Le système de retraite a commencé à s'imposer en France à partir de 1945. Avant cette date, seules les personnes travaillant dans le secteur public, et notamment dans une entreprise de grande envergure, pouvaient bénéficier d'une pension de retraite.

En 1945, le régime général a été mis en place proposant une couverture pour tous les salariés et travailleurs indépendants. L'année 1947 constitue une réforme importante dans l'univers des retraites. En effet, des systèmes complémentaires apparaissent parallèlement à cette couverture, devenue désormais accessible à tous. Progressivement, ces régimes, dits complémentaires, sont eux aussi devenus obligatoires.

Le montant de la retraite tient compte de plusieurs paramètres :

L'Etat civil : calculer sa retraite en fonction de sa situationLe calcul des trimestres de retraite varie en fonction de la date de naissance du prétendant. C'est en se référant à cette date qu'il pourra déterminer le nombre de trimestres à cotiser pour avoir droit à une retraite. Le nombre d'enfants est également un paramètre donnant accès à des droits dits "complémentaires".

Age de la retraite : à 55 ans ou plus ?L'âge de départ en retraite permet de déterminer le montant de la pension de retraite. Parfois, il faudra prévoir de travailler encore quelques années supplémentaires pour obtenir la mensualité désirée.

Etablir un relevé de retraite ou choisir son régime de retraiteCe relevé comporte les différents régimes de retraite auxquels le sujet peut accéder suivant les différents emplois occupés tout au long de sa vie active. Les régimes spéciaux ne font pas partie du relevé. Il s'agit, dans ce cas, d'avoir une vision générale des systèmes de retraite auxquels on a droit.

La répartition : un processus automatiqueLes systèmes de retraite obligatoires sont soumis à une stratégie de répartition. Les cotisations annuelles sont ainsi utilisées, dans leur totalité, pour financer la retraite future. Il est important de savoir que ce système est diamétralement opposé à celui de la capitalisation où la personne doit elle-même épargner pour sa retraite en mettant de côté une somme donnée d'argent qui sera récupérée par la suite. Cette méthode séduit les sujets qui désirent, par ce biais, augmenter le montant de leur retraite. Pour cette raison, on appelle ce type de cotisation "épargne-retraite".

Important : Les simulateurs de calculs de retraite en ligne permettent d'estimer le taux des cotisations.

Quels sont les régimes de retraite mis en place ?Chaque personne doit cotiser pour sa retraite en s'adressant à l'une des 35 caisses présentes dans le pays (régime de base et régime complémentaire). Généralement, on sollicite jusqu'à trois caisses au cours de sa carrière. Plusieurs facteurs, comme le changement de métier, peuvent influencer le choix d'un système au détriment d'un autre.

- Le système général : il constitue 71% des actifs. Des statistiques prouvent que plus de 9 Français sur 10 optent pour cette caisse de manière continue ou temporaire.

Publicité
- Le système concernant la fonction publique : il constitue 17% des cotisants. Cette couverture concerne les personnes travaillant dans le secteur public comme les hôpitaux. Il s'adresse également aux collectivités locales et aux agents exerçant une profession dite gouvernementale.

- Le système des non-salariés : il constitue 10% des actifs. Ces cotisations font appel au régime de base et aux autres systèmes complémentaires de manière simultanée : CNAVPL, MSA, RSI.

- Les systèmes spécialisés : ils constituent 2% des actifs et sont représentés par les différentes caisses indépendantes touchant à la fonction publique comme la RATP et l'Opéra de Paris.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet