Quelle pression exerce l'homme sur la nature ? Combien d'hectares sont nécessaires à sa survie ? Une seule façon de le savoir : l'empreinte écologique

Publicité
Le terme d'empreinte écologique apparaît en 1992 dans un article "Ecological footprints and appropriated carrying capacity: what urban economics leaves out" écrit par le Professeur William Rees de l'Université de Colombie Britannique (Canada). Les Canadiens M. Wackernagel et W. Rees ont développé ce concept afin de mesurer le poids réel de l'activité humaine sur la Terre. Des logiciels de calculs ont ensuite été mis au point pour mesurer les empreintes écologiques à diverses échelles, sur la base de données publiées et comparables. En 2002, le Sommet pour la Terre de Johannesburg a souligné le caractère non-durable de l'empreinte écologique et du mode de développement dominant des pays riches. Le WWF a fortement contribué à populariser le concept d'empreinte écologique.

A quoi sert l'empreinte écologique ?