C’est ce que propose la CFDT, qui imagine une contribution à hauteur de 4% pendant deux ans pour sauvegarder les retraites complémentaires.  

Dans une interview accordée mardi au quotidien Les Echos, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, propose de mettre à contribution les futurs retraités afin d’assurer l’avenir des retraites complémentaires.

Cette "contribution de solidarité intergénérationnelle assumée" serait d’une durée de deux ans et concernerait les salariés partant à la retraite. Le montant de cette contribution serait de 4%. Celle-ci sera ainsi "limitée en montant" et demandée "quel que soit l'âge du départ". "Les salariés partant de manière anticipée parce qu'ils ont eu une carrière longue ne seraient pas concernés, puisqu'ils ont déjà 'trop' cotisé", précise le représentant syndical aux Echos.

Une hausse des cotisations patronales ?

En attendant la mise en place d’une telle mesure, Laurent Berger se dit également prêt à "décaler la revalorisation des pensions complémentaires d'avril à octobre".

Publicité
Parmi les autres propositions faites par Laurent Berger, on retiendra également l’idée d’une hausse de cotisations patronales de 0,1% par an, entre 2019 et 2021, ainsi que la mise en place d’une contribution supplémentaire en cas de "séparation d'un salarié de plus de 50 ans".

Une mutualisation des réserves de l'Agirc et de l'Arrco dès 2017 est également proposée, avec la création par la suite d’un nouveau régime unifié de retraite. 

En vidéo sur le même thème : Portraits de retraités avec des fin de mois difficiles