Le gouvernement s’apprête à s’attaquer à la douloureuse réforme des retraites. Après une consultation des partenaires sociaux ce lundi, il se prépare pour la grande conférence sociale des 20 et 21 juin prochains. Quelles mesures pourraient être envisagées ? A quoi faut-il s’attendre ? Le point avec Planet.fr.

 

Un allongement de la durée des cotisations

Pour la première fois, un gouvernement de gauche va devoir s’attaquer à l’une des réformes les plus impopulaires et les plus douloureuses : celle des retraites. La réforme Fillon de 2010 ne sera pas suffisante pour combler le déficit du système de pensions estimé à 20 milliards d’euros d’ici 2020. Le gouvernement se prépare donc à adopter de nouvelles mesures. Ce lundi, Jean-Marc Ayrault a pris la température en rencontrant les partenaires sociaux. Prochaine étape, la grande conférence sociale prévue les 20 et 21 juin prochains.

Début juin, la commission d’experts présidée par Yannick Moreau, anciennement à la tête du Conseil d’orientation des retraites, devrait également remettre à l’exécutif une feuille de route avec plusieurs scénarios possibles. Le gouvernement devra ensuite prendre rapidement sa décision, l’objectif étant que le texte de loi atterrisse sur le bureau du Parlement avant la fin de l’année. Parmi les options possibles, celle de l’allongement de la durée de cotisation. Elle est actuellement de 41,5 années, et pourrait donc être progressivement augmentée. « Comme on vit plus longtemps, il va falloir avoir des durées de cotisations plus longues » avait déjà indiqué François Hollande.

Publicité
Le MEDEF se dit lui favorable à une durée de cotisations de 43 ans. Elle pourrait passer, selon Europe 1, à 44 ans. De son côté, le COR préconise un allongement par étapes (42 ans pour les personnes nées en 1962, 43 ans pour celles nées en 1975, 44 ans pour celles nées en 1989 et 44,75 ans pour celles nées en 2000), mais prévient déjà : cette mesure seule ne sera pas suffisante pour rétablir l’équilibre.

Publicité