Qui va payer quoi ? C’est la question sur laquelle François Hollande et Jean-Marc Ayrault vont devoir plancher ce mois-ci. Marisol Touraine leur a présenté ces mercredi et jeudi différentes options. Ils vont maintenant devoir trancher pour présenter le projet de réforme fin août.

L’heure du choix a sonné. François Hollande et Jean-Marc Ayrault vont devoir trancher. Marisol Touraine est venue leur présenter ces mercredi et jeudi les options retenues pour réformer le système actuel des retraites. Objectif : faire des économies pour pouvoir dégager 7 milliards d’euros par an d’ici 2020 afin de sauver de la faillite le régime des pensions. Si le gouvernement assure depuis des mois que tout le monde devra mettre la main à la poche, reste à savoir de quelle manière et dans quelle proportion.

Allongement de la durée de cotisation des salariésLe rapport Moreau, remis au gouvernement en juin dernier préconisait un allongement de la durée de cotisation des salariés de 41,5 ans actuellement à 43, voire 44 ans. Cette mesure semble avoir été actée par François Hollande depuis des mois, reste donc à définir à quel rythme se fera cet allongement.

Hausse de la CSGCette mesure pourrait concerner tout le monde, salariés comme retraités. Ces derniers sont actuellement soumis à des prélèvements au taux réduit de 6,6%. Une solution pourrait être d’aligner ces prélèvements sur ceux des salariés, fixés à 7,5%. Autre solution : augmenter le taux de la CSG pour tout le monde. Une mesure qui reviendrait à amputer encore un peu plus le pouvoir d’achat des Français. Pas sûre qu’elle ait la faveur du gouvernement.Retraités : moins d’avantages fiscauxLe rapport Moreau proposait là aussi plusieurs options afin de mettre les retraités à contribution. Il s’agit notamment de mesures fiscales. L’abattement de 10% dont bénéficient actuellement les retraités sur leurs pensions pourrait ainsi disparaître. De même que les avantages fiscaux dont bénéficient les foyers ayant élevé trois enfants ou plus. Entreprises : des cotisations retraites plus élevéesC’était une autre option avancée par le rapport Moreau : augmenter les cotisations retraites. François Hollande l’avait annoncé tout le monde serait mis à contribution, les entreprises aussi. Si cette mesure permettrait de dégager des recettes, elle aurait aussi le désavantage de peser sur la compétitivité des entreprises française. Il s’agit donc là d’un véritable dilemme pour le gouvernement, qui a pris ces derniers mois une série de mesures pour tenter de sauver la compétitivité de notre industrie, mais qui peut difficilement, aussi, faire peser de nouvelles charges sur les ménages. Quoi qu’il en soit, l’exécutif devra trancher dans les semaines à venir et trouver un compromis qui soit, à défaut d’être populaire, le plus juste et le plus équitable possible.

Publicité
Fonctionnaires et régimes spéciauxIls devraient aux aussi, dans une certaine mesure, participer à l’effort collectif. Le gouvernement devrait cependant ne pas frapper trop fort car il ne souhaite pas de grève généralisée à la rentrée. Le rapport Moreau préconisait notamment une modification du système de calcul des pensions. Un sujet là aussi sensible. François Hollande et Jean-Marc Ayrault devront cependant prendre des décisions. Le projet doit être présenté aux partenaires sociaux le 26 ou 27 août prochain, pour être débattu au Parlement à la rentrée.