Manager : un vrai métier pas une gratification

Voilà bien un mot anglais qui, au cours de ces dernières décennies, a été galvaudé. Sur les cartes de visite, on retrouve le titre de "manager" pour tous types de fonction et de responsabilité.

Dans une période où les coupes budgétaires sont de rigueur et les réorganisations régulières, l’utilisation du titre "manager" a été un moyen très largement utilisé par les entreprises de récompenser, remercier ou retenir un salarié compétant. Mais un excellent commercial ne fait pas forcément un très bon manager commercial.

Et à l’heure où l’entreprise  se doit d’être de plus en plus compétitive, agile, flexible, où l’information n’est plus gage de pouvoir, et où l’humain redevient central… Beaucoup d’organisations se retrouvent, en plus des challenges de compétitivité, à devoir gérer des problématiques ou des conflits humains et d’organisation dû essentiellement à des milles feuilles de "managers" qui en réalité n’en sont pas.

Retour aux fondamentaux

Le mot "manager" tire sa définition de l’anglais "celui qui conduit et gère une équipe de travail en définissant les priorités et les méthodes permettant de réaliser les objectifs d'une entreprise". Il a été en premier lieu utilisé dans le monde sportif pour nommer la personne en charge des affaires d’un ou plusieurs sportifs (le manager sportif n’est pas meilleur que l’athlète qu’il représente, ce sont deux métiers différents).

Le manager est donc responsable d’une équipe composée d’un ou plusieurs personnes en lien direct avec lui. De son bon fonctionnement, de ses résultats, de la communication et de l’ambiance dans cette équipe. Il est le représentant de cette équipe face à sa hiérarchie.

Le manager peut avoir différents titres : chef, responsable, directeur ou parfois vice-président, selon les organisations, du moment qu’il gère une équipe.

Un des métiers les plus difficiles de l'entreprise

La gestion humaine est un des métiers les plus difficiles dans l’entreprise et ce n’est pas le service des ressources humaines qui contredira ce fait. L’être humain est complexe, nous sommes complexes : tantôt de l’égo, tantôt de l’affect, tantôt un besoin d’intellectualiser, parfois des soucis personnels à gérer... Tant de complexité qui viennent se mêler au monde de l’entreprise et à la difficulté du métier de "manager".

Car le manager doit gérer ces complexités pour son équipe, pour lui-même mais également pour sa hiérarchie empreinte aux mêmes complexités… tout en respectant les objectifs qui lui ont été fixés.

Dans un contexte économique de plus en plus mondialisé, le manager doit également adapté son comportement aux différentes cultures qui composent son écosystème. Sa hiérarchie, son équipe et lui-même peuvent parfois être de 3 ou 4 cultures différentes... pour un même objectif.

La posture du manager

De plus en plus d’articles voient le jour sur le web à propos de la posture que doit avoir un bon manager. Doit-il être leader ou coach ou mentor ? En réalité : il doit être les trois !

Leader

Le manager est la figure de proue et "l’agent de liaison" pour son équipe. Sans leadership, le manager ne fédérera pas son équipe derrière lui et sa parole ne sera pas considérer par sa hiérarchie

Coach

Un autre mot venant du monde sportif. Le manager doit motiver, encourager, soutenir, partager, responsabiliser et écouter son équipe pour atteindre les objectifs fixés, tout en gardant la cohésion de cette équipe.

Mentor

Le manager est également là pour faire grandir et évoluer son équipe, être un guide et une oreille pour chaque membre de cette dernière.

Qu'est-ce qu'un bon manager ?

En plus de ces compétences dans son domaine d’activité (marketing, financier, commercial, technique…), un bon manager est celui qui fédère naturellement derrière lui son équipe, qui atteint ses objectifs dans une ambiance de confiance réciproque qui est reconnu par son équipe, ses paires et sa hiérarchie comme un pilier de l’entreprise et à qui on demande l’avis sur des sujets stratégiques.

Pour rester dans l’exemple du commercial, Le bon manager commercial n’est pas le meilleur commercial de l’entreprise mais celui qui va faire en sorte que les commerciaux de son équipe soient les meilleurs de l’entreprise, et pour longtemps (comme pour le manager sportif).

Peut-on devenir manager ?

Certaines personnes ont des aptitudes naturelles à prendre des fonctions de manager, par leur aisance naturelle, leur empathie et leur charisme, mais il est toutefois possible de devenir un bon "manager" si on est bien accompagné.

Il est important pendant toute la première année de sa prise de poste en tant que "manager", que l’entreprise accompagne le salarié par l’intermédiaire d’un coach de dirigeant senior (ayant eu une expérience similaire). En effet, c’est lors de ces 12 mois que le salarié va être confronté pour la première fois aux réalités de la gestion humaine, des dilemmes entre équipe et hiérarchie, ainsi qu’à la solitude que peut avoir parfois un manager… et parfois même à l’échec. Pour une immersion réussie dans une fonction managériale et un ROI assuré pour l’entreprise, l’accompagnement par un coach est indispensable.