Vidéos A la une
En Russie, un apatride résidant en Estonie a été arrêté. Il est accusé d'être un espion au service de l' Etat balte. Selon les services de sécurité russes, l'individu aurait recueilli des informations secrètes à caractère militaire pour le compte de la police estonienne. En Russie, l'espionnage est passible de vingt ans d'emprisonnement.
Vidéos Argent/Bourse
Vers la fin de l'année 2014, l'Estonie a créé un statut de citoyen numérique. C'est le moyen original que ce petit pays à l'Est de l'Europe a trouvé pour relancer son économie. Pour cela, le gouvernement estonien mise sur les startups. Avec 100 euros, on peut obtenir sa carte d'identité virtuelle en quelques clics. En 18 minutes, il est possible de créer son entreprise immatriculée en Estonie, sans même jamais y avoir mis les pieds. A préciser que cette carte d'identité virtuelle n'est ni un visa ni un permis de travail, et ne donne pas la citoyenneté estonienne. Il facilite juste la vie des entrepreneurs étrangers qui souhaiteraient installer leurs entreprises dans le pays. Tous les échanges avec l'administration se font en ligne. - La mise au net de Thomas Oliveau, chef de service de BFMBusiness.com. - 12h L'heure H, du mercredi 4 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Jüri Pootsman a 21 ans et il a remporté l'Estonian Idol 2015, le télé-crochet estonien, qui lui a valu un contrat avec Univesal Musique. Il est désormais la nouvelle pop star de son pays. pic.twitter.com/OaScs0B0tT- Jüri Pootsmann (@j_pootsmann) April 11, 2016 La renommée du jeune homme l'a conduit à être désigné pour représenter son pays cette année au concours de l'Eurovision où il chantera son tube 'Play'. 'Tout à commencé quand j'ai gagné Estonian Idol l'année dernière, après tout s'est accéléré' raconte le jeune homme. 'C'était assez impressionnant, on peut facilement perdre la tête, mais j'ai gardé les pieds sur terre, et tout va bien. Maintenant, c'est l'Eurovision et c'est encore plus fou. Alors j'en profite.' 'Je chantais dans une chorale quand j'étais petit' raconte encore Jüri. 'J'ai commencé à chanté solo il y a deux ou trois ans. C'est assez nouveau pour moi. Mais j'apprends, j'essaie de tirer le plus possible de chaque expérience et de chaque concert.' Jüri Pootsman avoue être un garçon plutôt timide, mais il apprend et il compte bien continuer à faire de la musique, quelque soit son résultat à l'Eurovision. 'Je ne me suis pas vraiment fixé d'objectif, mais cela serait vraiment bien d'arriver jusqu'en finale. Le plus important, c'est l'expérience. Après l'Eurovision, je pense que nous allons commencer à préparer mon deuxième album et on verra ensuite, mais en tout cas, faire de la musique.' Jüri va donc concourir pour le demi-final de l'Eurovision à Stockholm le 10 mai et, s'il est qualifié, il ira en finale le 14 mai.
