Politique
Jeudi, le ministre de l’Économie s’est attaqué aux "frondeurs" du Parti socialiste, estimant que ces derniers auraient "pris en otage" son projet de loi sur la croissance et l’activité.
Publicité