Gérant d'un café, patron de pompes funèbres, chirurgien-dentiste... Les étrangers vivant en France pourront bientôt exercer ces professions. Parfois sous certaines conditions.  

Les députés ont supprimé vendredi en commission les conditions de nationalité pour certaines professions, s'appuyant sur des recommandations du Défenseur des droits, rapporte le site LesEchos.fr

S'inscrivant dans le cadre de l'examen du projet de loi "Egalité et citoyenneté", le texte prévoit notamment de supprimer les conditions de nationalité pour les professions suivantes : patron de café, de débit de boisson, de cabaret ou encore membre du comité de rédaction d'une édition de publications destinées à la jeunesse. 

Lutte contre les discriminations 

"Les parlementaires ont également ouvert aux étrangers non communautaires (c'est-à-dire non ressortissant de l'Union européenne) l'activité de dirigeant ou gérant d'un établissement de pompes funèbres", précise le site d'information. 

A noter aussi que les étrangers pourront aussi exercer le métier de chirurgien-dentiste, à conditions toutefois d'être titulaires du diplôme français d'Etat.  

Publicité
Enfin, le projet de loi prévoit également que, dans les entreprises de plus de 500 salariés, soient incluses des informations "sur la lutte contre les discriminations et de prise en compte de la diversité de la société française", ajoute LesEchos.fr.
Publicité