chaos" a dit Florian Philippot en direct au journal de 20h. Le vice-président du FN est revenu sur la loi Travail. "Personne ne veut de cette loi", a-t-il affirmé ajoutant que gouvernement "ferait mieux d'écouter Français" plutôt que Bruxelles.
Vidéos A la une
Quelle est la véritable ligne économique du Front National ? D'un côté, Marion Maréchal-Le Pen veut que le FN se substitue littéralement à la droite. Car pour gagner, il faut selon elle, se placer face à la gauche. Libérale et pro-entreprise, elle a choisi le camp du patronat et adopte les mesures fiscales de droite. De l'autre côté, le parti semble suivre la ligne de Florian Philippot, celui à qui Marine Le Pen confie toutes les questions économiques. Aux yeux de la société et à l'international, ce parti se situe du côté de l'extrême droite. Mais économiquement, il tatonne entre droite et gauche. Il appartient à Marine Le Pen de trancher sur sa véritable position. - Bourdin Direct, du mercredi 8 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Interrogé à propos des blocages dans les raffineries par des opposants de la loi Travail ce lundi sur BFMTV et RMC, Florian Philippot s'est refusé à prendre position quant à la légitimité de leurs actions. "Je ne suis pas un responsable syndical mais un responsable politique", s'est justifié le vice-président du Front national, disant comprendre la colère des travailleurs mais aussi celle des usagers qui pâtissent de ces grèves. "Vous avez peut-être l'habitude de recevoir tous les matins des gens qui ont zéro conviction, moi j'en ai", a-t-il tempêté après avoir été titillé à plusieurs reprises par Jean-Jacques Bourdin. "Je ne condamne pas une action syndicale", a-t-il assuré, imputant toute le responsabilité "de la situation dans le pays" à l'action politique du gouvernement.
Vidéos A la une
"Le gouvernement doit immédiatement retirer la loi Travail", a demandé Florian Philippot ce jeudi sur BFMTV. Alors que Manuel Valls a réaffirmé quelques heures plus tôt sa détermination au passage du texte, le vice-président du Front national a déploré la "fausse fermeté" du Premier ministre. "Ce que fait le gouvernement depuis le départ, c'est simplement obéir à l'Union européenne. Il n'y a rien en matière d'autorité lorsqu'on est le larbin de Bruxelles", a estimé l'eurodéputé.
Vidéos A la une
Invité de LCI, le maire de Béziers, Robert Ménard s'exprime au sujet des divisions qui règnent dans son camp autour de la loi Travail. Et l'élu ne mâche pas ses mots lorsqu'il parle du numéro 2 frontiste : "Florian Philippot parle comme une CGTiste".
Vidéos A la une
Florian Philippot a appelé Bernard Cazeneuve à démissionner de son poste de ministre de l'Intérieur, ce mercredi sur BFMTV. Pour le vice-président du FN, le locataire de la place Beauvau serait "le ministre de la parlotte et du chaos" et enfumerait "les Français à coup de grandes déclarations martiales". Il s'est également dit étonné de voir "un préfet de police, un ministre, un Premier ministre ou un président décrire et condamner toujours verbalement". Selon lui, ils se comporteraient en "spectateurs", alors qu'ils "ont les manettes".
Vidéos A la une
Invité sur BFMTV ce mercredi, Florian Philippot a fustigé l'attaque de deux gardiens de la paix par des individus violents, un peu plus tôt dans la journée à Paris. Extraits de force d'une voiture qui a été incendiée, les fonctionnaires auraient été victimes, selon le vice-président du FN, d'une "tentative de meurtre". Pour lui, il serait temps "d'appeler les choses par leur nom".
Vidéos A la une
Le vice-président du Front national a réagi au micro de LCI au lendemain de l'annonce de l'annulation du concert du chanteur Black M prévu à Verdun le 29 mai, après plusieurs jours de polémique. "On s'apprêtait à faire jouer et subventionner une personne qui a écrit et chanté des horreurs sur la France", a-t-il expliqué, ajoutant que "pour une question de morale publique, ça n'avait pas sa place aux commémorations de Verdun."
Vidéos A la une
Le vice-président du Front national s'est exprimé au micro de LCI sur l'annulation du concert de Black M prévu à Verdun le 29 mai, et la réaction du chanteur qui a suivi. "Il s'est rendu de l'indécence de ses propos c'est très bien : comme ça il pourra grandir un peu", a-t-il estimé, ajoutant que "c'est un autre aspect positif de cette mobilisation citoyenne."
