Selon une enquête IPSOS, 30 % des salariés français se disaient victimes d'un harcèlement moral au travail, avec une vulnérabilité accrue pour les plus âgés. Face à cette situation, faut-il serrer les dents et attendre la retraite ? Non, car il existe des moyens pour se défendre.

Quand s'estimer harcelé ?

La vie d'entreprise a ses contraintes. Travailler plus, produire plus, générer davantage de profits : la pression subie par les salariés est de plus en plus rude. Si ces impératifs entraînent stress et fatigue, faut-il pour autant parler de harcèlement moral ? Non, car le harcèlement se situe dans un registre insidieux et pervers. Ne confondez pas mal-être et épuisement au travail face à un patron exigeant de plus en plus de productivité, et véritable malaise lié à une volonté de vous brimer. Ce sont les tribunaux qui sont amenés à faire la part des choses, au travers d'affaires de "harcèlement" dont le nombre est en augmentation.

Publicité