Vidéos à la une
Des centaines d'entre eux ont voulu couvrir le discours du chef du gouvernement populiste, près du Musée national de Budapest. De quoi agacer les soutiens d'Orban. Plus de 1 500 personnes étaient venues écouter ce discours. Viktor Orban, lui, a défendu la souveraineté nationale. 'Nous devons stopper Bruxelles. Nous devons protéger nos frontières. Nous devons bloquer la relocalisation des migrants.' Manifester est devenu, selon l'Opposition, la seule façon de critiquer le Premier ministre, Orban ayant renforcé sa mainmise sur les médias depuis son retour au pouvoir en 2010. 'Une nation qui aime la liberté peut se libérer, non pas en étant détachée de toute forme d'oppression étrangère, mais en chassant ses propres dirigeants', a estimé l'ancien candidat de gauche à la présidentielle hongroise, Laszlo Majtenyi 'En Hongrie, il est de coutume d'évoquer les questions d'acualité politique le jour de la fête nationale, précise notre correspondante, Andrea Hajagos. Ce sera d'autant plus vrai l'année prochaine puisqu'il y aura une campagne électorale.'
Vidéos à la une
L'inquiétude est palpable à Bruxelles à quelques heures des festivités prévues pour la fête nationale. La fausse alerte autour de l'appréhension d'une personne considérée comme suspecte a ainsi mobilisé d'importants moyens de police dans la capitale belge. Face à la menace terroriste et aux récents attentats, le dispositif de sécurité est renforcé pour cette journée nationale. " Ce n'est pas qu'on a peur, ce n'est pas qu'on veuille changer nos habitudes, mais il faut quand même tenir compte de ce qui s'est passé ", explique le commissaire divisionnaire Guido Van Wymersch. Les accès aux principaux lieux de rassemblement seront donc limités, la circulation sera réduite et les fouilles seront plus nombreuses.
Vidéos à la une
A l'occasion de la fête nationale, François Hollande va donner une interview télévisée ce soir. On se demande alors s'il compte chasser Emmanuel Macron du gouvernement. D'après Eric Brunet, le président de la République ne va rien faire. Il n'est pas le genre d'homme qui tape du poing sur la table. Depuis toujours, son seul objectif a été de concilier. D'ailleurs, ça l'arrange que Manuel Valls et Emmanuel Macron, les deux poids lourds de l'exécutif, ne s'entendent pas. Laurent Neumann, lui, estime que ce sujet n'intéresse pas les Français. D'après un sondage réalisé au lendemain du premier meeting d'Emmanuel Macron, seulement 8% des personnes interrogées veulent que François Hollande parle de ce dernier à cette interview. - Bourdin Direct, du jeudi 14 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
L'escadron de chasse La Fayette fête cette année son 100ème anniversaire. Créé au départ par des volontaires américains qui se sont battus pour la France, l'histoire de cet escadron est étroitement liée à celle des Etats-Unis. Pour l'occasion, des militaires américains feront donc le déplacement, jeudi 14 juillet, pour assister à la démonstration de l'escadrille La Fayette.
Vidéos à la une
'Le Kazakhstan célèbre ses origines anciennes', note l'envoyé spécial d'Euronews à Astana, Denis Loctier. 'Ce grand concert n'est que l'une des centaines de manifestations organisées à travers le pays pour fêter la création du premier état kazakhe.' Établi par des descendants de Genghis Khan au XVème siècle, le khanat kazahk est la toute première entité politique présente sur le territoire. Un territoire de steppes alors peuplé par des nomades. Le khanat kazakh existe jusqu'au XVIIIème siècle avant qu'il ne soit divisé en trois et incorporé à l'empire russe. Il faudra attendre la fin de l'Union Soviétique pour que la Kazakhstan soit indépendant en 1991. Direction le musée national pour découvrir une exposition consacrée aux racines de l'identité nationale kazakh, à ses traditions, son histoire, son folklore. Une identité étouffée par l'idéologie soviétique au siècle dernier. 'La désintégration de l'empire soviétique a forcé tous les groupes ethniques qui en faisaient partie à emprunter la voie de l'autonomie', explique Zhambyl Artykbayev, historien kazakh. 'Ce fut le cas pour les Kazakhs. Voilà pourquoi depuis 20 ans, nous recherchons avec vigueur nos racines historiques.' Pour les historiens de la région et du monde entier, il est intéressant d'étudier comment l'histoire de ce pays situé à la croisée de plusieurs civilisations et à cheval sur deux continents a pu être influencée. 'Je pense que le Kazakhstan, plus que tout autre pays d'Asie centrale et même d'Eurasie, a réalisé que son destin était écrit sur les pages les plus anciennes de sa propre histoire', analyse le chercheur italien Ermanno Visintainer. 'Il y a une sorte de politisation importante aujourd'hui au Kazakhstan. C'est de montrer aux voisins que le Kazakhstan n'est pas un pays qui est né il y a 25 ans en tant que état', note Catherine Poujol, historienne à l'INALCO de Paris. Et au-delà de leur histoire ancienne, les Kazakhs se souviennent de leur histoire récente, douloureuse, à l'image des famines des années 1930 ou des tests nucléaires soviétiques. 'On ne tue jamais l'esprit d'un peuple, on ne tue pas la mentalité, la culture, tout ce que se transmet par-delà toutes les difficultés politiques, les crises, les drames, les guerres', ajoute Catherine Poujol. 'Ce matin j'étais à la grande réunion des chefs d'États turciques. Et j'ai clairement constaté que le Kazakhstan fait tout pour faire vivre ses traditions anciennes. Et je pense que c'est vraiment une bonne chose', se félicite Irina Konovalova, historienn russe.
