Les chômeurs qui refusent deux "offres raisonnables d'emploi" seront bientôt radiés. Mais comment définir une telle offre ? Les explications.

Publicité

Pour atteindre, à l'horizon 2012, un taux de chômage de 5 %, le gouvernement entend rappeler aux demandeurs d'emploi leurs devoirs. La fusion ANPE/Assedic a vocation à donner plus d'efficacité à l'accompagnement des chômeurs. De leur côté, ces derniers seront priés de s'investir pleinement dans leur recherche d'un travail : concrètement, cela se traduira par l'obligation d'accepter une "offre raisonnable d'emploi".
Est-ce nouveau ? Non, car de telles obligations existent déjà. Mais selon des critères trop flous au goût du gouvernement, ce qui laisserait place à des interprétations variables. Le projet de loi se propose donc de définir avec précision les engagements des chômeurs. Engagements qui seront "actés" dans un projet personnalisé d'accès à l'emploi.

Le gouvernement met les chômeurs sous pression

Ailleurs sur le web

Publiez votre commentaire

Publicité