Vidéos à la une
L'année dernière Evo Morales avait proposé, par référendum, de modifier la constitution pour pouvoir se représenter en 2019. Les électeurs ont voté majoritairement pour le 'non'. Mais aujourd'hui le chef de l'État accuse l'opposition conservatrice d'avoir biaisé le scrutin par ses mensonges présumés. 'Je débats avec le peuple, dit-il, je n'ai aucune intention de débattre avec l'opposition de droite. De quoi vont-ils débattre s''il n'ont pas de programme ? De quoi peut-on débattre ? De leurs mensonges ? ', a déclaré hier Evo Morales. La Bolivie limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Evo Morales en effectue déjà un troisième après avoir obtenu une dérogation auprès du tribunal constitutionnel, et il ne compte pas s'arrêter là
Vidéos à la une
Des heurts se sont produits mercredi entre des policiers et des employés d'usines en Bolivie, lors de manifestations contre des lois du président Evo Morales, faisant plusieurs blessés et entraînant de nombreuses arrestations, selon des sources gouvernementale et syndicale. Le Président bolivien tente de réformer drastiquement le fonctionnement des entreprises publiques.
Vidéos à la une
Des coups de béquilles contre les boucliers des policiers, le symbole d'une lutte désespérée. Des centaines de personnes handicapés sont venues à La Paz de toute la Bolivier exiger une hausse des aides sociales qui leur sont allouées. Ils ne seront finalement pas allés plus loin - ils voulaient accéder au palais du gouvernement - repoussés violemment par les forces de l'ordre. Le gaz lacrymogène contre des hommes et des femmes dont certains sont en fauteuil roulant, les images ont choqué en Bolivie. Selon Alex Vasquez, le président de la fédération des personnes handicapés de Chuquisaca, _'il y a encore des blessés parmi les personnes handicapés. Nous avons été gazés et encore gazés. Cette fois c'était très violent, j'en ai reçu en plein visage' Ces bénéficiaires des minimas sociaux demandent une hausse des aides. Aujourd'hui, le gouvernement leur donne un peu plus de 10 euros par mois. Une somme ridicule pour les manifestants. Ils réclament 64 euros mensuels. Une vidéo amateure publiée sur le site du quotidien bolivien La Razon
Vidéos à la une
Le cadeau très politique du président Evo Morales au pape François. Un marteau et une faucille pour ce crucifix en bois qui ne semble pas laisser indifférent le souverain pontife. Pour son deuxième jour en Bolivie, un des pays les plus pauvres d'Amérique latine, le pape a répété son message d'intégration et de justice sociale. A Santa Cruz, lors d'une messe en plein air qui a réuni des milliers de personnes, il a évoqué les oubliés et les exclus dans le monde et s'est insurgé contre une culture du rejet : 'Il y a une logique qui prétend s'imposer dans le monde d'aujourd'hui, une logique qui cherche à tout transformer en objet de consommation, qui rend tout négociable, une logique qui laisse peu de place en écartant tous ceux qui ne produisent pas. Et Jésus continue de nous dire: non, non, ce n'est pas nécessaire de les exclure, ce n'est pas nécessaire qu'ils s'en aillent, donnez-leur à manger.' Le pape s'envole ce vendredi pour le Paraguay, dernière étape de son voyage dans sa chère Amérique latine.
Vidéos à la une
C’est une lueur d’espoir qu’apportent la Bolivie, le Venezuela et le Nicaragua à Edward Snowden, l’ancien consultant de la NSA recherché par les Etats-Unis et bloqué depuis 14 jours dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou. Ces pays d’Amérique latine se disent prêts à lui accorder l’asile....
Vidéos à la une
Quand un président se retrouve bloqué à l'aéroport car interdit de survol en Europe... C'est ce qui est arrivé dans la nuit de mardi à mercredi à Evo Morales, le président bolivien. De retour de Moscou, il était soupçonné d'avoir emmené avec lui Edward Snowden, l'informaticien américain traqué à...
Publicité