Alors que le Medef propose que les Français travaillent jusqu’à 65 ans avant une retraite complète, la CGT a fait le calcul de ce que cela représenterait comme perte pour un salarié partant à 62 ans.  

Pour faire face à l’épuisement des réserves des régimes Agirc et Arcco, le Medef propose qu'à partir de 2019, un salarié arrêtant de travailler à 62 ans se voit appliquer une décote de 30% la première année, 20% la suivante et 10% à 64 ans pour bénéficier d'une retraite à taux plein à 65 ans, rapporte mardi le site LaTribune.fr.

Une proposition choc, parmi d’autres, que la CGT a étudiée afin de savoir quel serait le manque à gagner pour un salarié décidant de partir en retraite à l’âge de 62 ans, et non à 65 ans comme le préconise le Medef.

Plus de 7600 euros de pension perdus en 3 ans

Publicité
Ainsi, la CGT prend un exemple concret en montrant ce que perdrait une cadre en comptabilité qui gagnait 41 305 euros par an lors de son départ à la retraite à 62 ans. Elle ne toucherait que 2035 euros de retraite par mois la première année, au lieu d'un peu plus de 2300 euros, selon les règles actuelles. Soit une baisse mensuelle de 319,5 euros la première année.

La deuxième année, la perte de pension mensuelle est estimée à 212,9 euros et la troisième année à 106 euros. Résultat : au bout de trois, la perte serait de plus de 7600 euros de pension.

En vidéo sur le même thème : Portraits de retraités avec des fins de mois difficiles