Vidéos à la une
À son arrivée au QG de François Fillon ce lundi, Éric Ciotti s'est dit "confiant" quant à la suite de la campagne du candidat de la droite. Le député Les Républicains a également rappelé "l'immense succès du rassemblement populaire de soutien à François Fillon, au Trocadéro". "Il faut aujourd'hui construire dans l'unité et reconstruire autour de la candidature de François Fillon", a-t-il ajouté.
Société
Selon un rapport du député Les Républicains Eric Ciotti, les crédits pour 2017 se compteraient en milliard d'euros, un record. Il accuse par ailleurs l'Etat de sous-évaluer systématiquement le coût des aides aux demandeurs d'asile.
Politique
En 1991, celui qui était alors assistant parlementaire de Christian Estrosi a joué de ses relations politiques pour ne pas être appelé sous les drapeaux.
Politique
L'ancien président vient d'officialiser son équipe de campagne pour la primaire des Républicains, qui doit désigner le candidat de la droite à la présidentielle. Découvrez en images le trombinoscope de sa garde rapprochée.
High-Tech
C'est en tout cas ce que propose le député Les Républicains Eric Ciotti, qui a récemment énoncé des propositions pour "mettre fin à l’impunité qui règne sur Internet". Mais cela fait débat.  
Vidéos à la une
Éric Ciotti a réagi au lendemain de l'attentat à Nice, lorsqu'un homme a foncé dans la foule réunie pour le feu d'artifice avec un camion. 'Ce qu'on a vécu est tout simplement épouvantable', se désole le député Les Républicains des Alpes-Maritimes, soulignant la présence d'enfants parmi les victimes.
Vidéos à la une
Eric Ciotti, invité du "Grand Jury RTL LCI Le Figaro", a expliqué pourquoi son choix se portait sur Nicolas Sarkozy pour les primaires de la droite et non sur Alain Juppé, pourtant favori dans les sondages.
Vidéos à la une
Invité du "Grand Jury RTL LCI Le Figaro", Eric Ciotti a annoncé vouloir rétablir le service national pour les jeunes, dans la police, dans la gendarmerie ou dans l'armée et il envisage de soumettre cette idée à un référendum.
Vidéos à la une
Après la publication d'affiches montrant un sol ensanglanté, Eric Ciotti, invité du "Grand Jury RTL LCI Le Figaro", a annoncé qu'il porterait plainte contre le syndicat.
Vidéos à la une
Eric Ciotti, invité du "Grand Jury RTL LCI Le Figaro", a annoncé soutenir Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite, même s'il n'est toujours pas officiellement candidat. Ancien soutien de François Fillon, Eric Ciotti estime qu'il fallait choisir le "meilleur" et que Nicolas Sarkozy a "l'expérience et l'énergie".
Vidéos à la une
Les message de Michel Rocard "n'a pas abouti" selon Eric Ciotti, député et président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, invité du "Grand Jury RTL LCI Le Figaro". Selon lui c'est la "gauche cynique" incarnée par François Hollande, qui existe aujourd'hui.
Société
Le président (LR) du conseil départemental des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, a pris la décision de retirer le RSA à une habitante du Cannet condamnée pour apologie du terrorisme. 
Vidéos à la une
La communion n'a été que de courte durée après le meurtre du couple de policier et celui de 49 personnes à Orlando. Ce mardi, la problématique des personnes fichées S se pose et chaque politique, d'Éric Ciotti à Marine Le Pen, semble avoir une opinion différente sur le sujet.
Vidéos à la une
Sur LCI, Éric Ciotti a expliqué qu'il serait compliqué pour l'État de déployer plus de policiers. Grèves sociales, crise migratoire ... Pour le député Les Républicains, il y a d'autres problèmes à régler en France et explique que " les policiers ne peuvent pas être partout".
Vidéos à la une
"Ce matin plusieurs milliers de policiers ont exprimé leur colère face au déchainement de violences dont ils font preuve depuis maintenant plus de deux mois", a lancé le député LR Eric Ciotti à l'Assemblée nationale. Il voulait en réalité prendre la défense de la profession qui vu 350 policiers blessés ces derniers mois. Un lapsus qui est passé inaperçu dans l'hémicycle.
Vidéos à la une
À l'annonce de l'utilisation du 49-3 pour faire passer le projet de loi Travail, les députés Républicains ont déposé une motion de censure "qui tire les conséquences de l'incapacité du pouvoir à gouverner le pays". La réaction du député (LR) des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, au micro de LCI.
Vidéos à la une
Le ministre de l'Intérieur était à Cannes lundi à la veille de l'ouverture de la 69e édition du Festival de film pour présenter les renforts de sécurité dans le cadre de l'état d'urgence. Lors de la conférence de presse, Hubert Cazeneuve en a profité pour tancer le député Les Républicains Eric Ciotti, adversaire politique mais ami du ministre.
Vidéos à la une
Eric Ciotti était ce vendredi l'invité de Ruth Elkrief sur BFMTV. Le député des Alpes-Maritimes, qui a demandé à plusieurs reprises le démantèlement et l'interdiction du mouvement Nuit debout, a dénoncé les propos du mouvement. " Quand j'entends certains propos de Nuit debout, et notamment ceux du gourou occulte Frédéric Lordon, qui dit qu'il n'est pas l'ami de la démocratie et qu'il n'est pas là pour faire la paix, on voit les ressorts de ce mouvement", a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
"Le régime d'indemnisation chômage des intermittents du spectacle est un vrai scandale : c'est un milliard de déficit", a déclaré Eric Ciotti mercredi. A-t-il raison, a-t-il tort ? Ségolène Chaplin a vérifié les chiffres pour LCI.
