Réduire la semaine de travail à quatre jours pour permettre à l’Etat de faire des économies et mieux combattre le chômage, c’est l’idée proposée en Grande-Bretagne par John Ashton, expert britannique en santé publique. Ce dernier veut même généraliser le concept à toute l’Europe.

©Shutterstock

L’idée de la division du travail n’est pas encore morte. Alors que l’ensemble des économistes européens préconise une augmentation du nombre d’heures travaillées par semaine, d’autres prennent le contrepied total. C’est le cas de John Ashton, expert britannique en santé publique, qui propose la mise en place d’une semaine de quatre jours de travail. Cette dernière permettrait, selon lui, de faire des économies massives aux Etats tout en luttant contre le chômage.

• Lire aussi : La blague de Michel Sapin concernant la réduction du Code du travail

Amélioration de la productivité et de la santé

Si cette mesure peut paraître radicale et surprenante, elle permettrait de faire des milliards d’économies en dépenses de santé. En effet, les semaines de travail, actuellement de 6 jours seraient néfastes pour la santé des travailleurs. Ces derniers seraient plus sujets aux maladies et aux blessures en raison de la fatigue. Ainsi l’ensemble des dépenses liées à la prise en charge de ces patients seraient supprimées.

Une meilleure lutte contre le chômage

Dans une interview accordée au Guardian, John Ashton a expliqué son raisonnement à partir d’un constat : "Le problème est qu'une partie de la population travaille trop dur et l'autre n'a pas de travail". Une semaine à quatre jours permettrait, selon l’expert, d'offrir à plus de personnes de travailler, avec une productivité optimale. Résultat : il y aurait moins d’allocations chômage à distribuer.

Alors que cette idée est soutenue par 57% des travailleurs britanniques, selon un sondage réalisé par YouGov, John Ashton compte bien instaurer sa proposition dans l’ensemble des pays de l’Europe d’ici à 20 ans.

Publicité
Si cette idée peut être plaisante, plusieurs points restent cependant inexpliqués. L’amplitude horaire de ces quatre jours travaillés n'est pas précisée tout comme le salaire ou encore la durée hebdomadaire des contrats. La proposition ne devrait ainsi pas aboutir, probablement en raison d'un blocage des patrons anglais.

A voir sur ce thème : Fabius favorable au travail dominical

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet