Human to Human : au-delà du concept marketing, une opportunité économique !

Cela fait plusieurs mois que l’on voit se développer sur les réseaux sociaux et dans les offres des agences de marketing le concept de "H2H" (Human to Human), autour d’une même phrase :  "Il n’y a plus de B2C ou de B2B, seulement du H2H : Human to Human".

Au centre de ce concept, la place omniprésente de l’Internet dans notre vie quotidienne et  le changement de comportement du consommateur "Hyperconnecté". Avec en plus l’arrivée des technologies numériques permettant au consommateur d’avoir un parcours digital très personnalisé – voire parfois même pisté – ainsi que  l’apparition des financements participatifs (le crowdfunding).

Le consommateur a aujourd’hui tous les moyens pour obtenir  seul  l’ensemble des informations nécessaires à une prise de décision, c’est pourquoi le "H2H" place dans l’approche marketing, la communication et les messages de l’entreprise l’humain au centre de tout…

Logique me direz-vous, car tous ces concepts, ces produits et la définition même de l’économie, ont été créés depuis des siècles par des humains pour des humains et tout est une histoire d’être humain au final… même dans le monde de la finance.

Mais derrière ce concept se cache une réalité économique bien plus pertinente.

Peut-être avions-nous juste oublié depuis les 30 glorieuses les bases et les fondements même de ce qui régit un pays et une économie... les hommes et les femmes qui les composent.

La libéralisation des échanges, le développement des moyens de transport, la mondialisation, nous ont offert des opportunités incroyables de développer et de vendre notre savoir-faire, d’échanger et d’apprendre avec d’autres cultures,  de créer de nouveaux produits, de s’enrichir, d’être mobile ... mais pousser à l’extrême ces opportunités peuvent se retourner contre ses créateurs .

C’est ce que nous appelons depuis quelques années "la crise". La crise économique, la crise financière,  la crise de confiance, la crise politique,  la crise du "en vouloir toujours plus" : plus d’hyperconnexions, plus de pouvoirs, plus de profits, plus d’aides, plus d’avantages, plus de consommations…  et au final beaucoup moins de tout !

Certains hommes politiques et hommes d’affaires l’ont déjà compris et ont créé des mouvements remettant les fondamentaux au centre des préoccupations économiques – à l’instar du Forum de l’économie positive créé par Jacques Attali ou encore le Printemps de l’optimisme crée par Thierry Saussez. Gérard Mulliez a été un visionnaire et précurseur de "H2H" dans l’entreprise, en étant le premier à ouvrir le capital de son entreprise (Auchan) à ses employés en 1977.

Mais l’action de ses hommes et femmes ne doivent pas rester isolée, et à l’heure où l’entreprise doit être  mondiale, connectée, agile et rapide... le H2H à tous les niveaux d’une organisation prend tout son sens.

La  situation que nous vivons est une aubaine pour amorcer un changement et mettre en place le "H2H" au centre de notre modèle économique et l’organisation des entreprises afin de créer un "capitalisme H2H"  qui nous permette de continuer à échanger, créer, s’enrichir, apprendre, se développer, voyager et grandir…. Avant que le "H2R" (Human to Robot) ne nous rattrape !

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité