Vidéos Argent/Bourse
Le président du Venezuela Nicolás Maduro a promis qu'à partir du 4 juillet l'électricité ne serait plus rationnée. Depuis le mois d'avril, l'électricité était coupée partout à travers le pays et plusieurs heures par jour par mesure d'économie. La pénurie d'électricité a placé de nombreuses entreprises en position de chômage technique : incapables de faire tourner les machines et au bord de la faillite. 'Si cela continue comme cela, dans deux mois, je serais obligé de licencier toute l'équipe, les employés devront partir, je ne peux pas les garder' prévient ainsi un garagiste de Caracas devant une machine inerte faute de courant. Selon le gouvernement vénézuélien, le barrage de Guri devrait être en mesure de mettre un terme à la pénurie d'électricité : la sécheresse avait vidé le réservoir du barrage et provoqué l'arrêt de la centrale hydroélectrique qui fournit 70 % de courant consommé au Venezuela. Les réserves d'eau rétablies, le barrage peut être remis en marche. En revanche, le cours du baril de pétrole est toujours trop bas pour l'économie vénézuélienne : 41 % inférieur en 2015 par rapport à 2014, soit un manque à gagner énorme pour le pays. L'économie du Venezuela dépend quasi exclusivement de la vente du pétrole qui représente 96 % de ses revenus en devises. La spirale de la crise se voit partout : les rayons des magasins sont souvent vides, les produits de première nécessité sont rationnés et les experts s'attendent à une inflation de près de 500 % cette année sur 2016. Les mêmes experts estiment qu'en décembre la contraction de l'économie vénézuélienne sera de 8 %. La pénurie alimentaire touche une grande partie de la population. Dans certaines écoles, le déjeuner se résume à des galettes de patates douces. Et pour les enfants, c'est souvent le seul repas de la journée.'J'ai demandé à certaines mères si leurs enfants avaient mangé quelque chose' raconte Carmen, la cuisinière d'une école de Caracas. 'Elles m'ont répondu avoir 'trouvé du savon' et espérer l'échanger pour autre chose.' Les Vénézuéliens en sont réduits au troc et reviennent au potager individuel pour faire face à la pénurie alimentaire. Les jardins urbains commencent à se multiplier sur les toits de Caracas et le gouvernement estime qu'en 2019 ces petits potagers arriveront à couvrir jusqu'à 20 % des besoins en nourriture.
Vidéos A la une
Marinopoulos, le géant grec de la grande distribution, a été placé sous administration judiciaire ce vendredi. Endettée à hauteur de 1,3 milliard d'euros, la franchise locale du Français Carrefour a trois mois pour échafauder un plan de restructuration et éviter la faillite. Elle risque d'entraîner dans sa chute ses 2000 fournisseurs, à qui elle doit encore plus de 700 millions d'euros. Signe que le pays n'en a pas fini avec la crise. La fin d'une ère L'enseigne Marinopoulos accompagne le quotidien des Grecs depuis 1893. Ses clients sont sous le choc. 'Je suis cliente de ce supermarché depuis 50 ans. Ma belle-soeur a travaillé toute sa vie pour le groupe, dès sa sortie de l'école. Cette situation m'attriste énormément,' confie une retraitée rencontrée alors qu'elle faisait ses courses à Athènes. Matheos Mavrakis est syndicaliste chez Marinopoulos. Il est très inquiet. 'C'est aux propriétaires du groupe de dire s'ils ont un plan de sauvetage ou non. Nous, les employés, on ne sait rien d'un tel plan, on n'a aucune idée de ce qu'ils ont en tête ni de leurs intentions. Ce qui nous inquiète, et ce pour quoi on fait pression, c'est la sauvegarde de nos emplois et la pérennité de l'entreprise.' Marinopoulos a toutefois assuré que ses magasins resteraient ouverts et que les salaires continueraient à être versés. 13.000 emplois menacés Les ennuis de Marinopoulos ont commencé en 2012 quand son partenaire Carrefour a quitté la Grèce en crise. Le contrôle des capitaux l'été dernier, la baisse du pouvoir d'achat et la concurrence de la chaîne discount allemande Lidl ont fait le reste. Notre correspondant à Athènes, Stamatis Giannisis, rappelle qu''au cours des sept dernières années, l'économie grecque a été laminée par la crise. 250.000 magasins et entreprises de toutes tailles ont déposé le bilan et plus d'un million d'emplois ont été perdus. La faillite de la chaîne Marinopoulos se traduirait par 400 fermetures de magasins et 13.000 suppressions d'emploi supplémentaires.'