Vidéos A la une
C'est le pays européen le plus connecté à internet : l'Estonie. Mais les PME européennes sont à la traîne en la matière. Seules 2% des entreprises européennes profitent pleinement des avantages du numérique et beaucoup n'en profitent pas du tout. Nous avons du retard sur nos propres ambitions et sur les Etats-Unis' explique Mikk Vainik, expert en développement numérique auprès du gouvernement. Et pourtant, les opportunités du numérique sont nombreuses. Fortumo, une PME de Tartu a su en profiter. Un timbre lui a été dédié pour le centenaire de l'Estonie : c'est dire le chemin parcouru par cette entreprise créée en 2007 par de jeunes diplômés et devenue la fierté de la petite république balte. Fortumo rolls out Insight, the business intelligence platform for mobile operators https://t.co/I9FT4N7JKb- Martin Koppel (@martinkoppel) 22 mars 2016 Son système de paiement via smartphone permet aux internautes de régler des achats en ligne sans carte bancaire. Ces dépenses sont facturées par l'opérateur mobile. La solution fait fureur dans les pays émergents. ' Depuis 2012, notre expansion a porté sur 35 nouveaux marchés. Nos services sont accessibles à 3,2 milliards de personnes dans 95 pays et notre plate-forme de facturation est utilisée par les les géants mondiaux de la vente en ligne' souligne Martin Koppel, PDG de Fortumo. Parmi eux, Google, Microsoft ou encore Sony sont venus s'ajouter aux clients historiques : les développeurs de jeux vidéo. L'entreprise estonienne a dû recruter à tour de bras pour répondre à la demande. ' Le chiffre d'affaire de Fortumo a augmenté de 50% chaque année et nous employons trois fois plus de personnes qu'en 2012. Nous avons ouvert des bureaux en Inde, en Chine, à Singapour et au Vietnam' indique Martin Koppel. Fortumo and Viettel launch Google Play carrier billing in Vietnam https://t.co/UhrzaG24x9 pic.twitter.com/hU8p2GbbZB- Developing Telecoms (@DevTelecoms) 10 mars 2016 L'entreprise compte aujourd'hui 70 salariés. Son objectif : quintupler son chiffre d'affaires sur les trois prochaines années, ce qui devrait lui permettre de doubler ses effectifs d'ici 2020. Le numérique n'est pas réservé aux entrepreneurs du digital. Il peut aussi aider des PME traditionnelles à mieux gérer leur temps par exemple, et ainsi à investir l'énergie et les économies dégagées dans le développement ou la diversification de leur business. Alors quel est le potentiel du numérique en termes de créations d'emplois ? Plus d'un million d'emplois pourraient être créés si tous les Etats européens étaient au niveau des Etats-Unis, des emplois à forte valeur ajoutée et sources de satisfaction' précise Mikk Vainik. Si une PME traditionnelle veut elle aussi profiter des opportunités du numérique mais n'y connaît rien, par quoi commence-t-elle ? 'Une start-up offre probablement déjà des solutions numériques pour votre secteur. Toute pépinière de start-ups pourra vous aider à la débusquer, mais je suggère Start-up Estonia! ' répond Mikk Vainik. Les promesses du numérique en chiffres L'économie numérique contribue à hauteur de 8% du PIB des plus grandes économies des pays du G-20 , alimente la croissance et la création d'emplois. L'énorme potentiel de l'économie numérique est sous-exploité en Europe; 41% des entreprises sont non-numériques et 2% seulement tirent pleinement parti des opportunités numériques. On estime que si tous les pays de l'Union européenne reflétaient la performance des Etats-Unis ou celle des pays de l'UE les plus performants, 400.000 à 1,5 millions de nouveaux emplois pourraient être créés dans l'UE. Fortumo est une société numérique estonienne fondée en 2007 par un groupe d'étudiants. Ils voulaient créer des systèmes de paiement sur smartphones à destination des jeunes sans carte de crédit. Pour stimuler leur entreprise, ils se sont tournés vers Réseau Entreprise Europe (Enterprise Europe Network, EEN) et depuis, Fortumo n'a pas cessé de croître. L'entreprise est aujourd'hui un acteur mondial qui emploie 70 personnes et plus de 3 millions de personnes ont accès à leurs services de facturation. Watify est une plateforme européenne pour les start-ups créée par la Commission européenne avec des exemples inspirants d'opportunités numériques pour l'ensemble des PME européennes. Liens utiles Economie numérique Watify Réseau Entreprise Europe Fortumo
Vidéos Insolite
En Estonie, un jeune homme trop impatient dépasse plusieurs fois des voitures et va finir par s’encastrer dans un poteau en voulant dépasser un 4x4
Vidéos Sciences
Les nanosatellites, ce sont de tout petits cubes remplis de nanotechnologies qui aujourd'hui, prennent de plus en plus de place dans les missions spatiales, de l'exploration de Mars à la surveillance d'astéroïdes potentiellement dangereux. Des universités aux agences spatiales en passant par les industriels, de nombreuses équipes s'y intéressent de très près. Ils ne mesurent que dix centimètres d'arête, mais n'ont rien à envier à leurs camarades plus grands. Lancés depuis une quinzaine d'années, les nanosatellites ou cubesats ont imposé leur potentiel dans le secteur spatial comme dans le monde universitaire. Exemple au sein du Centre spatial Mektory de Tallinn. 'Je n'aurais jamais pensé concevoir un satellite de ma vie parce que je me disais toujours qu'il n'y avait que la Nasa qui en construisait, confie Marta Hang (english), assistante du programme Cubesat au centre Mektory, mais aujourd'hui, je peux le faire moi aussi dans mon Université.' Tashi Dolma Gyeltshen, étudiante en master d'ingéniérie industrielle, renchérit : 'Tous ceux qui participent à ce projet, on vient tous d'horizons différents et chacun de nous se donne à 100%,' assure-t-elle. Ce projet est le fruit d'une initiative universitaire internationale à laquelle participent étudiants et professeurs en collaboration avec des industriels. L'objectif, c'est de former les élèves en vue de leur professionnalisation dans le secteur spatial. En ce moment, ils préparent leur première mission. 'On est en train de développer une unité cubesat pour une mission de télédétection : le satellite doit donc prendre des images de la Terre,' explique Mart Vihmand, directeur du Centre spatial Mektory. Moins coûteux et plus rapides à concevoir Ce type de cubesat qui pèse entre un et dix kilos coûte moins cher que les gros satellites notamment parce qu'il est élaboré en grande partie à partir de composants électroniques existants. Il est aussi plus rapide à concevoir. Mais les étudiants de Tallinn ont encore deux ans de travail devant eux. Ready to moving to #mektory #space center of #Tallinn to film next space magazine on #cubesats, on euronews pic.twitter.com/pJIHFbg80L- claudio rosmino (claudiorosmino) 8 Janvier 2016 'De la planification du projet à l'assemblage final du satellite, il faut trois ans : en général, 80% de ce temps est consacré à des réunions et à de la conception sur ordinateur,' souligne Mart Vihmand. En réalité, quand on commence à construire l'appareil final qui va voler dans l'espace, qu'on l'assemble dans un certain environnement et qu'on réunit les différents composants, cela ne prend qu'une minute,' ajoute-t-il. Les cubesats mettent en orbite un concentré de nanotechnologies : dans le centre universitaire de Tallinn, celles-ci sont élaborées à partir d'éléments produits grâce à une imprimante 3D ou commandés sur internet. Les progrès de la miniaturisation Mais les nanosatellites n'ont pas qu'un intérêt pédagogique et l'Agence spatiale européenne (ESA) le sait bien : elle veut les employer pour des missions spatiales lointaines. Roger Walker coordonne les recherches sur ces technologies au Centre technique de l'Agence aux Pays-Bas. 'Les ordinateurs se sont miniaturisés avec le temps : on est passé d'un ordinateur qui occupait toute une pièce il y a des décennies à quelque chose qui aujourd'hui, tient dans un téléphone portable, indique-t-il. Dans le secteur spatial, on constate que les composants des satellites se sont miniaturisés de quelque chose de la taille d'une machine à laver à aujourd'hui quelque chose de la taille d'un cubesat : en gros, c'est un satellite dans une boîte à chaussures,' poursuit-il. Les nanosatellites peuvent remplir de nombreuses missions comme réaliser des mesures ou procéder à des tests dans l'espace. Cette année, le cubesat Qarman à l'étude au Centre technique de l'ESA testera des technologies de rentrée dans l'atmosphère et des matériaux de protection thermique. Cubesat en main, Roger Walker nous explique : 'On trouve toutes les fonctionnalités d'un satellite réunies dans cette boîte : on a la possibilité de générer de l'énergie avec des panneaux solaires, de distribuer cette énergie en interne, de communiquer avec la station au sol sur Terre, mais aussi de mener des expériences et de transmettre les données à la Terre,' insiste-t-il. Mission d'impact d'un astéroïde Mais l'avenir de ces petits satellites s'annonce encore plus grand : ils participeront dans les années qui viennent, à une mission conjointe de l'ESA et de la NASA baptisée AIDA qui prévoit de dévier un astéroïde en le percutant. Une expérience précieuse au cas où l'on découvrirait que l'un d'eux menace la Terre. 'On est en train d'étudier les cubesats à des fins exploratoires et scientifiques dans l'espace lointain, indique Roger Walker, l'une de ces missions consistera à leur faire intégrer une mission d'impact d'un astéroïde ; ces cubesats observeront l'astéroïde avant et après qu'un engin de la NASA ne percute l'astéroïde lui-même.' we talk of #cubesat in the next #space, Jan.21 on euronews / CubeSat companions for #ESA 's astroid mission - https://t.co/PwneNO5aqx- claudio rosmino (claudiorosmino) 13 Janvier 2016 Le processus de miniaturisation ne semblant pas connaître de limites, ces nanosatellites offrent de nombreuses opportunités d'applications notamment dans l'évacuation de débris spatiaux, les services de télécommunications ou encore les missions d'exploration vers la Lune et Mars, leur faible coût de production et de lancement étant un avantage. Mais ces technologies laissent aussi la porte ouverte à d'autres innovations. 'La prochaine génération, affirme Roger Walker de l'ESA, c'est elle qui saura comment les exploiter de la meilleure manière qui soit et on aboutira probablement à des choses que l'on n'a jamais vues ou auxquelles on n'aurait jamais pensé.' 'J'ai tellement hâte que notre cubesat soit lancé, ce sera une grande réalisation pour chacun d'entre nous,' souligne Tashi Dolma Gyeltshen, étudiante à Tallinn. Mart Vihmand, directeur du centre Mektory, se projette lui aussi dans l'avenir : 'On forme davantage de gens à être capables d'inventer des choses pour le secteur spatial et on les prépare aussi à des missions encore plus importantes,' lance-t-il. 'On espère aussi, renchérit Marta Hang, assistante du programme Cubesat à Tallinn, que notre Université construira un plus gros satellite et qu'elle emmène un jour l'un des étudiants sur la Lune. Pourquoi pas ?' lance la jeune femme. #cubesat will be starring in the next #space magazine on air on euronews since Jan.21. #estonia #mektory #esa pic.twitter.com/cnBGb7GWZE- claudio rosmino (claudiorosmino) 7 Janvier 2016
Vidéos A la une
Un homme menotté et exhibé devant les caméras, il est estonien. Il se nomme Eston Kohver. Accusé d'espionnage, il vient d'être condamné par la justice russe à quinze ans de prison. Selon le contre espionnage russe, l'Estonien a été arrêté en possession d'un pistolet, de munitions et de 5.000 euros. Pour les autorités de son pays il a plutôt été enlevé par les Russes alors qu'il était en Estonie. Marina Kaljurand, ministre des Affaires étrangères : 'L'enlèvement d'Eston Kohver, il y a un an, le 5 septembre était illégal. Tout comme l'a été tout le procès et l'ensemble des actes de justice. Nous continuerons à réclamer la libération immédiate d'Eston Kohver. Nous allons le faire nous même et nous le ferons aussi avec nos partenaires.' Strongly condemn Eston Kohver's illegal conviction. Demand that RU release him. Must return him safely to Estonia. #FreeEstonKohver- Marina Kaljurand (@MarinaKaljurand) 19 Août 2015 La ministre estonienne a en effet été suivie par l'Union européenne qui a également exigé la libération 'immédiate' de l'Estonien. Les affaires d'espionnage se sont multipliées ces derniers mois en Russie.
