Société
Le budget colossal du Fonds d’aide aux victimes des attentats pourrait ne pas suffire face à l’afflux de demandes constaté après l’attaque du 14 juillet.
Société
Des familles de victimes ont fait savoir qu’elles ne participeraient pas à l’hommage national rendu aux victimes des attentats de Paris vendredi. L’une d’entre elles a même appelé au boycott de l’évènement.
Société
Alors que les dépouilles des victimes des attentats de vendredi à Paris viennent toutes d'être identifiées, les funérailles vont pouvoir être organisées dans les jours qui viennent.
Vidéos A la une
Une semaine après le crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes-de-Haute-Provence, les proches des victimes arrivent encore sur les lieux du drame. Des habitants du village Le Vernet continuent de se mobiliser pour accueillir les familles endeuillées. Elles peuvent compter sur le soutien des villageois, qui prennent le temps d'établir un lien avec elles. "C'est important pour nous de savoir que ce ne sont pas seulement des parents de victimes, mais le papa d'Arnaud ou la maman de Gabriella", explique Joëlle Balique, épouse du maire du Vernet. La plupart des familles envisagent de revenir plus tard dans la région afin de se recueillir sur les lieux du crash, aujourd'hui sécurisés pour les besoins de l'enquête.
Société
Après le crash de son avion qui a causé la mort de 150 personnes mardi dernier, la compagnie aérienne Germanwings devra indemniser les familles des victimes pour un total estimé à plus de 150 millions d'euros.
Vidéos A la une
Les proches des victimes du crash de l'A320 se sont rendus jeudi sur le site de la catastrophe, qui a fait 150 morts. Au total, 201 personnes, dont 33 proches des membres d'équipage, étaient présentes, selon un porte-parole de la Lufthansa. Certaines familles devaient passer la nuit près de Marseille, d'autres ne sont restées que quelques heures dans la région avant de rentrer en Allemagne ou en Espagne. Les habitants de Seyne-les-Alpes ont fait preuve de beaucoup de générosité pour aider, chacun à leur manière, les familles des victimes.
Vidéos A la une
Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, décrit la journée de jeudi comme "difficile" et "particulière" pour les familles des victimes. "Elles ont entendu un certain nombre de vérités, on les a plongées dans le récit de cette catastrophe et de ce drame", a-t-il indiqué. "On est là pour les protéger (...) prendre en charge leur douleur, les écouter, être à leurs côtés et les accompagner du mieux possible", a ajouté le porte-parole, décrivant un dispositif conséquent de médecins, de psychologues, d'infirmiers...
Société
Les familles des victimes du crash des hélicoptères survenu en Argentine le 9 mars dernier ont exprimé leur colère contre la société de production de "Dropped".
Publicité