Vidéos à la une
Ce mercredi 29 mars 2017, Charles Magnien s'est penché sur les faits marquants dans le monde politique. Hier, Macron, Cheminade, Fillon et Le Pen ont été invités à présenter leurs programmes économiques devant le Medef. François Fillon, le candidat des patrons, a été le plus applaudi. Emmanuel Macron, lui, a fait un étalage de tout le champ lexical du monde du business. De son côté, le député d'extrême droite, Gilbert Collard, est persuadé que son téléphone est sur écoute et que ce dernier n'arrête pas de lui demander de répéter ce qu'il vient de dire. - Chaque jour à 8h20 sur RMC, Charles Magnien décrypte la communication politique aux côtés de Jean-Jacques Bourdin.
Vidéos à la une
Luc Chatel était l'invité de Ruth Elkrief, ce mardi, sur BFMTV. Le président des comités de soutien à François Fillon s'est dit confiant sur le fait que le candidat de la droite sera au second tour de la présidentielle malgré sa troisième place actuelle dans les sondages: "Il y a une volatilité de l'électorat (...) La moitié des électeurs d'Emmanuel Macron n'est pas sûre de leur vote. Nous allons leurs parler". Le député Les Républicains a également évoqué un possible ralliement de Manuel Valls au candidat En Marche!: "Les Français pourraient s'endormir avec le perdreau de l'année et se réveiller avec le cimetière des éléphants".
Vidéos à la une
"Ce qui est évoqué dans ce livre est stupéfiant. Si les faits sont avérés, c'est sans doute l'un des plus grands scandales d'État de la Ve République", a déclaré ce mardi au micro de BFMTV Luc Chatel, député LR de Haute-Marne et porte-parole de François Fillon, candidat à la présidentielle, à propos du livre Bienvenue Place Beauvau.
Vidéos à la une
Invité de News & Compagnie, ce lundi sur BFMTV, Bruno Gaccio, ancien auteur des Guignols, a expliqué comment il traiterait l'affaire Fillon s'il était encore à la tête du célèbre programme de Canal+: "Je montrerais quelqu'un qui est le bon curé, la bonne France mais qui a besoin de 30.000 balles par mois pour vivre et qui n'en a que 7.000 (...) C'est un fou d'argent". L'auteur parodique a également fustigé l'électorat du candidat de la droite: "Le plus drôle, c'est le socle des électeurs de droite (...) Ce type aurait pillé les troncs de Notre-Dame habillé en Belzébuth après avoir violé une vieille dame, ils iraient voter pour lui".
Vidéos à la une
Invité de BFM Politique ce dimanche, Benoît Hamon a commenté ainsi les soutiens engrangés par Emmanuel Macron, à gauche comme à droite: "Tous ceux qui ont gouverné un jour ou tous ceux qui veulent gouverner encore se retrouvent autour d'Emmanuel Macron. Il y a des femmes et des hommes qui ne veulent pas passer le témoin (...) Une partie, oui, demande quoi ? 'Donnez-nous cinq ans de plus au chaud".
Vidéos à la une
"Je pense que tout révèle que François Fillon est un homme qui aime l'argent et qui a commis des actes qui lui ont permis un enrichissement personnel", a estimé Marine le Pen, candidate FN à l'élection présidentielle, ce jeudi sur BFMTV.
Vidéos à la une
"Il était en face de moi. C'est assez incroyable mais il a passé au moins la 1ère partie du débat à lire ou à envoyer des SMS", a confié ce jeudi Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle à propos de la rumeur apparue dans la presse après le débat présidentiel de lundi et selon laquelle le candidat LR aurait reçu des SMS de sa conseillère en communication.
Vidéos à la une
Avec : Laureline Dupont, chef adjoint du service politique du Point. - Chaque jour, Jean-Jacques Bourdin accueille dans son QG celles et ceux qui suivent la politique. Les Français demandent le renouvellement de la classe politique, RMC propose de "nouvelles têtes".
Politique
"Le Parisien" est parti à la rencontre de Jacques et Francine Fillon, un couple de commerçants qui vit en Vendée... loin du tumulte provoqué par l'affaire Fillon depuis des jours.
Vidéos à la une
"Les Français se sont faits leur opinion sur François Fillon, qui a manifestement un problème de relation avec l'argent", a déclaré ce mardi sur BFMTV Florian Philippot, soutien de Marine Le Pen, candidate FN à l'élection présidentielle alors que le candidat LR vient d'être mis en examen pour détournement de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux.
Vidéos à la une
"Dans cette campagne présidentielle où les balles volent bas, je peux vous confier en souriant qu'il ne me déplaît pas d'être à côté de vrais chasseurs", a déclaré François Fillon ce mardi à la tribune de l'assemblée générale de la Fédération nationale des chasseurs organisée à Paris, alors qu'il vient d'être mis en examen pour détournement de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux.
