Vidéos A la une
Béji Caïd Essebsi a remporté lundi la première élection présidentielle libre en Tunisie avec 55,68% des voix au second tour. Il a accordé son unique interview à une équipe de TF1. Le nouveau président tunisien qui doit former son gouvernement a déjà annoncé qu'il n'était "pas nécessaire" que les islamistes du parti Ennahdha y prennent part.
Vidéos A la une
EXCLU RMC - Béji Caïd Essebsi, l'un des deux candidats favoris à la première élection présidentielle tunisienne depuis la révolution de 2011, s'exprimait ce lundi en direct sur RMC. C'est la première fois que les Tunisiens ont pu voter "librement" pour élire leur chef d'Etat depuis 1956.
Vidéos A la une
Ce dimanche, un peu plus de cinq millions d'électeurs tunisiens sont appelés aux urnes pour choisir leur président. Près de 11.000 bureaux de vote ont été mis en place et vingt-sept candidats sont en lice. Un scrutin historique, car c'est la première fois que les Tunisiens vont élire librement leur président.
Vidéos A la une
Hervé Gattegno s'est intéressé aux résultats des élections législatives en Tunisie. Les élections se sont soldées par la victoire du parti Nidaa Tounès, opposée aux islamistes d'Ennahda. Pour Hervé Gattegno, la défaite d'Ennahda est une triple bonne nouvelle et cela prouve que la démocratie est plus forte que l'islamisme. Car si les islamistes ont perdu du terrain par rapport à leur victoire de 2011, cela veut dire qu'ils n'ont pas convaincu les Tunisiens, et le fait qu'ils ont reconnu leur défaite sans chicaner montre que les islamistes veulent jouer un rôle à l'intérieur du jeu politique et non pas le remettre en cause.
Vidéos A la une
TUNIS - 27 oct 2014 - C'est un revers pour les islamistes d'Ennahda. Au lendemain des législatives tunisiennes, les premiers résultats officiels se font attendre. Mais d'ores et déjà, le parti politique, vainqueur des précédentes élections, a reconnu sa défaite. C'est la formation laïque Nidaa Tounes qui arrive en tête de ce scrutin. Selon le réseau citoyen Mourakiboun, la formation de Béji Caïd Esebssi a récolté plus de 37% des suffrages, soit plus de 80 sièges sur les 217 que compte l'Assemblée. Avec près de 28% des voix, Ennahda en obtient pour sa part une soixantaine. Côté participation, l'Instance chargée d'organiser les élections a annoncé un taux encore provisoire de 61,8%. Un peu plus de trois millions d'électeurs sur les 5 millions que compte le pays se sont donc rendus aux urnes. Près de quatre ans après la révolution qui a mené à la chute de Ben Ali, ce scrutin est considéré comme décisif. Le pays fait figure d'espoir dans une région tourmentée et le bon déroulement des législatives a donc été salué comme un nouveau pas vers l'instauration définitive de la démocratie. Les Tunisiens seront de nouveaux appelés aux urnes le 23 novembre pour élire leur président.
Publicité