Vidéos à la une
Le député Républician Éric Ciotti s'est prononcé ce mercredi contre l'extension du RSA au moins de 25 ans, proposition soutenue par Manuel Valls. Pour lui, cette allocation va maintenir les jeunes dans la précarité. Il soutient aussi que ce type de RSA n'est pas proposé en Allemagne. A-t-il raison ? Notre journaliste Ségolène Chaplin a mené l'enquête.
Vidéos à la une
Invité du "Oui/Non" ce mardi sur LCI, le député LR Eric Ciotti a donné son sentiment concernant le mouvement Nuit Debout. "Ce mouvement ne m'est rien sympathique" a-t-il déclaré, pointant notamment du doigt les 151 policiers blessés depuis le début de Nuit Debout.
Vidéos à la une
IL DU WEB. Alain Juppé, Jean-François Copé, Pierre Charon, Éric Ciotti, Les Républicains ont apporté leur soutien à leur président après sa mise en examen dans l'affaire Bygmalion, mardi. Certains internautes se sont tout de même moqués de l'ancien président de la République.
Vidéos à la une
Invité politique d'Arlette Chabot ce mercredi, le député Les Républicains et président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, a rappelé sa position concernant l'article controversé inscrivant la déchéance de nationalité dans la Constitution. "Je vais voter le texte par cohérence avec les positions que j'ai toujours prises à l'Assemblée nationale", a-t-il détaillé.
Vidéos à la une
Eric Ciotti était l'invité de Ruth Elkrief sur BFMTV ce mercredi. Le député Les Républicains a réagi au départ de Christiane Taubira du gouvernement, en jugeant sévèrement son action. "Elle s'est plutôt préoccupée de porter une idéologie avec flamboyance et avec une vision très sectaire", a-t-il avancé. Il l'a aussi accusée de s'être "désintéressée du fonctionnement courant de son ministère". Selon lui, l'ancienne garde des Sceaux "était la vitrine", du ministère de la Justice, mais se sentait moins concernée par "l'arrière-boutique ". Eric Ciotti a également estimé qu'elle accordait plus d'importance aux "droits des délinquants qu'à la considération aux victimes".
Vidéos à la une
Le député Les Républicains Eric Ciotti a pointé du doigt dimanche la responsabilité du gouvernement après les incidents violents intervenus à Ajaccio depuis jeudi. "Dans certains quartiers de la République, l'Etat n'existe plus", a-t-il déploré tout en appelant à "reconquérir l'autorité républicaine".
Vidéos à la une
La déchéance de la nationalité pour les binationaux a été maintenue par François Hollande. Si les Républicains et le Front national ont d'ores et déjà affirmé qu'ils voteront le texte, ils n'ont pas caché leur colère à l'encontre de la Garde des Sceaux. À l'image d'Eric Ciotti, député LES-REP de la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes, qui a appelé Christiane Taubira à démissionner. À gauche, Benoît Hamon en tête, des voix s'élèvent contre cette mesure qui remettrait en cause le droit du sol.
Vidéos à la une
Eric Ciotti, député les Républicains des Alpes-Martimes, a réagi mercredi midi sur BFMTV à la décision du gouvernement de maintenir la déchéance de nationalité aux binationaux nés en France et reconnus de terrorisme dans le projet de révision de la Constitution. Il a, en particulier, mis en doute la capacité de la ministre de la Justice Christiane Taubira à porter cette réforme. "C'est manifestement madame Taubira qui a parlé trop vite. J'ai écouté la garde des Sceaux qui porte ce projet de loi constitutionnelle qui a annoncé hier officiellement a fortiori depuis l'étranger qu'il n'y aurait pas la déchéance de nationalité dans ce texte", a-t-il expliqué en faisant référence à une interview sur une radio algérienne. "C'est une question de cohérence comment peut-elle défendre un projet de loi dont elle a critiqué le contenu? Après le revirement qui est intervenu ce matin, madame Taubira doit quitter ce gouvernement", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
"La famille est devenue une cible du gouvernement. Les mesures fiscales qui ont été prises ont pesé sur les familles", a affirmé Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, estimant que la baisse de la natalité pouvait être imputée à la gauche au pouvoir. "C'est une faiblesse par rapport à l'Allemagne, la France avait un atout, c'était la force de sa natalité. Aujourd'hui, c'est l'inverse".
Vidéos à la une
Invité de LCI et Radio Classique Eric Ciotti, député "Les Républicains" des Alpes-Maritimes, a dénoncé un "acharnement à l'encontre de Nicolas Sarkozy". "Chaque fois, tout ça se dégonfle et au bout il n'y a rien", a-t-il affirmé.
Vidéos à la une
"Le moins que l'on puisse dire c'est que vous ne manquez pas de toupet (...) Je pense que les policiers préfèrent notre considération à la vôtre", a répondu mardi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à Eric Ciotti. Le député Les Républicains l'avait interpelé sur "le malaise des policiers et leur colère", à la veille d'un rassemblement prévu mercredi par tous les syndicats de police sous les fenêtres de la garde des Sceaux Christiane Taubira.

Pages

Publicité