Sophie a été une jeune grand-mère. Très jeune même, puisqu'elle a assisté sa fille lors de son premier accouchement à tout juste quarante-trois ans. Elle raconte cette incroyable expérience qu'elle a vécu comme un rêve : "Il y avait comme un côté irréel à voir naître mon premier petit-fils".

Sophie, j'y étais !

Une deuxième maman

C'était il y a treize ans, et pourtant je m'en souviens très bien. L'événement m'a réellement marqué car j'ai assisté à l'accouchement de ma fille. Anne était extrêmement pudique quand elle était jeune et elle ne voulait pas que son mari la voie accoucher. Du coup, je suis restée à ses côtés toute la nuit et c'est moi qui ai reçu le bébé dans les bras. Je revois encore la petite tête de Romain sortir. C'est très curieux, je n'ai aucun souvenir négatif de ce moment, comme du sang ou des cris, je sais pourtant bien qu'il y en a... Romain pleurait, j'essayais de le calmer, mais sans succès. Et puis, tout à coup, son papa est entré dans la pièce, il a parlé et le petit s'est arrêté tout net.

C'était vraiment un très beau moment. Il y avait comme un côté irréel à voir naître mon premier petit-fils. En plus, le gynécologue qui a accouché ma fille était celui qui m'avait accouchée, cela aussi était étonnant. Mais ce n'est réellement qu'après coup que j'ai ressenti le plus intense de l'émotion. J'ai vécu cette naissance comme un rêve.

Publicité
Je ne me suis pas sentie devenir mamie. Pour moi, à l'époque, une grand-mère ressemblait forcément à celles de mon enfance. C'est-à-dire avec une canne à la main, un camée au corsage et des cheveux gris... Je n'avais que quarante-trois ans à l'époque. J'ai plutôt eu l'impression de devenir une deuxième maman. Quand ma fille a accouché, c'est comme si c'était moi qui avais accouché. Par contre, cela ne m'a pas fait la même chose lorsque mon fils est devenu papa. En tout cas, c'est très curieux, mais je me sens rajeunir à chaque naissance !

Publicité