L’Observatoire européen austral vient de confirmer la découverte de Proxima B. Cette exoplanète, pouvant potentiellement accueillir la vie, est désormais la plus proche de la Terre.

Parmi la multitude de planètes découvertes à l'extérieur du système solaire, ou "exoplanètes", seules 42 pourraient accueillir de l'eau liquide, base indispensable à la vie. Et la plus "proche" vient juste d'être découverte : Proxima B est située à 4,24 années-lumières de nous, soit à environ... 40 000 milliards de kilomètres. Elle orbite dans une "zone habitable", soit à une distance idéale d'une étoile pour pouvoir conserver de l'eau sous sa forme liquide.

Puisqu'elle orbite autour de Proxima Centauri, l'étoile la plus proche du Soleil, elle a été difficile à repérer, rapporte Sciences et Avenir. Cette "naine rouge" émet en effet une faible lueur, d'autant qu'elle se trouve dans la constellation du Centaure, peuplée d'astres bien plus brillants qui gênent son observation. Les scientifiques ont dû braquer leur téléscope vers la région de Proxima Centauri, très régulièrement pendant 72 jours, afin de confirmer l'existence de la planète.

À lire aussi –Une exoplanète aux anneaux 200 fois plus larges que ceux de Saturne

Atmosphère ou non ?

Proxima B est une planète rocheuse, à l'instar de la Terre. Elle est un peu plus grosse et se trouve à 7,5 millions de kilomètres de son astre, selon Sciences et Avenir. Elle est donc beaucoup plus près de Proxima Centauri que nous ne le sommes du Soleil, séparé de nous par 150 millions de kilomètres. Malheureusement, cela induit qu'elle reçoit 400 fois plus de rayons X que nous, d'autant plus si elle n'a pas d'atmosphère.

D'ailleurs, si vous souhaitez vous rendre sur Proxima B (outre le trajet d'une durée de 20 ans) qui ne dispose pas d'atmosphère, il faudra préparer votre doudoune. Sans protection, la faible émission de l'étoile octroierait à l'exoplanète une température comprise entre -50 et -30 degrés seulement.

Publicité
Pour déterminer la présence d'une atmosphère, qui réchaufferait la surface comme la nôtre le fait pour la Terre, les scientifiques projettent d'observer le comportement de la lumière qui frappe la planète : s'ils voient qu'elle est filtrée, cela pourrait indiquer la présence d'une couche protectrice.

Vidéo sur le même thème – Un village sur la Lune ?

Licence Creative Commons