Après un mois d’août record, c’est au tour du mois de septembre d’être considéré comme le plus chaud jamais enregistré par l’homme, a annoncé la NASA en début de semaine. 

La température sur Terre n’en finit pas de grimper progressivement. Après les mois de mai et d'août, la NASA (article en anglais) a annoncé lundi que le mois de septembre avait été le plus chaud enregistré par l’homme depuis le début des relevés modernes, il y a 134 ans.

À lire aussi - Août 2014 ou le mois le plus chaud jamais enrergistré par l'homme

Sur l’ensemble du mois de septembre, la moyenne de température mondiale a été de 14,77 degrés Celsius, dépassant de 0,77 °C la moyenne établie à 14°C entre 1951 et 1980, rapporte à ce titre L’Express. La température globale moyenne des mois d’avril, de juin et de juillet avaient par ailleurs été largement au-dessus de celles enregistrées en temps normal pour la période. Au vu des récents relevés, l’année 2014 pourrait ainsi battre aisément les records de chaleur enregistrés en 2005 et 2010.

 Une tendance à la hausse

Comme on peut le remarquer sur la carte (ci-dessous) publiée par la NASA, les régions les plus touchées sont les pôles - notamment l’Antarctique au-dessus duquel évolue le « trou » dans la couche d’ozone - la côte Ouest de l’Amérique du Nord, toute l’Europe de l’Espagne à l’Oural, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, l’Amérique du Sud dans sa totalité et enfin l’Australie.

Les océans ne sont pas épargnés non plus par le phénomène précise de son côté Libération. Les océans Indien, Atlantique ainsi que le Pacifique ont des relevés de température bien au-dessus des moyennes habituelles pour un mois de septembre.

Publicité
Reste que El Niño, une perturbation climatique aux conséquences souvent dévastatrices à travers le monde et annoncée comme la plus forte du siècle, n’aura semble-t-il pas lieu cette année. Un maigre lot de consolation pour ceux qui doivent déjà gérer la sécheresse au quotidien.

Vidéo sur le même thème - Changement climatique : "les américains commencent à s'inquiéter pour le climat"