D'après une nouvelle coupe géologique, de vieux volcans, ainsi que de l'eau et du gaz, reposent dans le sous-sol du Bassin parisien.

Le Bassin parisien, qui s’étend de la Normandie aux Vosges, est le plus grand bassin sédimentaire de France. Vieux de plus de 250 millions d’années, il offre encore de nombreuses découvertes aux géologues.

A lire aussi : Grâce à Internet, surveillez en direct l'activité d'un volcan islandais au bord de l'éruption

Pour son cinquantième anniversaire, l’Association des géologues du bassin de Paris (AGBP) a présenté, mercredi dernier à la presse, une nouvelle coupe géologique du Bassin.

Grâce aux techniques modernes d’imagerie, cette nouvelle coupe – la dernière remontait à 1980 -  a révélé la présence de volcans fossilisés, vieux de 250 millions d’années. Selon les estimations des géologues, ces derniers devaient être aussi importants que les volcans d’Auvergne.

Un Bassin potentiellement riche

S’il était déjà connu pour l’exploitation de charbon à la fin du XIXe siècle, le Bassin parisien renferme également d’importantes réserves en gaz de houille. "Un potentiel exploitable en Lorraine" comme l’a affirmé à l’AFP Didier Bonijoly, président de l’AGBP.

Mais c’est la découverte d’eau potable en abondance qui a retenu toutes les attentions. La région parisienne recèle, en effet, dans son cœur une réserve stratégique d’eau "de très bonne qualité."

"S’il y avait un gros problème d’alimentation en eau pour la ville de Paris […] on aurait cette énorme réserve d’eau potable à 500 mètres sous la capitale. C’est facilement accessible et ça représente le gros intérêt d’être une ressource protégée", a confié le président de l’AGBP.

Pétrole et géothermie

Les récents travaux menés ont également révélé la présence, dans l’est de la région parisienne, de "pièges pétroliers". Autrement dit, du pétrole de schiste emprisonné sous des couches d’argile. Cependant, ces pièges restent difficilement exploitables en raison de leur localisation dans des zones très peuplées, certains se trouveraient sous Notre-Dame de Paris.

Publicité
Les géologues ont aussi avancé un réel potentiel géothermique du Bassin parisien, notamment dans les entrailles de l’est du pays."Effectivement, on pourrait trouver des ressources géothermiques. Seraient-elles exploitables ? Probablement. Mais est-ce qu’il y aura un besoin ? On peut en douter", a conclu Didier Bonijoly.

Vidéo sur le même thème : L'eau minérale, le trésor de l'Auvergne