Moins mobiles que leurs cadets, les seniors ? Les idées reçues ont la vie dure. Même si le taux d'emploi des quinquas français est l'un des plus bas d'Europe, il semblerait que l'intérim soit de plus en plus une solution envisagée par les seniors pour rebondir.

L'intérim, une opportunité

Objectivement, il n'y a pas de raz de marée seniors dans l'intérim. Le Syndicat des entreprises de travail temporaire estime que 39 312 seniors ont travaillé à temps plein (en équivalent emplois à temps plein) en intérim en 2005, soit deux fois plus qu'en 1997. Ils représentent donc 6,7 % de l'ensemble de la population intérimaire.

Deux raisons à ce mini papy boom des intérimaires. D'une part, le fait que les seniors trouvent dans l'intérim "un moyen de rester en contact avec le marché du travail". On connaît le dicton : "Faute de grive, on mange des merles". D'autre part,le fait que les sociétés d'intérim se sont préparés activement au choc démographique des départs massifs en retraite des années à venir et s'intéressent, aujourd'hui un peu plus qu'hier, aux profils et aux compétences des quinquas et plus.

Cadres et profils rares, oui, mais lesquels ?

"Il y a d'abord les profils rares et puis les cadres", explique Denis Pennel, responsable chez Manpower, qui estime représenter le plus gros employeur de seniors avec un effectif d'intérimaires de plus de cinquante ans de plus de 17 000 personnes.

Publicité
Les cadres, toujours les cadres et pour cause. Ils font partie des catégories socioprofessionnelles qui ont le plus augmenté dans l'intérim. "On y recense deux populations principales, commente Denis Pennel. D'une part, des jeunes fraîchement sortis d'école qui veulent se faire les dents, et d'autre part, des cinquante-soixante ans qui eux s'orientent vers l'intérim plus par défaut que par choix. Ils sont en recherche d'emploi et souvent considérés comme trop chers ou trop risqués à l'embauche par les employeurs potentiels. Pourtant, ils ont de vraies expériences et de vraies compétences. Ceci étant, il nous est toujours nécessaire de mettre un accompagnement pédagogique auprès des entreprises pour les convaincre de les embaucher en mission..."