Vidéos A la une
Ce qui était une prison et un camp de travail est devenue une plage populaire en Estonie où les visiteurs se relaxent aux abords d'une carrière inondée et explorent des structures immergées. Des détenus de la prison voisine travaillaient autrefois dans la carrière de marbre et de calcaire. Après la chute de l'Union soviétique en 1991, la prison a été fermée et les pompes qui maintenaient la carrière sèche ont été mises hors d'usage, en faisant un petit lac avec des parties immergées.
Politique
Selon un expert russe, devant la montée des tensions entre la Russie et les Nations unies, l’idée d’une guerre internationale serait de plus en plus envisageable.
Vidéos A la une
Il s'agit d'une mesure temporaire selon Washington qui comprend des véhicules de combats et des équipements associés. Une première depuis la chute du Mur de Berlin en 1989. L'Estonie, la Lituanie, la Lettonie, la Bulgarie, la Roumanie et la Pologne sont concernées au moment où ces pays sont de plus en plus inquiets depuis l'annexion de la Crimée et les combats en Ukraine. 'Malheureusement, nous avons passé beaucoup de temps à évoquer les récentes tentatives de la Russie de revenir en arrière, surtout ici dans la région de la Baltique', explique Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense. Le ministre estonien de la Défense tient néanmoins à rassurer : 'nous ne parlons pas d'entrer dans un nouveau type de guerre froide et de course aux armements, nous ne cherchons pas collectivement à répondre à Poutine, je veux dire, tank pour tank, hélicoptère pour hélicoptère ici dans la Baltique'. C'est pourtant un bras-de-fer. Ce projet américain a déjà provoqué la colère de Vladimir Poutine. Le président russe a annoncé en réponse le renforcement de son arsenal nucléaire avec 40 nouveaux missiles intercontinentaux d'ici la fin 2015. Le "plus grand renforcement" de l'OTAN depuis la guerre froide http://t.co/sPNo56SnM0- La Presse (@LP_LaPresse) 17 Juin 2015
Vidéos A la une
Des étudiants de différents lycées forestiers et agricoles ont accouru à Luua, en Estonie, du 20 au 24 mai, pour participer au 14e championnat européen de bûcheronnage. Par équipes de quatre, ils ont pu tester leurs aptitudes, notamment au maniement de la tronçonneuse.
Vidéos A la une
Des blindés de combat Stryker américains qui défilent avec l'armée estonienne le jour de l'anniversaire de l'indépendance de la République balte, tout un symbole alors que la menace de la Russie voisine plane sur les anciennes républiques soviétiques désormais ralliées à l'OTAN et à l'Union Européenne, l'Estonie donc mais aussi la Lettonie ou la Lituanie. Depuis la crise ukrainienne et l'annexion de la Crimée il y a un an, les relations entre la Russie et les Occidentaux se sont fortement dégradées. Les pays de la région s'inquiètent des démonstrations de force de l'armée russe qui s'aventure de plus en plus près de leur espace aérien allant même parfois jusqu'à frôler celui du Royaume-Uni. Les 28 membres de l'OTAN sont engagés par l'article 5 du traité de l'Atlantique Nord sur la solidarité entre membres en cas d'attaque armée. Or, des pays neutres comme la Finlande, qui partage 1 300 km de frontière avec la Russie, commencent aussi a s'inquièter. Ainsi, lors d'une conférence de presse commune avec le secrétaire général de l'OTAN, le premier ministre finlandais, Alexander Stubb, a reconnu que la possibilité d'intégrer l'Alliance était désormais une question qui pourrait se poser lors des prochaines élections nationales. Une option encore impensable il y a quelques mois. Aujourd'hui, plus de 60% des finlandais craignent pourtant une agression russe. Début février, l'OTAN a décidé de renforcer son flanc oriental en créant une force de réaction rapide de 5 000 effectifs et 6 postes de commandement en Europe de l'Est. En mer Noire, face à la Crimée, l'Alliance mène des exercices, là aussi en risposte a l'activité militaire russe dans la région.
