Vidéos à la une
Les appels anonymes de menaces dans des lycées parisiens la semaine dernière en sont l'exemple parfait. Depuis les attentats de novembre, le nombre d'appels au 17 est en hausse selon les syndicats de police, avec souvent de fausses alertes. Si la vigilance est importante, le risque d'engorgement est lui aussi bien présent.
Société
Depuis les attentats de novembre, les forces de l’ordre font face à une recrudescence d’appels ou de menaces à commettre des attentats dans des lieux publics. 
Publicité