Lundi dernier, il ne faisait "que" zéro degré au sommet du plus haut massif montagneux d’Europe. Une température inhabituelle et extrême qui accélère dangereusement la fonte des glaciers.

Si l’alerte orange à la canicule a été levée ce mercredi, les fortes chaleurs ont tout de même laissé des traces sur l’environnement. En effet, l’isotherme zéro degré a atteint, lundi, le sommet du Mont Blanc, à plus de 4 500 mètres d’altitude. Une douceur peu courante qui a par ailleurs fait fondre la glace sur 10 centimètres d’épaisseur, souligne Le Figaro.

À lire aussi - La fonte des glaciers d'Antarctique occidental a atteint un point de non-retour

D’après Christian Vincent, chercheur au CNRS, "les glaciers réagissent immédiatement aux températures". Aussi, rien d’étonnant à ce qu’en période estivale les scientifiques assistent à la fonte de nombreuses glaces. Pourtant, avec l’impact de la canicule, la situation pourrait devenir sur le long-terme dramatique pour les glaciers du Mont Blanc.

Une fonte trois fois plus rapide

Et pour cause : cette année, les neiges ont fondu trois fois plus vite que les années précédentes. "Durant un mois de juillet normal, la fonte à cette altitude est en moyenne de trois centimètres", a indiqué le chercheur à nos confrères, ajoutant que le phénomène s’est amorcé au début du siècle dernier, avant de connaître une accélération dans les années 1980.

À lire aussi - Fonte des glaces : à quoi ressemblera le monde dans 5 000 ans ?

Publicité
De ce fait, après une dizaine de jours de canicule, le plus haut sommet d’Europe se retrouve avec une épaisseur de neige beaucoup plus faible que de coutume. Une situation qui inquiète sensiblement la communauté scientifique et qui représente l’une des conséquences directes du réchauffement climatique.

Vidéo sur le même thème - Zoom sur le Mont Blanc : 150 ans d’ascension