Vidéos à la une
On compte en France un million de chasseurs. Avec une telle population, ils forment un réservoir de voix considérable pour les candidats à la présidentielle. Pourtant, ils ont l'impression de ne pas être assez écoutés par les politiques. "On entend souvent dire que le président de la République a consulté un spécialiste de l'écologie pour les questions de nature. Et on ne consulte pas les chasseurs", regrette Geoffroy de Lesquen, de la Fédération des chasseurs du Calvados. À quarante jours du premier tour de la présidentielle, François Fillon et Emmanuel Macron prononceront, ce mardi, un discours devant l'assemblée générale de la Fédération nationale des chasseurs.
Vidéos à la une
Laurence Parisot, ancienne patronne du Medef, a réagi ce lundi sur BFMTV au manque de femmes dans les équipes des candidats à la présidentielle Emmanuel Macron et François Fillon. "C'est terrible", s'exclame-t-elle. "Dans le programme de François Fillon, il y a très peu de photos de femmes dans les photos de son projet. Et puis il y a quelque chose qui ne va pas. Vous avez un chapitre qui s'intitule 'femmes' avec une photo avec que des femmes. Puis quelques pages plus loin, vous avez un chapitre 'chasse'. Je pense que c'était le chapitre hommes en fait", s'amuse Laurence Parisot. "C'est un peu désuet cette approche. Nos candidats garçons devraient accorder un peu plus d'attention à la mixité ", conclu-t-elle.
Vidéos à la une
François Fillon a dévoilé son programme lundi lors d'une conférence de presse tenue depuis son QG de campagne à Paris. Il a prôné la baisse des prélèvements pour les entreprises et les ménages, évoquant notamment la baisse des charges patronales et la suppression de l'ISF. Pour financer son programme, le candidat de la droite prévoit des économies avec la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires et une hausse de deux points de la TVA. Pour les salariés, François Fillon souhaite la fin des 35 heures, la fin du compte pénibilité et le plafonnement des indemnités de licenciement aux prud'hommes.
Politique
Alors que François Fillon essuie une nouvelle affaire à propos de costumes offerts, retour sur les autres histoires de frais personnels qui ont fait scandale. 
Vidéos à la une
François Fillon a dévoilé sa nouvelle équipe de campagne, ce jeudi. À la sortie du QG du candidat de la droite, Luc Chatel a précisé les rôles de chacun: "Bruno Retailleau et Christian Jacob sont en charge de l'animation politique (...) François Fillon a demandé à François Baroin de travailler sur le rassemblement de notre famille politique et il m'a demandé de présider les comités de soutien et d'être le porte-parole de sa campagne. J'ai accepté". "Les électeurs de droite sont en colère, ils veulent qu'on se rassemble, qu'on aille au combat et qu'on gagne. Tout le monde est rassemblé derrière celui qui est notre candidat", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Invité de BFMTV ce mardi, Hervé Morin a demandé à l'UDI de sortir de l'ambiguïté. Après que le parti centriste a publié un communiqué faisant état à la fois d'accords et de réserves quant à la campagne de la droite, l'ex-ministre de la Défense a plaidé pour un ralliement assumé à François Fillon.
Vidéos à la une
"D'après ce que j'en ai entendu, ce prêt a été totalement remboursé. C'est un élément qui rentre dans la polémique qui fait l'objet d'une enquête judiciaire", a déclaré Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains et soutien de François Fillon, ce mardi sur le plateau de BFMTV. Une déclaration qui fait suite aux nouvelles révélations du Canard enchaîné selon lesquelles le candidat à la présidentielle n'aurait pas déclaré un prêt de 50.000 euros obtenu de l'homme d'affaires Marc Ladreit en 2013.
Vidéos à la une
Tandis que François Fillon réunissait ses soutiens au Trocadéro, un rassemblement présenté comme une "contre-manifestation" avait lieu dans le même temps, ce dimanche, place de la République à Paris. Quelques centaines de personnes sont venues pour manifester contre la corruption au son des casseroles. Des banderoles "Stop à la corruption" ou "Urgence éthique en politique" ont également été déployées.
Vidéos à la une
Philippe Gosselin a réagi ce lundi sur BFMTV après l'annonce d'Alain Juppé de ne pas se présenter à l'élection présidentielle. Celui qui avait appelé le maire de Bordeaux et ancien candidat de la primaire à être un recours à François Fillon estime que "le trouble existe" et que "le chaos n'est pas loin". "On est dans une situation extrêmement difficile. La droite française est durablement fracturée et il faudra des années pour s'en remettre, c'est une évidence", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Alain Juppé tenait une conférence de presse, ce lundi à Bordeaux. L'ancien Premier ministre a annoncé qu'il ne serait pas candidat à l'élection présidentielle: "Pour moi, il est trop tard (...) Je confirme une bonne fois pour toute que je ne serai pas candidat". "François Fillon est dans une impasse (...) Le noyau des militants Les Républicains s'est radicalisé ", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
François Fillon a réuni ses soutiens, ce dimanche, sur la place du Trocadéro, à Paris. Dans la foule, les militants ont visé une justice qu'ils ne considèrent pas comme indépendante: "Ce dossier a été monté", estime l'un d'eux. Un autre dénonce "la perversité des juges rouges". Une femme ayant voté pour François Fillon à la primaire de la droite et du centre ne veut pas "se faire confisquer son vote". Frigide Barjot, visage de La Manif pour Tous, était également présente lors de rassemblement.