Vidéos Argent/Bourse
En 2010, Nicolas Faguier est venu sur BFM Business lancer un appel pour sauver sa société France Genoise. Il a également introduit l'actionnariat salarié afin de la redresser rapidement. Après avoir entendu cet appel à l'aide, Murielle Bruneau Hofstein a décidé d'investir une partie de son épargne dans cette société. L'entreprise est redevenue rentable en 2014. Actuellement, France Genoise a même réussi à doubler son chiffre d'affaires. - Avec: Murielle Bruneau Hofstein, Business angel, actionnaire de France Génoise. Et Nicolas Faguier, gérant de France Génoise. - Good Morning Business, du lundi 23 mai 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Le rappeur est bien meilleur sur scène que dans les affaires. Il a annoncé un plan financier de 23 millions de dollars afin de rembourser ses...
Vidéos A la une
En poste depuis deux mois, Jean-Jacques Urvoas n'a pas tardé à dresser un premier bilan de la justice française. Cette dernière a été qualifié à bout de souffle. Depuis qu'il a poussé la porte de la juridiction, il a affirmé que la Justice n'avait plus les moyens de payer ses factures. - Bourdin Direct, du lundi 4 avril 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Vous aviez aimé Rasta Rocket ? Alors Good Luck Algeria est fait pour vous. Pas question de Jamaïcains et de bobsleigh ici, mais de ski de fond...
Vidéos A la une
La Grèce attend un troisième plan de renflouement du pays dont la mise en place est prévue avant le 20 août, et les experts de la troïka (UE, BCE et FMI) sont arrivés à Athènes pour les discussions techniques : montant du plan, 82 à 86 milliards d'euros. 'Comme vous le savez, notre ministère soutient et gère les négociations, explique Dimitris Mardas, le vice-ministre des Finances. Nous suivons les développements et nous donnerons aux négociateurs les informations dont ils ont besoin pour que tout se passe au mieux.' Le temps presse. Il faut d'ici au 20 août avoir bouclé les modalités du plan, afin qu'Athènes puisse verser plus de trois milliards d'euros qu'elle doit par ailleurs à la Banque centrale européenne. 'Les gens pendant le référendum, si on peut parler de référendum, ont voté non à cause de la pauvreté, de la faim, dit Costas Aftias, retraité. C'est pour cela qu'ils ont voté non, pour rien d'autre. Malheureusement le gouvernement a transformé ce non en oui.' 'En Grèce actuellement, on a personne capable de gouverner, ajoute Giuseppe Petrini, un Italien installé ici depuis des années. Si on jette un coup d'oeil en arrière, vers les précédents dirigeants du pays, peut-être que s'ils étaient encore au pouvoir, on ne serait pas dans cette situation. Il n'y a personne pour tenir la barre.' Pour obtenir ce plan d'aide, le troisième depuis 2010, il faut de nouvelles réformes douloureuses : limiter les retraites anticipées, et cibler les agriculteurs jusque là exonérés de certaines taxes.
Actualités
Le "Grexit" (sortie de la Grèce de la zone euro) aurait-il une répercussion sur l’économie française ? Eléments de réponse.  
Vidéos A la une
Une réunion s'est tenue ce vendredi à Riga, en Lettonie. La zone euro somme Athènes de trouver un accord avec ses créanciers, condition nécessaire au déblocage de la dernière tranche de prêt de 7,2 milliards d'euros. Mais le gouvernement grec demande des concessions sur les réformes à mener. Et les discussions n'ont toujours pas abouti. Un accord global est nécessaire avant qu'un quelconque paiement ne soit effectué. Faute d'accord, la Grèce est privée de tout versement européen depuis août dernier. Et les caisses sont vides. Ces derniers mois, Athènes a dû emprunter auprès des institutions du pays pour payer les salaires des fonctionnaires et les retraites. Au total, la Grèce aura touché 240 milliards d'euros de la part de Bruxelles. Une nouvelle réunion de l'Eurogroupe doit avoir lieu le 11 mai prochain.