Vidéos A la une
1,3 millions d'électeurs estoniens élisent un nouveau parlement ce dimanche. Un vote qui a lieu dans un contexte anxiogène où l'inquiétude concernant l'attitude de la Russie envers l'Ukraine est vive. Des exercices militaires russes à la frontière estonienne quelques jours avant ce scrutin ont renforcé les craintes de ceux qui prêtent au Kremlin l'intention de déstabiliser d'anciens membres de l'Union soviétique. Le Parti du centre, pro-russe, devrait faire un bon score. Il prône un rapprochement avec Moscou afin de garantir la sécurité du pays, indépendant depuis 1991. Les russophones représentant un quart environ des électeurs. Mais c'est bien le Premier ministre sortant, le plus jeune de l'Union européenne (35 ans), Taavi Roivas, qui devrait être le seul en mesure de former un nouveau gouvernement avec l'appui de son Parti de la Réforme, crédité vendredi de 26 % des intentions de vote. La coalition de centre-droit devrait donc encore rester au pouvoir. Il est vrai que des sondages précédents plaçaient le Parti du Centre en tête de la course électorale, mais il manquerait de toutes façons d'alliés pour former une majorité au Parlement. Le passif du Parti du Centre Les autres partis estoniens refusent en effet de coopérer avec le Parti du centre, à qui ils reprochent un accord de coopération signé en 2004 avec le parti Russie unie, la formation de Vladimir Poutine. Ils reprochent aussi à son chef de file, Edgar Savisaar, maire de Tallinn et Premier ministre en 1991-1992, d'avoir gardé le silence sur le rôle que joue la Russie en Ukraine depuis un an. A un autre niveau, ils accusent également le Parti du centre d'avoir détourné des fonds publics à la mairie de Tallinn, ce dont le parti se défend.
Vidéos Insolite
Dimanche 8 février, le journaliste Dermot Murnaghan présentait la matinale sur la chaîne d’info en continu britannique Sky News. Alors qu’il allait interroger le président estonien Toomas Ilves sur la crise en Ukraine, le journaliste commet une bourde en l...
Vidéos Argent/Bourse
Ce petit état balte a adopté la monnaie commune mercredi à minuit dans l'allégresse générale. Il rejoint ainsi la Lettonie et l'Estonie. "Un vrai changement dans le fonctionnement de la gouvernance de la BCE" pour l'économiste Valérie Plagnol.
Vidéos A la une
C'était il y a 20 ans, et pour les proches des victimes le souvenir est toujours douloureux. Le 28 septembre 1994, peu après minuit le MS Estonia sombrait entre Tallin et Stockholm. A Tallin en Estonie a eu lieu une cérémonie d'hommage aux 852 victimes du naufrage. Seules 137 personnes ont survécu. La nation la plus touchée fut la Suède, mais en proportion, dans ce petit pays qu'est l'Estonie, chaque famille ou presque pleure une victime. L'enquête a conclu que la faiblesse des dispositifs de verrouillage a été la cause principale de la tragédie. Sous l'effet d'une vague, les serrures se sont brisées, l'eau s'est engouffrée dans le navire et l'a fait couler en moins de 50 minutes. Le naufrage du MS Estonia reste dans les mémoires comme la pire tragédie maritime en Europe en temps de paix.
Vidéos A la une
Eston Kohver, arrêté dans des circonstances controversées vendredi dernier, a été inculpé d'espionnage par la justice russe et risque jusqu'à 20 ans de prison. En pleine crise ukrainienne, son interpellation avait été perçue comme une provocation faite à l'OTAN, qui plus est, deux jours après la visite de Barack Obama à Tallin. Moscou assure qu'Eston Kohver a été capturé sur le territoire russe et qu'il était alors en possession d'un pistolet, de munitions, de 5 000 euros en liquide et d'équipement destiné à des écoutes illégales. L'Estonie, de son côté, soutient que Kohver, membre du Service de sécurité intérieure, était responsable de la surveillance de contrebandiers près du poste-frontière de Luhamaa et était en service lorsqu'il a été enlevé sur le territoire estonien et capturé par des inconnus venus de Russie.
