Fasciné par l’Egypte ancienne, un postier normand à la retraite aurait percé le mystère de la construction des pyramides.

L’habit ne fait pas le moine. Michel Michel, ancien postier de 64 ans originaire de Vernon (Eure), aurait levé le voile sur un mystère qui a longtemps passionné les égyptologues du monde entier : l’édification des pyramides.

A lire aussi : Egypte : 17 nouvelles pyramides découvertes par un satellite de la NASA

"Cette question me fascine depuis 1972, date à laquelle j’ai vu le film La terre des Pharaons du réalisateur Howard Hawks. Je me suis creusé la tête durant plusieurs années et j’ai compris que tout le monde faisait fausse route", raconte l’égyptologue amateur à Ouest France.

Partant de l’idée que chaque pyramide a une structure qui lui est propre et que les Egyptiens devaient faire simple, ne bénéficiant d'aucun moyen de construction moderne, Michel Michel élabore une nouvelle théorie.

"Mon procédé repose sur un système de rampes. Il est adapté aux pyramides de toutes tailles. Il est simple, intuitif, économique, solide et aisément vérifiable", assure-t-il.

Selon lui et les divers niveaux de dégradation observés sur les édifices, chaque structure interne comportait des degrés, ce qui suggère que les constructeurs avaient recours à des rampes sur lesquelles étaient tractés des sortes de traîneaux chargés de pierres.

"L’astuce consistait à construire ces rampes en pierre plutôt qu’en briques. Puis à transformer cette structure initiale en pyramide lisse, par la réorganisation d’une partie des pierres utilisées pour construire les rampes. Suivant cette idée, le volume initial et le volume final sont identiques", affirme l’ancien postier.

"Les chercheurs peuvent vérifier"

La démonstration, imparable pour ce Vernonnais et mise en ligne en 2012, n’a toutefois pas séduit tous les spécialistes du milieu. "Ces gens-là semblent ne pas vouloir s’abaisser à écouter d’autres avis. Bien souvent les égyptologues amateurs sont méprisés par les chercheurs et les historiens, surtout lorsqu’ils ne peuvent travailler qu’avec leur jugeote et un vieil ordinateur", raille Michel Michel.

A lire aussi : Cuba : découverte d'étonnantes pyramides sous-marines

Mais ces derniers mois, les théories de cet égyptologue amateur ont reçu le soutien de plusieurs sommités comme le spécialiste égyptien des pyramides, Nabil Swelim.

Publicité
Ses thèses commencent donc à susciter l’intérêt des scientifiques. L'égyptoloque de l’université de Zurich, Michael E. Habicht, a même publié, en novembre, les travaux du postier à la retraite dans sa revue Unter dem Siegel der Nekropole.

Michel Michel, qui garde la tête froide, s’est aujourd’hui attaqué à l’édification des obélisques.

A voir : La vidéo explicative de Michel Michel sur la construction des pyramides

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité