Vidéos à la une
Les supporters présents dans la fan zone de Paris ont vivement encouragé les Bleus jeudi soir lors de la demi-finale qui a opposé la France et l'Allemagne. Lors du premier but inscrit par Griezmann sur un penalty, la foule s'est embrasée. Après le deuxième but de Grizou, les supporters ont laissé exploser leur joie et leur fierté pour l'équipe de France. Les Bleus affronteront le Portugal en finale de l'Euro de foot 2016 dimanche au Stade de France.
Avant le match Belgique - Irlande, les supporters font monter la pression ! Dans la fan zone de Bordeaux, l'ambiance est déjà bouillante... mais...
Lundi soir, la Belgique affrontait l'Italie pour son premier match de l'Euro 2016. Les Italiens l'ont emporté 2 à 0, laissant forcément les...
Vidéos à la une
La fan zone du Champ de Mars, qui peut accueillir jusqu'à 92.000 supporteurs, a ouvert ses portes jeudi à 16 heures à Paris avant d'être inaugurée par un concert de David Guetta. Pour accéder à cet espace de 130.000 m2, les supporteurs doivent se plier à deux contrôles de sécurité. Le premier barrage est assuré par la police, qui réalise une première fouille pour s'assurer que personne n'entre avec un objet interdit ou dangereux. Le second rideau s'adonne lui aussi à une palpation très rigoureuse, allant des cheveux aux semelles des chaussures. En tout, 1.450 hommes ont été déployés pour assurer la sécurité de cette fan zone.
Vidéos à la une
Les fan zones, qui devraient accueillir sept millions de visiteurs pendant toute la durée de l'Euro 2016, seront particulièrement surveillées par les autorités. Ces dernières, pour prévenir les mouvements de foule, utiliseront un logiciel capable de compter automatiquement la foule à partir d'une image, ce qui permet de s'assurer qu'il n'y a pas un taux de remplissage trop élevé. Pour éviter les bousculades, des points d'accueil et d'orientation ont également été prévus pour aiguiller les spectateurs.
Vidéos Argent/Bourse
A quelques jours du coup d'envoi de l'Euro 2016, la question délicate de la sécurité est toujours au centre des débats. Six mois après les attentats du 13 novembre, l'enjeu majeur se situe au niveau des "fans zones". Pour la première fois, l'UEFA a en effet désigné des lieux officiels dans les villes hôtes pour qu'y soient retransmis gratuitement tous les matchs. D'autres animations et activités y seront également proposées. Toutefois, ces "fans zones" pourraient représenter des cibles de choix pour des terroristes. Les moyens déployés seront-ils suffisants pour assurer la sécurité lors de l'Euro ? Faut-il maintenir ces "fans zones" ? Avec la police et la gendarmerie sur le pied de guerre, quels rôles joueront les sociétés de sécurité privées ? - Avec: François Heisbourg, conseiller spécial de la Fondation pour la Recherche Stratégique. - 12h l'heure H, du mardi 7 juin 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Le ministre de la Jeunesse et des Sports Patrick Kanner a déclaré sur BFMTV qu'il n'était en aucun cas prévu de supprimer des fan-zones en vue de l'Euro 2016. "Et pourquoi pas le marathon de Paris? Et pourquoi pas Roland-Garros? On peut aussi supprimer tout rassemblement humain dans le pays", a-t-il exagéré. "Nous pourrons éventuellement supprimer une fan-zone si nous estimons cela nécessaire", a cependant concédé le ministre des Sports. Selon lui, "tout est mis en oeuvre pour les maintenir, comme la compétition". "L'inquiétude est sous contrôle", a-t-il affirmé.
Publicité