La côte Atlantique a été placée en alerte orange jusqu’à mardi. En cause : une nouvelle tempête occasionnant de violentes vagues, susceptibles de causer de submerger le littoral dans 11 départements. Une promeneuse a d'ailleurs trouvé la mort dans le Morbihan. La prudence est donc plus que jamais de mise.

L’Atlantique n’en finit plus de se déchaîner. Comme à son habitude depuis plusieurs semaines, l’océan a contraint les autorités à placer une grande partie du littoral atlantique en alerte orange. Selon Météo France, sont à craindre de très fortes vagues, d'où le placement en vigilance orange de 11 départements du Cotentin aux Pyrénées-Atlantiques.

Les Pyrénées-Atlantiques, les Landes, la Gironde, la Charente-Maritime, la Vendée, la Loire-Atlantique, le Morbihan, le Finistère, les Côtes-d’Armor, l’Ille-et-Vilaine et la Manche sont ainsi appelés à la plus grande prudence quant à la forte houle en raison du risque de vagues-submersions. Le Finistère, la Charente-Maritime et la Gironde ont quant à eux également été placés en vigilance orange inondations. Sont également craintes d’importantes montées des eaux de la Gironde, de la Laïta bretonne, ainsi qu’à Morlaix.

Le bulletin de Météo France court pour l'heure jusqu'à mardi à 10h. Dans un communiqué datant de dimanche 2 mars à 6 heures, Météo France explique que ces perturbations sont dues à la dépression sévissant au Nord des îles britanniques, causant la formation d'une nouvelle tempête, surnommée Christine, déjà considérée comme la plus violente de l'année. La violence des marées devrait elle atteindre son paroxysme ce lundi soir, avec un coefficient de 115, renforçant encore le risque de vagues géantes.

Des vagues, une victime

Publicité
Dimanche, les violentes lames déferlant les côtes ont eu raison d’une promeneuse de 52 ans. Celle-ci s’est vue emportée par les subites montées des eaux tandis qu’elle randonnait au gré des plages du Morbihan en compagnie d’une vingtaine de personnes. Un drame mettant en évidence les dangers des activités nautiques, fortement déconseillées.

 

En vidéo : la gare maritime de Sein noyée sous les vagues début février :