Patronat et syndicats ont trouvé un accord vendredi soir pour porter à 63 ans la retraite complémentaire à taux plein. Explications. 

Ils ont réussi à s'entendre. Un accord de principe a été conclu vendredi soir entre les organisations patronales et les syndicats CFDT, CFTC et CFE-CGC pour porter à 63 ans la retraite complémentaire à taux plein, contre 62 ans actuellement. 

Concrètement, l'accord propose un système de bonus-malus pour inciter les salariés à travailler plus longtemps. S'ils souhaitent partir à la retraite avant 63 ans, des décotes de 10% pendant trois ans seront alors prévues pour les salariés partant à la retraite une fois qu'ils ont atteint 41,5 ans de cotisations. Pour ceux qui attendront 63 ans, ces décotes s'annuleront. Cette mesure entrerait en vigueur dès 2019. 

Un bonus pour ceux qui partent à plus de 63 ans

"Dans le détail, un salarié qui partirait à la retraite à 62 ans avec 41,5 années de cotisations subirait un malus de 10% pendant trois ans (…) S'il reste une année de plus et part donc en retraite à 63 ans avec 42,5 années de cotisation, il ne subira en revanche aucun malus", précise Le Figaro. Et celui qui travaillera encore plus longtemps bénéficiera d'un bonus. 

Publicité
A noter que la CGT et FO se sont quant à elles opposées à l'accord. Le gouvernement, qui s'est réjoui de l'annonce du patronat, a de son côté annoncé qu'il aiderait à la mise en œuvre du projet. 

En vidéo sur le même thème - Retraites complémentaires : ce qui divise patronat et syndicats