Vidéos à la une
NEW YORK /WASHINGTON - 4 juillet 2015 - L'Hermione passant la Statue de la Liberté à New York. Cette image hautement symbolique a marqué samedi les célébrations du Jour de l'Indépendance, la fête nationale aux États-Unis. Avant de jeter l'ancre au sud de Manhattan pour accueillir les curieux et les férus d'histoire, la réplique du célèbre trois-mâts de La Fayette a eu droit à une véritable haie d'honneur dans la baie de New York. En soirée, les célébrations ont revêtu un caractère plus traditionnel avec un grand feu d'artifice. A Washington aussi, des milliers d'Américains ont commémoré en lumière et en rythme, l'anniversaire de la déclaration d'indépendance le 4 juillet 1776, il y a 239 ans.
Vidéos à la une
Un feu d'artifice de couleurs sous étroite surveillance policière, ce 26 janvier l'Inde célèbre sa fête nationale et l'entrée en vigueur de la Constitution post-coloniale de l'inde en 1950. Avec comme invité d'honneur cette année, un président américain, pour la première fois. Barack Obama et sa femme Michelle ont assisté au défilé à New Delhi, aux côtés du président indien et du Premier ministre, un Premier ministre qui avait envoyé son invitation à Washington via Twitter. Le défilé, sous la surveillance de tireurs d'élite et de 15 000 caméras le long du boulevard du roi à New Delhi, soulignait la puissance militaire de l'Inde et sa diversité culturelle. La présence de Barack Obama marque un tournant dans les relations entre les deux pays : elles s'étaient dégradées en 2013 en raison d'un différend sur le sort d'une diplomate indienne arrêtée à New York. Et puis le Premier ministre indien était encore l'an dernier persona non grata aux Etats-Unis, après des émeutes antimusulmanes qui avaient ensanglanté en 2002 l'Etat du Gujarat qu'il dirigeait alors.
Vidéos à la une
L'Azerbaïdjan célèbre la cinquième édition du Jour du drapeau (qui commémore l'adoption du drapeau national en 1918) et les prochains jeux Européens de Baku en 2015, décris comme 'le premier événement multisports a l'échelle du continent'.
Vidéos à la une
Les Russes célébraient ce mardi la fête de l'Unité nationale. Ce jour férié commémore l'expulsion des forces polonaises du Kremlin en 1612. Cette année, plus de 70 000 personnes ont participé au principal défilé dans le centre de Moscou. Un défilé à l'accent pro-Poutine, sur fond de tensions avec l'Occident à propos de l'Ukraine. Reste que d'autres manifestations se sont déroulées, de la traditionnelle 'Marche Russe' des ultra-nationalistes à des manifestations de soutien aux Ukrainiens. 'Les Russes montrent qu'ils sont Russes, que ce sont eux, et personne d'autre, les maîtres dans leur pays et sur leur territoire. Comme cela, les gens qui viennent ici se sentent comme des invités et nous traitent avec respect. C'est tout ce que nous voulons montrer', dit un participant à la Marche Russe. 'Nous sommes descendus dans la rue pour faire valoir nos droits, ceux qui sont inscrits dans la Constitution, commente un autre. Et nous soutenons aussi le peuple ukrainien, parce que c'est un peuple slave, comme nous, et que nous sommes contents qu'ils aient renversé Ianoukovitch.' Le Président Vladimir Poutine, lui, est resté en retrait de ces rassemblements. Il s'est contenté d'un discours légitimant la position russe face aux Occidentaux et appelant à l'unité des Russes face aux 'défis difficiles'.
Vidéos à la une
La nouvelle résidence présidentielle turque a été appelée le palais blanc. Une folie d'Erdogan estimée à 275 millions d'euros selon certains journalistes turcs. Jusqu'alors chaque président, et ce depuis Atatürk, résidait dans le Cankaya. Erdogan rompt donc avec la tradition. Le nouveau palais a été inauguré ce mercredi, jour de fête dans le pays puisque marquant la fondation de la Turquie moderne. Au total, 1 000 pièces et 300 000 mètres carrés de terrain. Un palace extravagant qui fait polémique notamment parce qu'il a été construit sur une zone forestière aux abords d'Ankara. Pour les opposants d'Erdogan, cette résidence est le reflet de ses tendances autocratiques. Ce palais est la résidence présidentielle la plus grande au Monde.
Vidéos à la une
Des centaines de milliers de Catalans bientôt dans les rues de Barcelone pour réclamer le droit de voter pour leur indépendance. Ce 11 septembre est un jour particulier puisque c'est la journée nationale de Catalogne, la Diada qui commémore la perte de la souveraineté du peuple catalan il y a 300 ans. À cette occasion, les militants nationalistes ont organisé une immense manifestation. 15 000 autocars ont été affrétés pour acheminer tout ceux qui réclament la possibilité de choisir leur avenir. 'On ne peut pas continuer ainsi, nous avons besoin de trouver un nouvel accord, une nouvelle façon de fonctionner avec l'Etat qui sera soumis au vote des citoyens. Aujourd'hui, c'est le moment de dire à Mariano Rajoy qu'il est le seul responsable de l'application de la loi et qu'il doit résoudre ce problème, il ne peut pas fermer les yeux sur la réalité' a déclaré le secrétaire général du Parti socialiste catalan, Miquel Iceta, lors des commémorations ce matin. Le gouvernement régional catalan compte organiser le référendum d'autodétermination le 9 novembre prochain. Mais contrairement au gouvernement britannique, qui a autorisé le référendum écossais dans une semaine, le gouvernement espagnol refuse tout référendum régional d'autodétermination, invoquant la constitution. Les associations indépendantistes comptent sur cette journée de mobilisation pour convaincre Madrid.
Vidéos à la une
Dimanche, l'Ukraine a célébré le vingt-troisième anniversaire de son indépendance, suite à la chute de l'Union Soviétique. Durant la cérémonie, le Président ukrainien, Petro Poroshenko, s'est engagé à augmenter les dépenses militaires de 3 milliards de dollars au cours des trois prochaines années pour que les forces gouvernementales réussissent à dominer les séparatistes pro-russes à l'est.
Vidéos à la une
Alors que l'Ukraine célèbre sa fête nationale, les bombardements se poursuivent dans l'est du pays. Dimanche matin à Donetsk, bastion des séparatistes pro-russes, une explosion a touché un hôpital de la ville. La morgue et deux bâtiments ont été atteints, mais il n'y a pas eu de blessés. Ces nouveaux raids n'ont pas empêché les rebelles d'organiser leur propre parade. Sur la place principale de la ville, les insurgés ont exposé leurs trophées de guerre, des véhicules de l'armée régulière ukrainienne. Pendant ce temps-là à Kiev, des milliers d'Ukrainiens ont assisté à une grande parade militaire, la première depuis 2009.
Magazine
A l’occasion de la fête nationale du 14 juillet, le magazine féminin ELLE américain a publié son classement des Français les plus sexy.
Société
Lundi, à l’occasion de la célébration de la fête nationale, un feu d’artifice spectaculaire a illuminé le ciel parisien depuis la Tour Eiffel.
Vidéos à la une
Célébrations annuelles de la fête de l'Indépendance des Etats-Unis.
Vidéos à la une
A six mois des législatives, le Premier ministre Viktor Orban a fait la démonstration de sa popularité à l’occasion de la fête nationale. La gauche, qui peine à se rassembler, n’a pas...
Vidéos à la une
Ce samedi 12 octobre était un jour de fête nationale en Espagne. Une fois n’est pas coutume, c’est le prince Felipe qui a présidé le traditionnel défilé militaire, et non son père, le roi...
Vidéos à la une
Dans toute la Belgique et particulièrement à Bruxelles, on se prépare à la fête de ce dimanche… Fête nationale, certes, mais surtout journée historique qui verra l’abdication du roi Albert II au profit de son fils Philippe. Les têtes couronnées étrangères ne seront pas forcément de la partie. Les...
Vidéos à la une
Zoom sur le programme du 14 juillet à Toulouse avec au programme des défilés, des concerts et des feux d’artifice.
Vidéos à la une
Politique Première: Véronique Jacquier revient, ce lundi, dans sa chronique politique quotidienne sur le discours de François Hollande pour la fête nationale du 14 juillet. Le chef de l'Etat a tenté de rassurer les Français en affichant un optimisme certains.
Vidéos à la une
L’Arc de Triomphe sous un soleil radieux pour les célébrations du 14 juillet. Cette année, une soixantaine de soldats maliens étaient invités à ouvrir le traditionnel défilé militaire, aux côté d’unités françaises engagées au Mali. Le président François Hollande a passé les troupes en revue...
Météo
Tandis que les festivités de la Fête Nationale se dérouleront ce week-end partout en France, il se pourrait que certains feux d’artifices soient annulés en raison d’orages. Le reste du pays pourra profiter pleinement du beau-temps. Le point sur la météo de ce 14 juillet 2013.
Vidéos à la une
Politique Première: Anna Cabana revient, ce mercredi, dans sa chronique politique quotidienne sur l'indécision de François Hollande au sujet de sa probable prise de parole lors du 14 juillet. Le chef de l'Etat est partagé et hésite à s'exprimer lors de la fête nationale.
Publicité