Vidéos A la une
En Italie, la fusillade qui a éclaté dans l'enceinte du tribunal de Milan ce jeudi en fin de matinée, a fait trois morts et un blessé. L'assassin, Claudio Giardiello, serait passé par une entrée secondaire avec un badge, ce qui explique qu'il n'a pas été fouillé avant son audience. Il a tiré sur son ancien avocat qui témoignait à charge contre lui. Son co-accusé, un homme de 60 ans, a été touché et est mort de ses blessures, à l'hôpital. Un autre avocat a été blessé. 'J'ai vu je pense, un collègue en costume, avec une mallette, sur les marches, attendant les secours, l'ambulance est arrivée 20 minutes plus tard', a raconté un témoin. Claudio Giardiello est aussi allé abattre de deux balles, dans son bureau, le juge des faillites Fernando Ciampi. A 57 ans, cet homme comparaissait pour banqueroute frauduleuse. Il était impliqué dans plusieurs procès, celui de la faillite du groupe de télécommunications Eutelia et de la société immobilière Magenta. Le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano a déclaré que ce qui s'était passé à Milan était 'extrêmement grave et inacceptable', 'cela s'est déjà produit en Italie, mais cela n'aurait pas dû se reproduire' a-t-il ajouté. L'assassin a été rapidement arrêté après s'être enfui en moto du tribunal. Il se trouvait à 25 km de Milan, à Vimercate. Selon le ministre de l'Intérieur, il était 'prêt à tuer d'autres personnes'. Une fois interpellé par les carabiniers, il a fait un malaise et a été conduit à l'hôpital.
Vidéos A la une
L'Ukraine était au centre des débats des ministres des Finances de l'Union européenne réunis à Bruxelles. Malgré un plan d'aide du Fonds Monétaire international et de l'UE, Kiev a de nouveau besoin d'argent frais pour éviter la faillite. Cet après-midi, les 28 se sont accordés sur un prêt de 1,8 milliards d'euros qui s'étalera sur 2 ans. 'L'aide financière de l'Union Européenne est conditionnée à des réformes structurelles en Ukraine', a prévenu Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne. 'Il s'agit de renforcer la gouvernance, les institutions nationales et la lutte contre la corruption.' L'Ukraine mène actuellement une guerre très coûteuse contre les séparatistes Russes dans l'Est du pays. Certains Etats souhaitaient une aide européenne plus importante. Côté français, Michel Sapin a rappelé que cela dépendrait du FMI. 'Chacun doit apporter sa contribution', a-t-il déclaré. Jeudi les ministres des Affaires étrangères de l'Union discuteront également de la situation en Ukraine.
Vidéos A la une
Des dettes de près de 5 millons de dollars et des centaines d'ouvriers en bâtiment qui n'ont toujours pas reçu leur salaire. Voilà les...
Vidéos A la une
Le budget pour l'année 2015 a été présenté ce mercredi en conseil des ministres. Avec ce nouveau plan, le gouvernement promet de nouvelles économies notamment dans le secteur de la sécurité sociale et le train de vie de l'État. Une baisse des impôts ainsi que la réduction du déficit budgétaire font également partie des priorités de l'année prochaine. Toutefois tous les acteurs du monde politique ne croient pas au succès de ce plan qui selon eux masque la réalité d'une possible faillite de la France.
Vidéos A la une
Peu importe la cause. Que ce soit une décision de justice, des comportements politiques ou simplement un erreur humaine : les évènements de Business Weekly cette semaine ont une chose en commun : ils se terminent tous par une faillite coûteuse. Pour la deuxième fois en 12 ans, l'Argentine a fait faillite. Le pays n'a pas honoré le paiement d'un intérêt sur sa dette après avoir échoué à trouver un accord avec deux fonds réfractaires, les fameux fonds vautour. 'Nous avions l'argent cette fois-ci', a déclaré Buenos Aires. Maigre consolation pour le peuple argentin qui va payer la facture. Deuxième faillite, deuxième échec : cette fois-ci aussi, après une décision de justice condamnant l'Etat russe à indemniser à hauteur de 50 milliards de dollars, les ex-actionnaires de Ioukos, la compagnie pétrolière que Moscou a poussée à la faillite selon le tribunal. Et pour finir : les charges financières dues au désastre du Costa Concordia. L'épave du bateau de croisière a effectué sa dernière escale à Gênes oú il va être démantelé après une coûteuse fin de vie. Tout ces sujets sont dans le Business Weekly de cette semaine
International
En l'espace de quelques mois, la compagnie aérienne Malaysia Airlines a déploré la perte de deux avions de ligne. Deux catastrophes qui, d'après des analystes, la placent au bord de la faillite économique.