Vidéos A la une
Le président américain Barack Obama est arrivé mercredi en Estonie. En pleine crise ukrainienne, il devrait lancer un nouvel avertissement à...
Vidéos A la une
L'Estonie ne sera jamais seule' Déclaration du président Américain à Talinn à la mi journée. Barack Obama est arrivé ce matin dans la capitale estonienne où il s'est entretenu avec son homologue Toomas Hendrik Ilves. Un voyage à la veille de la réunion de l'OTAN au Pays de Galles pour marquer l'engagement des États-Unis auprès des Pays Baltes. La présence du président américain à Tallinn, à la frontière de la Russie, est aussi un message à l'intention de Moscou pour dissuader les Russes de toute velléité d'incursion chez leurs voisins baltes. Au cours de cette conférence de presse Barack Obama s'est aussi dit écoeuré par le meurtre barbare du journaliste américain Stephen Sotloff. Le président américain a dit qu'il faudra du temps pour refouler les jihadistes de l'EI.
Vidéos A la une
Des Ukrainiens et des ressortissants baltes se sont réunis samedi place de l'Europe à Kiev, pour célébrer le 25ème anniversaire de la Voie balte, lorsque deux millions de Lituaniens, de Lettons et d'Estoniens avaient formé une chaîne humaine pour protester contre la domination soviétique. Aujourd'hui, les Baltes sont venus soutenir leurs frères ukrainiens en cette période de crise. 'Aujourd'hui, l'Ukraine se bat pour la liberté et l'unité du pays, donc nous les états baltes, sommes avec l'Ukraine. Les Ukrainiens étaient avec nous en 89 et toutes ces années, donc nous sommes une seule et même grande chaîne' affirme l'ambassadrice de Lettonie en Ukraine. Une cérémonie officielle en présence des chefs de gouvernement des trois états baltes s'est déroulée à la bibliothèque de Riga, la capitale lettone. Plusieurs manifestations étaient prévues ce week-end dans les trois pays. Le 23 août 1989, plus d'un quart de la population des trois pays s'était donné la main sur 600 kilomètres, dans un geste inédit de solidarité et de paix. La chaîne humaine fut un moment décisif sur la voie de l'indépendance, acquise en 1991 par les pays baltes.
Monde
Si vous passez quelques jours en Estonie, il y a un lieu auquel vous ne devez pas échapper : l'ancienne prison soviétique de Rummu Karjäär. Planet.fr vous propose de la découvrir en images.
Monde
Si vous passez quelques jours en Estonie, il y a un lieu auquel vous ne devez pas échapper : l'ancienne prison soviétique de Rummu Karjäär. Planet.fr vous propose de la découvrir en images.
Vidéos A la une
L'Estonie consacre trois jours de festival au chant et à la danse, elle attend 80 000 visiteurs. La tradition des fêtes du chant et de la danse en Estonie, mais aussi en Lettonie et en Lituanie, a été inscrite par l'UNESCO dans la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité en 2008. Les origines de ce festival remontent à 1869.
Vidéos A la une
Le froid et le verglas (30 cm de glace!) n’ont pas empêché 4000 amateurs de pêche sous la glace d’essayer d’attraper le gros lot, au moins dix poissons avec trois marquages différents. 200...
Vidéos A la une
Nous sommes en Estonie. Pas facile de circuler par des températures souvent glaciales voir polaires. Mais ici, on est habitué et les routes de glace prennent tout leur sens pour faciliter les...
Monde
L'Université de technologie de Tallin en Estonie a créé un site internet pour savoir quelles étaient les villes les plus photographiées du monde. Elle a utilisé Panoramio, une filiale de Google. Cette plateforme recence près de 50 millions de photos. Découvrez le classement avec Planet.fr
Vidéos A la une
Pour marquer son 33ème anniversaire, la tour de télévision de Tallinn crèe l‘événement. Depuis sa plateforme située à 170 mètres, plus de 60 personnes venues du monde entier ont pu faire le grand saut pendant trois jours.
Publicité