Alors que trois puissants séismes ont frappé l’Equateur, le Japon et les îles Tonga ce week-end, faisant en tout près de 300 morts, nous avons demandé à une sismologue si la France était à l'abri de ces catastrophes.

© Réseau national de surveillance sismique

En moins de trois jours, l’océan Pacifique a été secoué par trois tremblements de terre dont les épicentres ont été l’île japonaise de Kyushu (14 et 16 avril), puis la côte de l’Equateur (17 avril) et les îles Tonga (17 avril).

A lire aussi Haute-Savoie : la vallée de Chamonix secouée par un séisme

Le premier séisme de magnitude 6,2 a eu lieu jeudi dernier à 21h26 (heure locale) sur l’île japonaise de Kyushu, à l’extrême sud du Japon. Selon un dernier bilan, le séisme et ses répliques, dont l’une a atteint une magnitude de 7, ont fait 42 morts et un millier de blessés. Le second séisme de magnitude 7,8 a frappé l’Equateur samedi dernier à 18h58, faisant selon un dernier décompte au moins 272 morts et plus de 2 000 blessés. Enfin, le dernier séisme de magnitude 5,8 a touché les îles Tonga (Pacifique sud) dimanche et l’on ignore encore s’il a fait des morts ou des blessés.

Un même scénario impossible en France

"En France métropolitaine, depuis que les instruments nous permettent de faire des mesures, le plus gros séisme enregistré fut en 1909, à Lambesc (PACA) avec une magnitude de 6", nous explique Sophie Lambotte, sismologue au Réseau national de surveillance sismique (RéNaSS). "Toutefois, ajoute-t-elle, selon les archives, le séisme le plus important en Europe remonte à l'année 1356 et eut lieu à Bâle (Suisse). La magnitude du séisme a été estimée entre 6,2 et 6,9 en France."  A titre indicatif, à cette magnitude, les secousses peuvent provoquer des dommages aux bâtiments anciens, mais pas aux édifices bien construits.

"En règle général, les séismes les plus importants en France n'ont jamais excédé une magnitude autour de 6 ; on n'est donc pas sur le même registre que ceux actuellement dans le Pacifique", indique la sismologue du RéNaSS, qui enregistre chaque jour des secousses sismiques en France, mais "qui ne font heureusement pas de dégât et qui ne sont - pour la plupart -même pas ressentis par la population."

Publicité
La majeure partie des séismes enregistrés (environ 1300 par an en France métropolitaine) sont surtout situés sur les châines montagneuses (Pyrénées et Alpes), le long du sillon rhodanien et en Bretagne.

Vidéo sur le même thème : Un séisme secoue l'Equateur : au moins 233 morts