International
Alors que l’un de ses Boeing 777 a été abattu jeudi par un tir de missile en Ukraine, la Malaysia Airlines a décidé de faire passer l'un des ses avions reliant Londres à Kuala Lumpur par la Syrie. Pas sûr que cela rassure les passagers.
Politique
La grande souscription nationale lancée en 2013 par le parti d’opposition aurait-elle permis de gonfler le nombre d’adhérents à l’UMP ? C’est la délicate question que se pose actuellement François Fillon. 
Politique
Ce matin, Jean-François Copé est sorti du silence en s'exprimant sur sa page Facebook. Il y dénonce entre autres "les règlements de compte personnels" qui nuisent à l'UMP.
Politique
Alain Juppé a déclaré ce lundi devant des journalistes à Bordeaux que "l’UMP est en danger financier et politique". Le maire bordelais a en outre indiqué qu'une rencontre avec Nicolas sarkozy devrait avoir lieu.
Politique
L’ancien ministre de l’Agriculture sous Nicolas Sarkozy a annoncé ce mercredi qu’il sera candidat à la présidence de l’UMP en novembre prochain. Il entend ainsi succéder à Jean-François Copé aux commandes du parti d’opposition.
Politique
Le bureau politique qui s’est tenu mardi a abouti à la désignation à l’unanimité d’une direction provisoire composée de trois anciens chefs du gouvernement et d’un ex-ministre. Une décision vivement saluée par Jean-François Copé, le président démissionnaire de l'UMP.
Politique
Alors que l’UMP traverse actuellement une crise sans précédent, Nathalie Kosciusko-Morizet a fait des propositions chocs pour tenter de le relever. L’ancienne ministre préconise notamment un changement de nom et la vente du siège.
Vidéos A la une
L'hôtel Méridien, situé Carrefour de l'Europe, à proximité de la Grand-Place de Bruxelles et juste en face de la gare de Bruxelles-Central, a...
Vidéos Argent/Bourse
Le 30 mai, François Monnier, directeur de la rédaction d'Investir a répondu aux questions des auditeurs, dans Intégrale Placements, avec Guillaume Sommerer, sur BFM Business. Chaque matin, Intégrale Placements, l'émission 100% placements présentée par Guillaume Sommerer. sur BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com.
Insolite
Atypiques, drôles, incroyables... Planet.fr revient sur les faits insolites qui ont marqué cette semaine... 
Société
L'Eurotunnel qui relie la France à l'Angleterre célèbre ce mardi ses 20 ans. Si ce tunnel fait désormais partie du paysage, il ne faut pas oublier qu'il a connu de nombreuses difficultés financières remettant en cause son exploitation. Planet.fr revient sur les chiffres et dates marquants.
Vidéos A la une
Jean-Marc Daniel revient, ce vendredi, dans sa chronique économique quotidienne sur l'origine du projet d'Union bancaire européenne. Chaque matin, le talk économie de Jean-Marc Daniel propose un...
Vidéos Argent/Bourse
28/02/2014 La majorite des Bitcoins de la compagnie japonaise est officiellement perdue Les client en reverront-ils la couleur
Politique
Au lendemain de la parution d’un numéro du Point accusant Jean-François Copé d’avoir surfacturé à l’UMP des prestations pour la campagne présidentielle de 2012 et du tollé qu’il a provoqué, une nouvelle question se pose : Nicolas Sarkozy savait-il ce qui se passait au sein de son parti ?
Politique
Selon les informations du Point, Jean-François Copé, le président de l’UMP, aurait surfacturé au parti des prestations pendant la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Au total, 8 millions d’euros auraient ainsi été payés à deux de ses proches.

Pages

Publicité