Etre résident dans une maison de retraite coûte cher ! Les frais d'hébergement étant à la charge de la personne âgée. Mais si ses revenus sont insuffisants, la solidarité familiale et l'aide sociale peuvent intervenir. Vers qui se tourner ? Explications. 

 1 – Comment sont répartis les frais de séjour ? 

Dans le cadre d'un Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), soit une maison de retraite, les frais de séjour sont généralement répartis en 3 postes : - les soins : ils sont pris en charge par l'Assurance maladie et remboursés directement auprès de l'établissement d'accueil. - la dépendance : elle est très souvent financée par l'allocation personnalisée d'autonomie (APA)* mise en place par les conseils généraux, et permet de couvrir une partie importante des frais de séjour. - l'hébergement (60% du coût total) : il comprend le logement, la pension complète, les animations, l'entretien de la chambre... Ce poste est toujours à la charge de la personne retraitée. L'EHPAD prélève ces frais à hauteur de 90%** de ses revenus existants.

 

Mais bien souvent, les frais d'hébergement sont supérieurs à la retraite du pensionnaire. Le montant moyen étant compris entre 1 800 et 2 200 euros/mois***. En cas de ressources insuffisantes, le pensionnaire peut faire appel à sa famille et à l'aide sociale.

 

Publicité
* il reste à la charge du résident un ticket modérateur d'environ 5 euros/jour. Il vous faudra faire la demande de cette aide. Renseignez-vous auprès des centres d'action communale. ** Les 10% restants sont à la disposition de la personne résidente. Cette somme ne doit pas être inférieure à 93 euros/mois. ***Ce chiffre fluctue selon le type d'établissement (public, associatif, privé), ses équipements (médicalisé ou non) et sa situation géographique. Il existe également d'autres coûts variables à la charge du résident, soit le téléphone et la télévision, les produits de toilette, les prestations de coiffure...