Vidéos A la une
L'Israël et la Jordanie s'accordent sur de nouvelles mesures visant à pacifier l'esplanade des Mosquées. L'État hébreu s'engage notamment à autoriser musulmans à prier sur ce qui est également un lieu saint du judaïsme. Malgré ces efforts, les violences continuent dans la région.
Vidéos A la une
C'est une mesure exceptionnelle. La police israélienne a annoncé dimanche l'interdiction de l'accès à la vieille ville de Jérusalem aux Palestiniens de Jérusalem-Est. Cette disposition, qui restera en vigueur pendant deux jours, fait suite à plusieurs attaques meurtrières. Dans la nuit de samedi à dimanche, dans la vieille ville, deux Israéliens ont été tués par un Palestinien armé d'un couteau et deux autres personnes ont été blessées. L'auteur de l'attaque, un jeune homme de 19 ans, a été immédiatement abattu par les forces de l'ordre. Quelques heures plus tard, un autre Palestinien a blessé sérieusement à coups de couteau un passant dans la partie ouest de la ville avant d'être lui aussi tué par des policiers. Ces nouvelles attaques interviennent dans un contexte de haute tension, deux jours après le meurtre par balles d'un couple de colons israéliens dans le nord de la Cisjordanie occupée. Depuis le début des fêtes juives il y a trois semaines, les affrontements sont devenus quotidiens dans la vieille ville de Jérusalem, notamment autour de l'esplanade des mosquées.
Vidéos A la une
Des violences ont éclaté, dimanche 13 septembre, dans la vieille ville de Jérusalem. D'après des témoins musulmans, la police israélienne serait entrée dans la mosquée al-Aqsa et aurait provoqué ces débordements, à quelques heures de la célébration de la nouvelle année juive.
Vidéos A la une
Entre Perpignan et la Jonquera, à la frontière espagnole, les touristes connaissent aussi les bouchons mais aussi les produits moins chers. En effet, l'Espagne offre la possibilité d'acheter des produits comme les cigarettes ou l'alcool à des tarifs plus bas.
Publicité