Vidéos A la une
La mosquée de l'Arbresle s'est vue signifier une décision de fermeture par le préfet. Selon ce dernier la salle de prière présenterait un risque sérieux d'atteinte à la sécurité et à l'ordre public.
Vidéos A la une
LONDRES - 27 fév 2015 - Sa silhouette noire est devenue tristement célèbre. Le bourreau de l'État islamique, qui apparaît sur plusieurs vidéos de décapitation s'appellerait Mohamed Emwazi. Jeudi, plusieurs médias anglophones dont la BBC et le Guardian ont dévoilé l'identité de celui qui est également surnommé " Jihadi John ". Cette révélation n'a pas été confirmée par les services secrets. Pourtant, les médias ont pris d'assaut les allées paisibles qui bordent la maison parentale dans l'ouest de Londres. Né au Koweït en 1988, Mohamed Emwazi émigre 5 ans plus tard au Royaume-Uni avec toute sa famille. Bon élève, il rejoint même cette université pour suivre des études informatiques. Un profil qui a fait réagir la mère de James Foley, l'un des otages américains décapités par " Jihadi John ". " Il a eu les avantages d'une éducation à l'abri du besoin et pourtant il utilise ses dons et son talent pour une telle haine et une telle brutalité " a déclaré Diane Foley. Les raisons de sa radicalisation demeurent pour l'instant une énigme. Après un voyage en Tanzanie et des contacts poussés avec des extrémistes somaliens, Mohamed Emwazi entre en 2009 dans le radar des services de renseignements britanniques... qui perdent sa trace par la suite. On le retrouve en 2013 en Syrie, " Jihadi John " a définitivement basculé. Selon le témoignage de plusieurs anciens otages, il est devenu un tueur de sang froid.
Publicité