Le Premier ministre Manuel Valls a assuré jeudi que la question d’une possible dégressivité des allocations chômage n’était "pas aujourd'hui (son) sujet", mais celui-ci constitue tout de même un "défi" pour les partenaires sociaux.

Au lendemain de la publication des chiffres du chômage en janvier, pour la première fois en baisse depuis six mois, le Premier ministre a assuré jeudi sur BFMTV et RMC que la question d’une éventuelle dégressivité des allocations chômage n’était "pas aujourd'hui (son) sujet".

Pour autant, ce débat constitue un "défi" pour les partenaires sociaux, a-t-il ajouté. "Ca n'est pas aujourd'hui mon sujet, c'est leur problème, c'est leur sujet, c'est leur défi, mais il faudra bien trouver des solutions. Je les invite à prendre pleinement leurs responsabilités", a déclaré le Premier ministre.

"Je les encourage à aller encore plus vite"

Manuel Valls, qui prend des distances avec ce débat semble tout de même vouloir voir le sujet avancer rapidement. "Je les encourage, parce que le niveau de déficit de l'Unedic, de l'assurance chômage est beaucoup trop important - 4 milliards, c'est dû à notre niveau de chômage - mais c'est à eux de prendre leurs responsabilités. Je les invite, je les encourage à aller encore plus vite", a-t-il dit.

A lire aussi - Le chômage (enfin) en baisse en janvier, 19 100 demandeurs d’emploi en moins 

Publicité
Le ministère du Travail a publié mercredi les chiffres du chômage pour le premier mois de l’année 2015. Le nombre de demandeurs d’emploi a diminué de 0,5% en janvier par rapport à décembre 2014, avec 19 100 chômeurs de moins. Une première baisse depuis six mois. S’il s’agit d’un "encouragement", selon Manuel Valls, "il ne faut surtout pas crier victoire". "Il faut poursuivre (..) car sans croissance, il n'y aura pas de baisse du chômage", a-t-il commenté. 

En vidéo sur le même thème - Chômage : droits rechargeables, mode d’emploi