Société
Les enfants volés de la Creuse, de jeunes réunionnais arrachés à leurs terres, parfois à leurs familles dans les années 1960-1980, vont bénéficier ce mardi du vote d’une loi visant à honorer leur mémoire. L’occasion de revenir sur une affaire de disgrâce d’Etat. 
Publicité