Vidéos à la une
Après une année 2015 particulièrement agitée, la filière porcine remonte au créneau. Près d'un millier d'éleveurs vont manifester jeudi devant le marché du porc breton à Plérin. Rassemblés sous le mouvement des Bonnets roses, ils entendent dénoncer un prix de vente extrêmement bas et la concurrence des cochons étrangers. Et pour cause, les producteurs espagnols et allemands donnent le la en Europe tout en menant la vie dure aux élevages tricolores. Au vu de la situation actuelle, la filière porcine française aura-t-elle le même destin que celle de la sidérurgie ? - Avec: Emmanuel Lechypre, éditorialiste BFM Business. Christiane Lambert, première vice-présidente de la FNSEA. Serge Papin, président directeur général de Système U. Michel Portier, directeur général d'Agritel, société de conseil sur les marchés de l'agro-industrie. Et Jérémy Decerle vice-président de Jeunes Agriculteurs. - Les Décodeurs de l'éco, du mercredi 13 janvier 2016, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Alors qu'on croyait la crise apaisée, voilà qu'elle repart de plus belle dans la filière porcine. Ce lundi, les deux principaux industriels de la filière porcine ont refusé d'acheter des bêtes aux éleveurs français. Le kilo de porc français est trop cher selon eux. En Allemagne, il est aujourd'hui 25 centimes moins cher (1,15 euro le kilo contre 1,40 en France). Les éleveurs espèrent que les négociations entre le gouvernement et les industriels vont aboutir. Sans une reprise des ventes, de nombreuses exploitations pourraient ne pas survivre.
Vidéos à la une
Focus sur l'agriculture en Pays de Savoie qui fait face à deux problèmes, les problèmes fonciers et le sous-développement de la filière porcine.
Publicité