Vidéos à la une
À son arrivée au QG de François Fillon ce lundi, Éric Ciotti s'est dit "confiant" quant à la suite de la campagne du candidat de la droite. Le député Les Républicains a également rappelé "l'immense succès du rassemblement populaire de soutien à François Fillon, au Trocadéro". "Il faut aujourd'hui construire dans l'unité et reconstruire autour de la candidature de François Fillon", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Jean-Christophe Lagarde était l'invité de Ruth Elkrief, ce vendredi sur BFMTV. Le président de l'UDI a confirmé que son parti ne soutenait plus la candidature de François Fillon à la présidentielle: "Nous continuons à vouloir construire l'alternance avec Les Républicains. Mais aujourd'hui, le candidat François Fillon ne permet pas cette alternance, il garantit la défaite (...) Il est indispensable de changer de candidat et rapidement". "Alain Juppé est le plus légitime parce qu'il était le second de la primaire", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Jérôme Chartier est revenu, ce vendredi, sur les nombreuses défections qui touchent la campagne de François Fillon. Pour le conseiller spécial du candidat de la droite, "c'est dans les moments les plus rudes que l'on souhaite que tous les matelots souquent avec le capitaine. Moi je suis un matelot et je souque avec le capitaine Fillon dans les moments difficiles". "Je suis un garçon très fidèle, très loyal. Quand je m'engage, c'est jusqu'au bout, c'est une question de principe", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Dominique Bussereau a annoncé, ce vendredi, qu'il ne soutenait plus la candidature de François Fillon. Le député Les Républicains a expliqué son choix sur BFMTV: "Ce n'est pas une décision facile car j'ai beaucoup de respect et d'amitié pour François Fillon (...) Je n'étais pas sur ce matin en me levant que je prendrai cette décision. Elle n'était pas préparée ni concertée". L'ancien ministre a également affirmé que Jean-Pierre Raffarin dont il est proche "s'exprimera bientôt".
Vidéos à la une
Franck Riester était l'invité de Ruth Elkrief, ce jeudi sur BFMTV. Le député Les Républicains, qui s'est retiré de la campagne de François Fillon, est revenu sur la tenue d'une manifestation de soutien au candidat de la droite dimanche au Trocadéro, à Paris: "Il s'agit de l'avenir du pays. Ce n'est pas en faisant venir des cars de la France entière que l'on va changer le destin du pays". "Admettons que François Fillon gagne cette élection (...) Nous ne pourrons pas faire les réformes dont ce pays a besoin", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Jean Rottner, maire de Mulhouse, est à l'origine, ce jeudi, d'un appel "à la responsabilité" de François Fillon de la part de plusieurs maires. "Il a dit les yeux dans les yeux aux Français qu'en cas de mise en examen, il démissionnerait. Nous lui rappelons simplement cette promesse. À lui de prendre ses responsabilités (...) Nous attendons le 15 mars la décision de la justice et nous rappelons à François Fillon que d'ores et déjà il doit tenir cette promesse", a-t-il ajouté sur BFMTV.
Vidéos à la une
Damien Abad, soutien de François Fillon, a réagi, ce jeudi sur BFMTV, aux nombreux désistements dans l'équipe de campagne du candidat depuis l'annonce du maintien de sa candidature. Pour le député de l'Ain, ces renoncements ne posent pas de problèmes d'organisation: "On se multiplie. On renforce encore notre mobilisation". "La base électorale est encore solide (...) Hier, au Salon de l'agriculture, l'accueil a été bon (...) On a besoin d'un commando. On a besoin de femmes et d'hommes qui ont des convictions chevillées au coeur", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Georges Fenech a réagi, ce jeudi sur BFMTV, à l'annonce de François Fillon de se maintenir malgré sa prochaine convocation devant des juges d'instruction le 15 mars prochain: "Cet homme qui avait bâti sa carrière politique sur la probité voit tout d'un coup cette image partir en fumée". Le député Les Républicains est également revenu sur l'annonce d'une manifestation de soutien à François Fillon, dimanche au Trocadéro, à Paris. Georges Fenech craint que "le Trocadéro soit le terrain d'affrontements".

Pages

Publicité