Des rats de la taille d’une vache ? C’est ce que prédit un chercheur d’une université américaine, conséquence logique de leur évolution selon lui. Ils pourraient également devenir plus rapides et agressifs. 

Alors que la Grande-Bretagne s’est vue prise d’effroi à l’approche d’un navire abandonné empli de milliers de rats cannibales, l’inquiétude liée à ces rongeurs à la réputation peu ragoutante risque fort de monter d’un cran. Et pour cause : le géologue Jan Zalasiewicz a révélé, étude à l’appui, que les rats atteindront, au cours de leur évolution, une taille supérieure à celle d’une vache. En raison de leur capacité d’évolution et d’adaptation inouïe, ces animaux devraient "évoluer comme ils l’ont toujours fait", affirme le chercheur de l’Université de Leicester, expliquant au Daily Mail qu’"à l’époque des dinosaures, les rats étaient des animaux minuscules. Si l’écosystème est suffisamment vide, ils auront l’occasion d’être beaucoup plus grands."

C’est en traçant la chronologie de leur évolution que le scientifique est parvenu à tirer ces conclusions. Ainsi, à terme, la taille des rats pourrait peu à peu s’approcher de celle des moutons et, pourquoi pas, de celle de la vache, égalant la taille de leur défunt cousin, le Josephoartegasia monesi, plus gros rongeur connu à ce jour. Ce dernier prédit également de nombreuses évolutions quant à leur comportement et à leur environnement. Ainsi, de nouvelles espèces pourraient apparaître, et se montrer beaucoup plus agressives que leurs ancêtres.

On n’arrête pas l’évolution

Publicité
Evolution ou extinction : un dilemme auquel chaque espèce est contrainte de se plier. Le réchauffement climatique pourrait ainsi contraindre nombreuses d’entre elles à revoir leur taille à la hausse. Le paléontologue Jonathan Bloch, du musée d’Histoire Naturelle de Floride, s’est intéressé à une période située à 55 millions d’années de notre ère. Cette dernière, longue de 200 000 ans, aurait accusé une montée des températures de 6°C. Ce dérèglement aurait occasionné une augmentation significative de la taille des reptiles, et un rétrécissement de celle des mammifères. Le chercheur révèle ainsi, fossile d’une tortue de la taille d’une voiture à l’appui, que la taille des serpents de cette période pouvait égaler celle d’un autobus, tandis que le cheval n’était pas plus grand qu’un chat. Partant de cette découverte, la scientifique a mis en garde, l’année dernière, contre cette potentielle conséquence du réchauffement climatique. 

 

En vidéo sur le même sujet : Découvrez le Titanoboa, le plus gros serpent de tous les temps :