A partir de 60 ans, les soucis de santé commencent et les banques sont frileuses pour accorder des prêts. Heureusement, l'entrée en vigueur de la convention Aeras permet des recours pour réexaminer les dossiers automatiquement en cas de refus.

Emprunter malgré l'âge ou les soucis de santé

Les banques ont fait des efforts. Elles acceptent désormais de plus en plus souvent de consentir des prêts aux plus de 60 ans. Mais dès que les montants deviennent importants, elles souhaitent qu'ils souscrivent une assurance décès, qui garantira le crédit ! Et c'est là que les ennuis commencent. Il est rare, à 60 ans ou plus, de n'avoir aucun souci de santé. Et dès le questionnaire médical rempli, souvent les seniors se voyaient refuser cette assurance... ou devaient accepter un tarif prohibitif.

Publicité
Cette année, la situation s'est pourtant un peu améliorée, grâce à l'entrée en vigueur de la convention Aeras. Premier objectif : éviter les refus en améliorant le dispositif qui existait auparavant. Résultat ? Si votre état de santé ne permet pas à la banque de vous proposer l'assurance standard au même prix que les autres clients, elle doit automatiquement transmettre votre dossier à un service médical spécialisé, chargé de définir un tarif adapté à votre profil. Ce service ne parvient pas à vous trouver une assurance ? Si vous demandez un prêt immobilier (ou professionnel) de 300 000 euros maximum votre dossier sera ensuite examiné, toujours automatiquement, par des experts médicaux de l'assurance. Mais pour bénéficier de ce dernier recours, vous ne devez pas être âgé de plus de 70 ans à la fin du crédit demandé.
Publicité