Vidéos A la une
Le rapeur Black M devait se produire le 29 mai prochain à Verdun à l'occasion des commémorations. Mais ce vendredi matin, la mairie a publié un communiqué annonçant l'annulation de son concert pour "risque fort de troubles à l'ordre public et déferlement de haine". Sur les réseaux sociaux, le FN n'a pas tardé à réagir en se réjouissant de la décision. Il avait déjà eu des problèmes avec la justice pour des propos jugés antisémites et homophobes.
Vidéos A la une
Après plusieurs jours de polémique, le concert du chanteur Black M, prévu à Verdun le 29 mai lors des commémorations du centenaire de la bataille, a finalement été annulé par la mairie. "C'est une bonne nouvelle", a réagi au micro de BFMTV Florian Philippot, opposé à cette invitation. "C'était tellement incompréhensible et incongru", a ajouté le vice-président du Front national.
Vidéos A la une
Florian Philippot était ce mercredi sur BFMTV confronté à Mael de Calan, membre de l'équipe de campagne d'Alain Juppé et auteur du livre "La vérité sur le programme du Front national". Attaqué sur la question de l'immigration, le vice-président du parti d'extrême-droite a répondu en dénonçant "le laxisme" de la droite. "Il y a des gens de chez vous qui enfument, M. Ciotti, M. Sarkozy, M. Wauquiez, qui font croire qu'ils sont fermes alors qu'au pouvoir on a bien vu que l'UMP ne l'était pas", a lancé le député européen. Mael De Calan a alors évoqué le manque de réponses du FN sur la question. "Je pense que tout le monde aura compris que les 400.000 personnes que vous allez expulser en deux coups de cuillère à pot, vous ne savez pas comment faire", a-t-il assuré.
Vidéos A la une
Le vice-président du Front National Florian Philippot, invité de BFM Story sur BFMTV ce vendredi, a jugé Bernard Cazeneuve "en-dessous de tout" après les violences lors des manifestations anti-loi Travail, l'appelant à "faire respecter l'ordre". Le député européen s'est également inquiété du bon déroulé de la fête du 1er mai organisée par le parti. "Si les partis politiques ne peuvent plus délivrer un message politique, alors il faut mettre une croix sur la République et la démocratie", a-t-il déploré.
Vidéos A la une
Florian Philippot est revenu sur le dernier sondage Elabe pour BFMTV selon lequel Marine Le Pen inquiète 64% des Français. Sur BFMTV, le vice-président du Front national juge que ce baromètre n'est pas représentatif de la réalité, car la présidente du parti arriverait "souvent en tête dans les scenarios d'intention de vote". Selon lui, l'inquiétude qu'elle suscite ne serait que le fruit de "dizaines d'années de diabolisation". "Un système financier oligarchique qui défend sa place va diaboliser le seul vrai adversaire cohérent et puissant et il va essayer de vous faire peur", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Florian Philippot est revenu sur la mobilisation de militants de "Nuit debout" qui l'ont empêché de donner une conférence à l'ESCP, ce mercredi sur BFMTV. Selon le vice-président du Front national, le mouvement contestataire est repris en main par des "groupuscules sectaires d'extrême gauche et violents". Pour lui, l'éviction d'Alain Finkielkraut du rassemblement serait la preuve que les manifestants "sont à rebours de leur grandes déclarations sur la démocratie". Le député européen a estimé que "Nuit debout" risquait de se transformer "en une pustule fascisante au coeur de Paris". Il a par ailleurs appelé le gouvernement à "siffler la fin de la récré".
Vidéos A la une
Le vice-président du Front national a réagi ce mardi sur BFMTV après la parution d'une affiche de la CGT, montrant une matraque ensanglantée sur le logo de la police nationale, dans le but de protester contre les violences policières. "Cette affiche est violente, vulgaire et choquante", a estimé Florian Philippot, rappelant au syndicat que "des milliers de policiers et gendarmes ont été blessés pour protéger les Français".
Vidéos A la une
Ce jeudi soir, François Hollande était l'invité de l'émission "Dialogues citoyens". Florian Philippot assure que "comme beaucoup de Français", il n'en attendait "vraiment pas grand chose". Selon lui, de nombreuses réponses manquaient aux problématiques abordées.
Vidéos A la une
Invité des Indés radio, LCI et Metronews, le vice-président du FN s'est exprimé sur la participation du chef de l'État à "Dialogue citoyen", ce soir sur France 2. "Peu importe la manière dont les choses s'organisent, tant qu'on peut savoir un peu mieux à quelle sauce les Français vont être mangés dans les 14 mois à venir, ça m'intéresse", a-t-il assuré.

Pages

Publicité