L'Etat envisagerait, dans le projet de budget 2014, de réduire les primes des fonctionnaires de moitié. De plus, le gel du point d'indice, qui sert à calculer le salaire de ces derniers, devrait continuer en 2014. Explications.

Alors que le déficit de l'Etat a augmenté de trois milliards d'euros entre mai 2012 et mai 2013, le gouvernement cherche par tous les moyens à faire des économies. Dans cette optique, et dans le projet de budget 2014 plus exactement, l'exécutif s'est fixé comme objectif de limiter à 0,15% la hausse de la masse salariale de l'Etat l'année prochaine, alors qu'elle croît naturellement de près de 3% par an.

Concernant le point d'indice, qui sert de référence pour établir la fiche de paie des fonctionnaires et qui n'a pas été revalorisé depuis mi-2010, il devrait rester encore gelé l'année prochaine. De plus les primes, normalement versées à partir des économies réalisées sur les départs de fonctionnaires à la retraite, seront divisées par deux.

Stabilité des effectifsMais bien que le point d'indice reste gelé en 2014, il n'est absolument pas question pour le gouvernement Ayrault de tailler dans la main-d'oeuvre. En effet, il a pris l'engagement de maintenir le nombre de fonctionnaires d'ici à 2017.

Sous la précédente législature, la droite avait taillé dans les effectifs en échange de primes et autres "avantages catégoriels". Cela avait permis à la rémunération des agents de la fonction publique de progresser, en tenant compte de l'inflation, de plus de 2% par an entre 2006 et 2010. En 2014, le gouvernement de François Hollande envisage justement de réduire ces avantages de moitié, à 300 millions d'euors par an, et pourraient encore baisser d'ici à 2015.

Publicité
Toutefois, les professeurs des écoles devraient être épargnés. En effet, la prime de 400 euros qui leur a été promise par le ministère leur sera bien versée. "Des gratifications pourraient également être accordées à des agents de l'aviation civile", ajoute Le Monde.

© AFP

Publicité